Californie : l’heure du bilan

Entre villes et grands espaces, la Californie offre bien des horizons de voyages ! Ne disposant que d’une dizaine de jours, nous nous sommes limités au nord du « Golden State ». Notre parcours nous a enchantés de bout en bout, nous ne regrettons donc pas du tout ce choix.

Les Californiens sont des gens accueillants qui discutent facilement avec les visiteurs. Dans les hôtels comme sur les sites touristiques, les locaux sont toujours prêts à aider et à répondre aux questions (c’est quand même plus simple quand on maîtrise l’anglais).

Nous avons parcouru pas mal de kilomètres pendant ce séjour, ce qui n’est guère étonnant au vu des distances dans un pays immense comme les Etats-Unis. La location d’une voiture est quasi-indispensable si on veut visiter les parcs nationaux car ceux de l’Ouest américain sont malheureusement mal desservis par les bus et les trains.

Notre coup de coeur est, sans conteste, Yosemite. Si c’était à refaire,  nous y aurions volontiers passé plus de temps (au moins une journée de plus), le parc étant parsemé de nombreux sentiers de randonnée qui ne demandent qu’à être explorés.

Un séjour en Californie revient relativement cher entre la location de voiture, le  carburant, l’hébergement et la nourriture. Difficile de s’en tirer pour moins de 1 000 euros par personne. Moralité : pour partir loin et pas cher, le meilleur plan reste sans doute l’Asie du sud-est.

A bientôt pour de nouvelles aventures (peut-être en Asie, qui sait ?) !

 

 

Californie

San Francisco : jour 3

De bon matin, nous prenons la direction de « Castro » (rien à voir avec Fidel), quartier célèbre pour être le coeur de la communauté gay de San Francisco. Le drapeau arc-en-ciel est, d’ailleurs, très présent dans les rues. On arrive devant la « maison bleue » chère à Maxime Le Forestier.

P1010073

Elle est bien sympathique cette petite maison mais, contrairement à ce que raconte Maxime, elle n’est pas adossée à la colline. En 2011, une plaque commémorative est posée devant la maison, et ce, en présence du chanteur.

P1010074

De « Castro », on marche vers « Mission », le district hispanique de San Francisco. Historiquement, c’est le tout premier quartier de la ville. Impossible de passer à côté des magnifiques peintures qui ornent de nombreux murs. Si pas mal d’entre elles évoquent l’immigration (celles des latinos vers le pays de l’oncle Sam), Michael Jackson et la vierge Marie y sont aussi représentés.

P1010081

Nous déjeunons à « La Taquería ». Cet établissement de restauration rapide est très connu dans le quartier. Nous sommes arrivés sur le coup de midi et il y avait déjà une longue queue. Nous atteignons enfin le comptoir et optons pour des tacos et des burritos. Juste avant de payer, je vois qu’il y a aussi du guacamole, du coup, je demande au gars, qui est à la caisse, s’il est possible d’en prendre et là, il me répond avec son accent mexicain « but of course, it’s possible ». En prime, il m’offre une délicieuse boisson aux fruits rouges. Les mets sont particulièrement bons pour un prix plus que raisonnable. Alors qu’on s’apprête à quitter le restau, le gars de la caisse me demande si on aimé. Je lui réponds en espagnol que oui, ça le fait marrer, et il m’offre une rose rouge. Je crois que j’ai gagné ma journée !

Nous continuons à explorer « Mission » avant de reprendre la direction de l’auberge de jeunesse. Nous dînons dans un restau thaïlandais tout près de celle-ci.

Notre séjour touchant à sa fin, il est venu le temps du bilan, objet de l’article suivant !

 

 

Californie

San Francisco : jour 2

Notre journée commence par le délicieux petit-déjeuner de l’auberge de jeunesse. Deux garçons, un Allemand et un Français vivant en Allemagne, viennent s’asseoir à notre table, on commence à discuter, et il s’avère que l’un deux est le collègue d’un pote. Bref, le monde est petit !

Le ventre bien rempli, nous marchons vers « Haight-Ashbury », qui figure sans aucun doute parmi les quartiers les plus célèbres de San Francisco. C’est, en effet, ici que les premiers hippies, attirés par des loyers peu élevés, s’installent dans les années soixante. Que peut-on voir aujourd’hui à « Haight-Ashbury » ? De belles maisons victoriennes, des restos pas trop chers, des bars, des boutiques de vêtements, des disquaires !

P1010048

On déjeune dans une sorte de bar où les smoothies et les muffins sont succulents.

On arrive au « Golden Gate Park » qui est limitrophe du quartier de « Haight-Ashbury ». Le parc étant immense, la location d’un vélo pour le parcourir peut s’avérer intéressante (pour notre part, nous sommes restés piétons). Après plus d’une heure de marche dans le parc, on se retrouve devant le « Japanese Tea Garden », le plus ancien jardin japonais des Etats-Unis.

P1010052

Tout près du jardin japonais se trouve le « De Young Museum », magnifique musée des beaux-arts, qui abrite notamment des collections consacrées aux cultures amérindiennes et aux arts primitifs.

Sortis du musée, nous marchons un peu pour atteindre la plage d' »Ocean Beach ».

P1010055

On prend un chemin longeant la côte et on marche pendant un bon moment jusqu’à apercevoir le « Golden Gate », symbole, par excellence, de San Francisco.

P1010065

Après cette belle promenade (au bout du compte, on aura marché pas loin de 23 kilomètres dans la journée), la faim commence à se faire sentir. On avait repéré, sur le Routard, un resto le « Roam Artisan Burger » (hors de question de quitter le pays du burger sans en avoir goûté un !) situé 1785 Union Street. Nos pieds souffrent encore un peu mais le jeu en vaut la chandelle car les burgers, dont tous les ingrédients sont produits localement, sont très réussis. Rassasiés, nous rentrons à l’hôtel, les pieds vont (enfin) pouvoir souffler.

Californie

San Francisco : jour 1

Cap sur San Francisco ou plutôt sur l’aéroport car c’est là que nous devons rendre Poubelle. Poubelle rendue (aucun contrôle de l’état du véhicule, juste une petite signature), nous prenons le métro pour nous rendre à notre auberge de jeunesse, la « San Francisco City Center Hostel ». Elle se situe dans le quartier du « Civic Center ». Les environs de l’hôtel sont un peu glauques, des trottoirs entiers étant occupés par des SDF. L’auberge est cependant aussi propre que conviviale. Nous partageons un dortoir de quatre lits avec des Polonais puis des Slovaques. Le petit-déjeuner (bagels, pain, fruits) est compris dans le prix. Des pancakes sont servis en plus pour la modique somme d’un dollar.

On part à la découverte de « the city by the bay ». On croise les célèbres « cable cars ».

P1000978

On arrive à « Chinatown », quartier qui abrite la deuxième plus grande communauté chinoise hors d’Asie.

P1000985

On marche jusqu’au quartier de « Telegraph Hill » et sa célèbre « Coit Tower », tour de style art-déco érigée en 1933.

P1000999

Le quartier est parsemé d’escaliers qui dévalent à travers des arbres et des plantes.

On continue à marcher et on arrive à « Fisherman’s Wharf », l’ancien quartier des pêcheurs et des conserveries qui a été réhabilité. On y trouve désormais de nombreuses boutiques pour les touristes. A mon sens, ce n’est pas l’endroit le plus intéressant de la ville même si la vue sur l’océan et Alcatraz est très jolie.

P1010022

Nous marchons vers « Nob Hill » et « Russian Hill ». Comme tout le monde, on s’arrête à la « Lombard Street », rue célèbre pour être la plus tortueuse de « Russian Hill ». En plus d’être pentue, elle est particulièrement fleurie.

P1010030

Nous dînons au « Baonecci » (516 Green Street), très bon restau italien du quartier de « North Beach ».

 

Californie

Monterey

On quitte Big Sur pour prendre la direction de Monterey, le trajet ne dure qu’une cinquantaine de minutes. Avec ses 28 000 habitants, Monterey est une petite station balnéaire située à 200 kilomètres au sud de San Francisco.

Peu après notre arrivée, on se pose dans un tex-mex sur la « Cannery Row ». On remonte ensuite toute la rue (c’est l’artère principale de la ville, tout du moins d’un point de vue touristique), elle donne sur la mer, la vue est jolie.

La baie de Monterey est célèbre pour son sanctuaire marin. Afin de le faire connaître au plus grand nombre, le « Monterey Bay Aquarium » a ouvert ses portes en 1984. Si l’entrée n’est vraiment pas donnée (39 euros pour un adulte), la visite de l’aquarium vaut, à mon sens, largement le coup. On y rencontre de très nombreux poissons aux couleurs chatoyantes.

Les pingouins et les loutres ne sont pas en reste !

On part ensuite à l’assaut d’un supermarché pour faire quelques emplettes. On en trouve même deux ! Le premier est un remarquable magasin bio. Il est très grand et on y trouve plein de fruits et légumes ainsi que des plats fraîchement cuisinés, qui ont l’air des plus appétissants. Plus classiquement, le deuxième est un Walmart et c’est là qu’on achète pépites de chocolat (pour faire des cookies ; on ne trouve pas vraiment l’équivalent en France), beurre de cacahuète et sirop d’érable.

P1000974

C’est l’heure de découvrir notre motel du soir (dont je ne me souviens malheureusement plus du nom). La patronne, Michelle, est très accueillante.

Californie

Big Sur

Notre étape du jour, c’est Big Sur. Big Sur, c’est la côte qui s’étend entre Carmel et San Simeon. Nous voilà partis pour quatre heures et demi de route (en espérant que Poubelle tienne le coup !). Sur la route, il fait super chaud, le mercure flirte avec les 40 degrés (Celsius, ndlr). On se prend des sandwichs dans un espèce de Subway qui n’en porte pas le nom (pourtant, il en a tous les attributs, à croire que c’est un ancien franchisé).

On arrive sur la côte dans l’après-midi. On s’arrête régulièrement pour admirer le rivage.

P1000911

On prend la direction du « Andrew Molera State Park ». Situé sur le littoral, c’est le plus grand parc naturel de Big Sur. On marche le long de deux sentiers, le « River trail » et le « Beach trail ». Avec le jour qui commence à tomber, c’est superbe (malheureusement, l’appareil photo est à court de batterie).

On met le cap sur le « Riverside Campground and Cabins » pour notre troisième et dernière nuit en « tent cabin ». Et c’est la plus luxueuse (un vrai lit, des serviettes de bain, quelques livres mais la douche et les toilettes restent collectifs).

On dîne au « Big Sur Bakery and Restaurant » (plutôt pas mal, notamment le gâteau au chocolat).

Le lendemain matin, on pioche dans nos dernières victuailles avant de filer vers le « Pfeiffer Big Sur State Park ».

P1000924

 

Californie

Yosemite

Nous voici devant l’entrée du « Yosemite National Park ». Pour accéder au parc, il faut payer 20 dollars (le ticket est valable sept jours consécutifs). Mieux vaut faire le plein d’essence car il n’y a pas de station service dans le parc (d’ailleurs, plus on approche de Yosemite, plus le carburant est cher). Sitôt entrés, nous parcourons quelques kilomètres, le cadre est sublime.

P1000849

Nous nous rendons à « Housekeeping Camp », où nous avons réservé une « tent cabin ».

P1000894

Comme à Bug, les sanitaires sont collectifs. Il faut payer un petit supplément pour les draps. Les mesures anti-ours sont drastiques : la nourriture et les produits de toilette (en fait, tout ce qui est odorant) doivent être placés dans des conteneurs en fer histoire de ne pas tenter Nounours. De même, il est vivement conseillé de ne rien laisser dans les voitures car le dénommé Nounours est capable d’ouvrir les portières avec une certaine dextérité. Partout dans le parc est rappelée la conduite à tenir en cas de rencontre avec lui (nous, en tout cas, on ne l’a pas vu).

P1000896

Après un détour par le « visitor center », on part à l’assaut des sentiers. Afin de réduire le nombre de voitures circulant dans la « Yosemite Valley », les autorités ont mis en place une navette (qui dessert notamment le « visitor center ») très pratique. On emprunte le sentier menant à « Vernal Fall » et « Nevada Fall ».

P1000863

Les chemins de randonnée sont particulièrement fréquentés mais cela n’enlève rien à la beauté des paysages.

P1000866

Le soir, on va dîner à « Curry Village ». On commande une énorme pizza (on n’arrive même pas à la finir mais il faut dire qu’elle n’est pas très bonne non plus) et des boissons. La restauration est relativement cher (comme beaucoup de choses à Yosemite).

Nous passons donc notre deuxième nuit consécutive en « tent cabin ». On dort plutôt bien mais, de bon matin, il fait très frais. Nous retirons du conteneur anti-ours des barres de céréales en guise de petit-déjeuner. On prend le sentier menant à « Mirror Lake ». Qui dit lac, dit naturellement eau sauf qu’après la période estivale, le lac des miroirs est à sec.

P1000902

C’est avec regret que nous quittons Yosemite. Dans une autre vie, nous y serions bien restés quelques jours de plus.

Californie