Après trois nuits consécutives sous la tente, dormir dans un vrai lit est particulièrement salutaire, d’autant plus quand tu sais que tu recampes dès le lendemain ! A l’Amarré, le petit-déjeuner est inclus dans le prix (60 euros pour une chambre double). Il est simple mais bon.

Il faut environ deux heures de route pour atteindre le parc national Forillon. Avant de pénétrer dans ce haut-lieu, l’objectif ultime est de trouver un supermarché pour se ravitailler, ce qui n’est guère simple tellement les villes traversées sont petites. On trouve finalement une supérette aux environs de Petit-Cap-Gaspé. On tombe un peu plus loin sur un magasin un peu plus grand mais visiblement ce type d’établissement ne court pas les rues. Arrivés au parc, on règle les droits d’admission (10,95 dollars pour deux adultes). Contrairement aux deux parcs précédemment visités, Forillon n’est pas géré par la Sépaq mais par Parcs Canada. Les droits d’admission ne sont réglables que sur place même si l’emplacement a été payé en ligne (à savoir, 24 euros).

La voiture garée sur l’emplacement, on part en rando sur le magnifique sentier côtier des Grèves qui mène au cap Gaspé. Le chemin alterne entre vues à pic sur la mer et sous-bois.

Ici, la Gaspésie ressemble par endroits à la Bretagne. Cette randonnée est d’autant plus agréable que nous sommes aujourd’hui gratifiés d’un temps superbe avec des températures supérieures aux normales saisonnières. Le sentier des Grèves fait partie du sentier international des Appalaches qui doit donner bien du plaisir aux marcheurs. Le phare rouge et blanc marque le cap Gaspé. L’endroit a des airs de bout du monde, j’aime beaucoup ! Un escalier en bois vous emmène encore plus loin.

Le cap Gaspé marque le kilomètre zéro du sentier international des Appalaches (SIA pour les intimes). Une borne commémore le départ du chemin qui relie le Québec au Maine. La partie québécoise du SIA est même répertoriée comme le GRA1 par la fédération française de randonnée ! Je ne sais comment nos compatriotes ont réussi à s’immiscer dans cette affaire à exporter ainsi la marque GR.

On prend un chemin un peu différent pour le retour, ce qui nous permet de faire l’heureuse rencontre d’un porc-épic en train de prendre son repas sur le bas côté du sentier.

DSC04325

La rando terminée (une petite vingtaine de kilomètres en tout), on se rend à l’animation « le castor et son habitat » organisée gratuitement par le parc. Force est de constater que nous sommes loin d’être les seuls à tenter l’aventure car nous devons être une bonne soixantaine de personnes à suivre les explications du guide. On apprend plein de choses sur le castor, un des plus gros rongeurs des Amériques, dont le poids peut atteindre 40 kilogrammes. On a la chance d’observer quelques spécimens, leur agilité dans l’eau est impressionnante.

Le guide nous confie que l’heure et l’endroit sont également propices à l’observation des orignaux mais ce soir le grand cervidé ne montrera pas le bout de son nez.

Il est l’heure de monter une dernière fois la tente et de « cuisiner » des raviolis à l’aide du réchaud. Les installations du parc Forillon sont très propres et en parfait état. A côté des sanitaires trône une très belle salle commune agrémentée d’un poêle. Les douches sont gratuites et non limitées à quatre minutes. Pour tout dire, c’est avec une pointe de nostalgie que nous nous apprêtons à passer notre dernière nuit sous la tente.

DSC04346

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s