Où l’on admire un Bouddha géant

La ville de Leshan est célèbre pour son grand Bouddha taillé dans la roche à flanc de colline. Pour s’y rendre en partant de Chnegdu, il faut prendre un train ou un bus. Tôt le matin, on prend donc le chemin de la gare où on retire au guichet les billets de train achetés grâce à l’application Ctrip. On en profite pour échanger nos billets pour le trajet Emeishan/Panzhihua car, en raison de la journée passé à Abou Dabi, nous devons le décaler de 24 heures si nous voulons suivre notre programme. Ces deux opérations (surtout la seconde) ne sont pas de tout repos car la guichetière ne parle que très peu anglais. Heureusement, des jeunes femmes derrière nous dans la queue viennent à la rescousse. Nous apprenons qu’il n’est pas possible de changer le billet ; il faut en fait l’annuler puis en racheter un. L’employée annule le billet pour nous (Ctrip nous a remboursé une partie du prix), nous en achetons immédiatement un nouveau. Le départ aura lieu à 19 heures et non 21 heures comme prévu initialement car il n’y a plus de couchettes disponibles dans le train de 21 heures.

Nous montons dans le train grande vitesse qui est aussi moderne que propre. Une heure dix plus tard, nous arrivons à Leshan. Le bus numéro 3 nous amène sur le site du grand Bouddha. Nous sommes loin d’être les seuls à avoir fait le déplacement pour admirer cette statue monumentale (71 mètres de haut tout de même ; construction débutée en 713) et les temples qui l’entourent.

La grande attraction est de descendre jusqu’aux pieds du Bouddha par le petit escalier (cf. photo de gauche) qui offre une vue plongeante sur la statue. Le seul souci, c’est que ledit escalier est particulièrement fréquenté. Déjà, pour l’emprunter, on s’est tapé une bonne heure de queue. La descente en elle-même nous a pris au moins une demi-heure.

Le bus numéro 13 nous ramène à la gare routière où nous achetons un billet pour Emeishan que nous atteignons en une heure. Sur place, on se renseigne sur les horaires des bus pour monter au mont Emei. Le problème, c’est que le dernier car part à 17 heures et il est tout juste 17 heures passées de cinq minutes… Il n’y aura donc pas de lever de soleil en haut du mont Emei (le premier plan était de faire une partie de l’ascension en bus, de dormir dans un monastère et de monter à pied jusqu’au sommet tôt le matin pour y admirer le lever de soleil).

Nous nous mettons en quête d’un hôtel. L’heureux élu s’appelle le Teddy Bear, situé tout près de la gare routière. On atterrit dans un dortoir de six lits (compter 40 yuans par personne), dont l’un est occupé par un Suisse avec qui nous discutons. Suivant ses conseils, on dîne sur place. Les plats ne sont pas très chers et loin d’être mauvais. J’opte, pour ma part, pour du riz cuisiné avec des tomates et des œufs.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s