Au parc national de la Gaspésie

Première nuit au parc national de la Gaspésie où nous sommes arrivés hier en fin de journée ! Je ne vais pas vous le cacher, on a eu froid sous la tente. Je crois que les duvets fournis par Frère sont un peu légers pour les températures nocturnes gaspésiennes. De notre emplacement, on entend clapoter l’eau de la rivière mais également les véhicules circulant sur la route attenante. Les blocs sanitaires sont un peu moins propres que ceux du part national du Bic (je chipote, c’est pas mal quand même !). Les douches fonctionnent de la même manière qu’au Bic, il faut donc se munir de quatre pièces à l’orignal.

On se lève tôt pour partir en rando. Ce ne sont pas les sentiers qui manquent au parc national de la Gaspésie si bien qu’il n’est guère aisé de désigner l’heureux élu ! Nous optons finalement pour le tour du mont Albert. Au début du sentier, des forêts aux innombrables arbres défilent sous nos yeux.

« Un petit effort et bientôt, ce sera le sommet. Mon corps n’a pu s’y rendre mais mon esprit vous y accompagnera à jamais. Ces plaisirs des yeux, à vous de les prendre ». En lisant cette très belle phrase de Serge Ouellet (mes recherches sur l’identité de ce monsieur sont restées infructueuses), on se dit que le sommet n’est plus très loin et surtout que la vue doit valoir le coup ! Un peu plus de deux heures après notre départ, on arrive sur un des sommets du mont Albert qui culmine à 1088 mètres d’altitude (car le sommet du mont Albert est en fait un plateau qui comprend deux sommets).

Niveau faune, on aperçoit des écureuils, des oiseaux qui ressemblent à des poules et même un caribou (de loin, certes, mais c’est le clou du spectacle).

On déjeune à l’abri de la Serpentine situé aux deux tiers du parcours. La descente est ensuite très caillouteuse. La végétation se fait parfois rare et vu qu’il fait limite chaud aujourd’hui, la crème solaire et les lunettes de soleil ne sont pas de trop sur cette partie du parcours.

Des randonneurs nous apprennent que nous avons manqué une femelle orignal accompagnée de son petit. Pas facile d’être toujours là au bon moment ! Quoi qu’il en soit, au aura mis sept heures et demi pour venir à bout du tour du magnifique Mont Albert, répertorié niveau expert par le dépliant des randos.

Après l’effort, le réconfort, à savoir le wifi du centre de découverte et de services ! Je m’offre une gourde en inox estampillée Sépaq (l’organisme qui gère les parcs nationaux du Québec). De retour au campement, on prend une douche. La fille, qui occupe la cabine à côté de la mienne, a payé la sienne trois dollars. Menu du soir : nouilles instantanées.

Comme hier, la température baisse pendant la nuit. Malgré le collant qui recouvre mes jambes, je suis plusieurs fois réveillée transie de froid. Pour nos dernières heures au parc national de la Gaspésie, on choisit une dernière rando et le mont Xalibu nous semble le parfait candidat. Moins difficile que le mont Albert, la dernière partie de l’ascension est cependant assez rocailleuse. On déjeune au sommet qui culmine à 1120 mètres. Il fait nettement plus froid à cette altitude, la faute au vent.

Le sentier nous fait passer devant le lac aux Américains. Quand il fait soleil, la vue sur celui-ci est absolument magnifique.

On termine la rando en 4 heures 40. Étant donné qu’il est encore assez tôt, on décide d’entreprendre une deuxième randonnée, celle du mont Ernest Laforce. Plus simple (car de niveau intermédiaire) que les deux précédentes, elle mène sans surprise au mont Ernest Laforce qui culmine à 820 mètres d’altitude.

Ce très beau sentier est réputé être l’endroit idéal pour admirer des orignaux, animaux qui ne sont malheureusement pas de sortie aujourd’hui. Sans doute faut-il se lever tôt le matin pour avoir la chance d’en apercevoir. Une heure dix plus tard, nous sommes de retour au point de départ.

On fait une petite pause toilettes et wifi au centre de découverte et de services avant de prendre la route pour notre auberge du soir située à Mont-Louis. Le trajet jusqu’à l’Amarré nous prend un peu plus d’une heure. La route littorale que nous avons empruntée offre des vues magnifiques sur la mer. L’Amarré est en fait un café-restaurant qui abrite également quelques chambres à l’étage. La nôtre, bien décorée et confortable, donne sur la mer. On nous permet gentiment de lancer une machine à laver, ce qui est fort appréciable car les vêtements sales s’accumulent.

On dîne à l’Amarré. Le bol de poke au saumon est très réussi. Le restau semble être l’endroit où il faut être ce soir à Mont-Louis car un concert s’y déroule et c’est plein à craquer !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s