Dernier jour à Kyoto : du bambou, des singes et de la pluie

Pour cette dernière journée à Kyoto, on met le cap sur les quartiers d’Arashiyama et Sagano. Comment s’y rendre ? Il faut emprunter la ligne JR Sagano jusqu’à la gare de Saga-Arashiyama. On commence par le Tenryu-ji, temple bouddhique au magnifique jardin.

On traverse ensuite la très belle bambouseraie d’Arashiyama, la promenade est des plus reposantes.

Seule ombre au tableau : il pleut de plus en plus fort…

On visite la villa Okochi Sanso, somptueuse propriété d’un célèbre acteur japonais, Denjiro Okochi, décédé en 1962. Les jardins valent largement le détour. En outre, chaque visiteur est gratifié d’une tasse de thé accompagnée d’une petite pâtisserie.

On se dirige vers le parc de Kameyama-koen, qui est parcouru par plusieurs sentiers. La pluie se faisant de plus en plus sentir, on ne s’aventure pas trop loin.

Apparemment, des singes arpentent régulièrement les allées du parc. Nous n’en avons cependant pas croisés (peut-être ont-ils été, eux aussi, découragés par les conditions atmosphériques).

On déjeune dans un restau (dont le nom m’échappe) situé près de la station Keifuku Arashiyama.

Si tout comme nous, vous n’avez pas la chance d’admirer des singes dans le parc Kameyama-koen, vous pourrez toujours, pour 550 yens, aller à leur rencontre au parc des singes d’Arashiyama Iwatayama. Pour accéder au site, il faut monter au sommet d’une colline (compter vingt minutes de marche). Là-haut, les singes jouent, courent, font les fous dans les arbres. Les plus mignons sont peut-être les plus jeunes dont l’âge ne dépasse pas trois mois.

On quitte ces adorables singes pour reprendre le train dans l’autre sens et rallier le Sud-Est de Kyoto. Il faut pour cela repasser par la gare et emprunter la ligne Nara jusqu’à la station Inari.

On visite d’abord le temple Tofuku-ji. La taille des différents édifices qui le composent est impressionnante. Le jardin vaut largement le coup mais le souci, c’est que la pluie ne se calme pas, loin de là…

On marche ensuite en direction du Fushimi Inari Taisha qui est, à mon sens, un des lieux les plus saisissants de Kyoto. Les torii (ou portiques de sanctuaires) rouges s’y succèdent jusqu’en haut de la colline.

Nous rentrons à la K’s House bien trempés. On s’y pose un peu avant de rallier le Sushi no Musashi, un restau de sushis équipé du célèbre tapis roulant. Ce ne sont peut-être pas les meilleurs sushis de l’archipel mais les prix sont vraiment attractifs (la plupart des assiettes coûtent 140 yens).

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s