Tour du Mont-Blanc : résumé de l’épopée étape par étape

  • Étape 1 : des Houches à l’auberge de Bionnassay

Arrivés aux Houches pour le grand départ, on s’attable sur le coup de midi à la Chavanne pour manger un morceau avant d’entamer la longue marche. Les salades sont très bonnes et copieuses de surcroît. En guise de dessert, on déguste les délicieuses tartes aux myrtilles concoctées par Panda 3. C’est avec une énorme motivation que nous rejoignons la célèbre porte qui marque le début du TMB. Les premières balises rouges et blanches sont en vue, elles nous mènent vers la difficulté initiale du parcours, à savoir le col de Voza (1 665 mètres). Rencontre marquante : un Saint-Bernard dit « rustique » dont le poids frôle le quintal. Notre tout premier refuge, l’auberge de Bionnassay, est en vue. L’accueil n’est pas des plus chaleureux, peut-être parce que nous avons manqué les appels de la gérante dans l’après-midi qui voulait s’informer de notre venue. Nous ne sommes que tous les trois dans un grand dortoir. Le dîner, servi à 19 heures pétantes, est très réussi.

Bilan : 8,78 kilomètres pour 640 mètres de dénivelé

  • Étape 2 : de l’auberge de Bionnassay au refuge de la Croix du Bonhomme

Après avoir avalé le petit-déjeuner à sept heures pile, il faut se mettre en marche car cette deuxième étape promet d’être longue. On passe par le Champel puis Tresse avant d’arriver aux Contamines-Montjoie où on se ravitaille en pain et en jambon afin de se concocter des sandwichs pour le déjeuner. On se ravitaille en eau dans les toilettes publiques dans le bourg des Contamines puis la rando reprend le long du Bon Nant, sympathique rivière le long de laquelle il est très agréable de pique-niquer. Ensuite, les choses sérieuses commencent car le sentier s’élève de plus en plus jusqu’au chalet-refuge de Nant-Borrant mais l’étape n’est pas terminée, loin de là. Juste avant le refuge de la Balme, on remplit nos gourdes. Le Plan des Dames culmine à 2 043 mètres d’altitude et c’est à peu près là que nous sommes bloqués par un grand troupeau de moutons supervisé fièrement par un patou qui ne voit cependant pas en nous une véritable menace car il nous laisse passer sans encombre. Reste le col du Bonhomme (2 329 mètres) puis le col de la Croix-du-Bonhomme. Le refuge de la Croix du Bonhomme (2 4423 mètres), géré par le club alpin français (ou CAF pour les intimes) nous attend. A trois, on occupe une chambre de quatre dans laquelle il fait particulièrement froid. Le dîner est nettement moins bon qu’hier.

Bilan : 25,82 kilomètres pour 1 717 mètres de dénivelé

  • Étape 3 : du refuge de la Croix du Bonhomme au refuge Elisabetta

Grâce aux duvets, la nuit dans le dortoir froid du refuge de la Croix du Bonhomme se passe paisiblement. Après avoir avalé le petit-déjeuner, qui n’est pas des plus copieux, on entame un peu après huit heures cette nouvelle journée de marche avec une descente de 900 mètres de dénivelé qui nous mène jusqu’au village des Chapieux. On croise essentiellement des vaches et des coureurs. C’est sur les tables du refuge des Mottets que nous mangeons nos sandwichs. Pour info, sachez que si vous demandez un sandwich végétarien au refuge de la Croix du Bonhomme, il sera effectivement sans viande mais rien ne viendra remplacer la tranche de jambon sec. Moralité : faites don de la viande à vos potes carnivores, vous ferez des heureux. Par ailleurs, dix euros pour un sandwich et une barre de céréales (certes pas mauvaise), c’est un peu cher payé. Juste avant le début de la montée vers le col de la Seigne trône un mémorial en hommage à des aviateurs états-uniens dont l’appareil s’est écrasé dans les environs au cours de la seconde guerre mondiale. Les pentes sont raides mais pas trop caillouteuses, ce qui fait du col de la Seigne une ascension pas si compliquée malgré la chaleur. Le sommet (2 516 mètres), particulièrement venteux, marque la frontière entre la France et l’Italie. Sur le banc de la Casermetta, centre d’accueil et d’initiation à la nature, les randonneurs capteront un réseau wifi et trouveront une borne de chargement pour les téléphones. Une quarantaine de minutes plus tard, on atteint le refuge Elisabetta qui est bien plus moderne que celui de la nuit dernière. Les matelas auxquels nous sommes affectés sont disposés en face d’un couloir. Une chose est sûre, il ne faut pas être trop grand car le plafond est une sorte d’angle aigu qui buttera dans les pieds des dormeurs de plus d’un mètre quatre-vingts. Dans ce refuge géré par le club alpin italien, on mange très bien, spéciale dédicace au risotto au parmesan.

Bilan : 21 kilomètres pour 1 112 mètres de dénivelé

  • Étape 4 : du refuge Elisabetta au refuge Bertone

A sept heures pétantes, c’est une armée de randonneurs affamés qui attend impatiemment l’ouverture de la salle restaurant pour prendre le petit-déjeuner. Comme dans les établissements précédents, il est très simple, la principale différence résidant en l’absence de pain. Le début de l’étape du jour est très agréable. Par rapport au côté français, la végétation est plus dense en Italie ; peut-être les vallées sont-elles moins exposées au vent ? Après une première heure sur le plat, le sentier s’élève. On essuie une averse, la première depuis nos débuts sur le TMB. Par chance, elle ne dure pas trop longtemps mais d’autres vont suivre. On arrive au refuge Maison Vieille. Un peu plus loin à Praz-Neyron, un téléphérique descend à Courmayeur. On résiste à l’envie de le prendre et on amorce à pied la descente. Elle n’est pas des plus sympas mais tout porte à croire qu’on n’a pas toujours suivi le TMB. On traverse Dolonne avant d’arriver à Courmayeur où on se pose dans un restaurant proche de la gare routière. En bons marcheurs conscients de l’effort qui reste à fournir, notre choix se porte sur les pâtes. Ce ne sont certes pas les meilleures de ma vie mais ça remplit le ventre. Notre problème du moment, c’est la pluie car il tombe des cordes et cela ne semble pas vouloir s’arranger. C’est dans la souffrance que nous montons jusqu’au refuge Bertone où nous arrivons trempés jusqu’aux os. La pente n’est pas très difficile néanmoins la pluie battante prive le randonneur de tout plaisir. Dans le dortoir, nous retrouvons des gens déjà croisés sur le TMB. Le repas est particulièrement copieux et c’est appréciable !

Bilan : 23 kilomètres pour 1 200 mètres de dénivelé

  • Étape 5 : du refuge Bertone à l’auberge Maya-Joie (la Fouly)

La pluie n’a pas cessé… Le petit-déjeuner avalé, c’est donc sous une pluie battante que nous entamons notre journée. Les paysages sont sans doute magnifiques mais on ne prend pas trop le temps de les admirer… On fait une pause salutaire au refuge Bonatti. Le bar n’est pas ouvert mais les toilettes sont accessibles. L’arrêt suivant est effectué au Chalet Val Ferret, sympathique restaurant qui nous accueille à bras ouverts, randonneurs trempés que nous sommes. La soupe chaude nous fait le plus grand bien mais malheureusement il nous faut repartir et quitter cet endroit chaud et sec. Commence alors la montée vers le grand col Ferret, qui restera à coup sûr dans nos mémoires tellement la boue et la pluie nous ont accompagnés. Le long de l’ascension, j’ai manqué plusieurs fois m’embourber… Après bien des efforts, on voit le bout du tunnel, à savoir le sommet qui culmine à 2 536 mètres. Il s’agit du point culminant du parcours classique du TMB et du col frontière entre l’Italie et la Suisse. On arrive à l’alpage de la Peule, qui est à la fois une ferme et un refuge. Tous nos compagnons d’infortune s’y arrêtent car ils y ont réservé pour la nuit. Pour notre part, nous continuons notre chemin vers la Fouly et, miracle, il ne pleut plus ! Après une heure quarante cinq de marche, l’auberge Maya-Joie s’offre à nous ! L’accueil est chaleureux, il y a même des parts de gâteau en libre service à l’entrée. La durée de la douche n’est pas limitée et on accepte de nous laisser laver notre linge à la machine et utiliser le sèche-linge. Le dîner, c’est raclette ! Nous ne sommes que tous les trois dans un dortoir de huit donc la nuit promet d’être revigorante.

Bilan : 30 kilomètres pour 1 256 mètres de dénivelé

  • Étape 6 : de l’auberge Maya-Joie à la maison d’hôte La Grange (Champex-Lac)

Le petit-déjeuner est de loin le meilleur jusqu’à présent. L’accent est mis sur les produits locaux, notamment les confitures. On n’a pas pris le temps d’en profiter mais l’auberge Maya-Joie dispose d’une très belle salle de jeux équipée d’un baby-foot. La pluie est toujours aussi battante néanmoins il faut bien se décider à partir. On marche à bonne allure en direction de Champex. On ne prend pas vraiment le temps de regarder le paysage qui est très brumeux ce matin. Le sentier nous emmène en forêt où les racines sont parfois glissantes à cause de la pluie qui met les nerfs des randonneurs à rude épreuve si bien qu’on finit par se poser dans un café à Praz-de-Fort, le Portalet. Le déluge ne voulant pas prendre fin, on finit par commander une pizza et une assiette de frites. Par la fenêtre du bar, on s’aperçoit qu’il ne pleut plus alors le départ est donné. On passe par Issert avant d’entamer la montée vers Champex qui est assez raide. La vue étant plus dégagée, on prend le temps d’admirer le paysage et les beaux chalets de bois des alpages suisses. Nous arrivons devant la porte de la maison d’hôte La Grange et ce qui est drôle, c’est que nous n’étions pas vraiment attendus. En effet, la propriétaire des lieux pensait avoir bloqué la date, blocage qui n’a visiblement pas dû être effectif vu que nous avons pu réserver et payer en ligne. Nous avons pour nous un dortoir de huit lits dans ce confortable chalet. Le dîner se compose de Rösti, ces fameuses galettes de pommes de terre chères à la Suisse alémanique et d’un très bon dessert au coulis de fruits rouges. On discute avec la propriétaire en dégustant plusieurs carrés de chocolat suisse.

Bilan : 19 kilomètres pour 600 mètres de dénivelé

  • Étape 7 : de la maison d’hôte La Grange au refuge Le Peuty

C’est la première nuit qu’on passe sans nos duvets, j’avais presque oublié combien les couettes étaient confortables ! Le petit-déjeuner est le meilleur à ce jour, mention spéciale aux yaourts et confitures maison. La journée de marche commence sur le plat avant que le terrain s’élève pour monter à Bovine (qui porte bien son nom car on y croise de nombreuses vaches). Il faut traverser quelques ruisseaux en évitant tant que possible de mouiller ses chaussures. L’ascension vers Bovine n’est guère évidente car le chemin qui y mène est caillouteux et raide. On arrive au sommet de l’alpage de Bovine qui culmine à 1 975 mètres. On y pique-nique (le pique-nique de La Grange est, soit dit en passant, excellent) et on achète des parts de gâteau en guise de dessert. Nous n’en avons pas terminé avec le dénivelé positif car il nous faut encore franchir le collet Portalo (2 049 mètres) qui offre une belle vue sur Martigny. S’en suit une portion forestière pour descendre vers le col de la Forclaz. On y fait une petite pause (des toilettes publiques sont à la disposition des visiteurs) avant de continuer vers Trient et son église rose. La descente, jonchée de boue et de racines glissantes, n’est pas des plus agréables. De Trient, il ne reste plus que quelques hectomètres pour atteindre le refuge Le Peuty. Notre dortoir, qui doit abriter une vingtaine de lits, ressemble à une cabane en bois. Comme hier, l’établissement est équipé d’un sèche-cheveux et les lits (des matelas posés au sol) sont dotés de couettes. Le dîner (servi dans une yourte), un curry au lait de coco, est délicieux (décidément, les refuges suisses mettent la barre haut s’agissant de la nourriture).

Bilan : 17 kilomètres pour 622 mètres de dénivelé

  • Étape 8 : du refuge Le Peuty au refuge de la Flégère

Heureusement que des couvertures supplémentaires sont à la disposition des clients car je crois que nous aurions eu un peu froid dans notre cabane dortoir. Le petit-déjeuner est servi sous la yourte. Avec le fromage et la charcuterie, il s’agit du repas matinal le plus complet de notre TMB. Un peu avant huit heures, on met le cap sur le col de Balme dont l’ascension est assez sportive. Après un certain nombre de lacets, on arrive au sommet qui offre une vue imprenable sur les glaciers. Le col marque la frontière entre la Suisse et la France, nous voici de retour au pays natal ! Lors de la descente, des vaches se dressent sur notre chemin mais pas de panique elles sont des plus placides. Le pique-nique du refuge Le Peuty est un des meilleurs du séjour. Place maintenant à l’Aiguillette d’Argentière. La montée vers celle-ci est assez pentue mais ce qui nous marque surtout, ce sont les échelles installées sur la paroi qu’il faut emprunter pour continuer la randonnée. C’est d’une de ces échelles qu’on repère un jeune bouquetin, le premier de notre TMB. Parvenus au sommet (1 893 mètres), on amorce la descente vers la Flégère où se situe notre refuge du soir. L’intérieur du bâtiment est assez rustique mais les douches sont plutôt bien conçues. Ce soir, c’est tartiflette pour les valeureux marcheurs que nous sommes. Un jeune chiot croisé berger belge et border Collie est là pour mettre l’ambiance et servir d’aspirateur au cas où des miettes viendraient à s’échapper des assiettes.

Bilan : 21,93 kilomètres pour 1 746 mètres de dénivelé

  • Étape 9 : du refuge de la Flégère aux Houches

On va bientôt pouvoir lever les bras en signe de victoire mais avant ça il faut réussir l’épreuve de la dernière étape. La difficulté du jour, c’est l’ascension du Brévent et force est de constater qu’on ne l’entame pas vraiment sur de bons rails car on se trompe de chemin (le fait de ne plus voir de balises blanches et rouges aurait quand même dû faire tilt) et on se retrouve sur de raides pentes remplies de pierres. On sort de cette mésaventure grâce à une sorte de route qu’on parvient à rattraper néanmoins on aura perdu genre une heure et demi dans la bataille… On retrouve le chemin du TMB vers le Brévent dont on attaque la montée juste après le déjeuner. Assez simple au début, l’ascension se complique rapidement, la faute à de nombreuses pierres et rochers. Des échelles et mains courantes sont également au programme. Heureusement, le sommet (2 525 mètres) offre une vue magnifique sur le Mont-Blanc. Nombreux sont les visiteurs à gagner le sommet car un télécabine y mène. La descente vers les Houches n’est guère aisée à appréhender. Déjà, elle est longue (trois heures) et en plus elle est particulièrement rocailleuse. Heureusement, après plus de neuf heures de marche et presque 22 kilomètres de parcours, nos souffrances prennent fin ! TMB, C’EST FINI ! Aux Houches, nous reprenons la même photo devant la fameuse porte marquant le départ de la randonnée. La voiture récupérée, on se dirige vers le Rocky Pop où nous passons la nuit. A l’image des refuges, lui aussi propose une formule demi-pension. On dort merveilleusement bien dans ces lits confortables, ce qui nous met en parfaite condition pour apprécier à sa juste valeur le délicieux petit-déjeuner.

TMB : bilan

Comme la plupart de ceux qui l’ont entrepris, nous sommes revenus enchantés de notre Tour du Mont-Blanc. Pour une première randonnée itinérante en montagne, ce fut une belle réussite. Personnellement, j’en ai parfois un peu bavé mais la satisfaction d’avoir terminé le TMB l’emporte sur les jours de pluie et les montées raides. Je ne regrette pas d’avoir opté pour l’hébergement en refuges au vu du matériel qu’exige le bivouac. On a croisé des gens qui n’étaient pas des novices sur le sentier et qui revenaient sur le GR avec un plaisir intact alors peut-être que dans quelque années moi aussi je me referai le TMB.

Grandes Randonnées

Tour du Mont-Blanc : quelques conseils pour les novices (matériel, niveau de difficulté…)

  • Est-ce difficile ?

Évidemment, pour se lancer dans une randonnée itinérante, il vaut mieux aimer marcher ! Certains cols (je pense à la Croix du Bonhomme, à Balme et au Ferret) sont assez physiques. La chaleur ou la pluie peuvent venir compliquer un peu plus les choses. A mon sens, le TMB est accessible à toute personne plutôt sportive ayant un petit faible pour la marche à pied (quel que soit son âge) même sans avoir une grande expérience de la randonnée itinérante, ce qui était notre cas.

  • A quoi ressemble le parcours ?

Dans sa version classique (c’est-à-dire sans prendre en compte les variantes), le parcours du TMB s’étend sur 170 kilomètres en France, en Italie et en Suisse pour 10 000 mètres de dénivelé positif. Si la dominante est clairement montagnarde, le TMB emmène également le randonneur en plaine et en forêt.

  • Où dort-on ?

Dans des refuges (ou hôtels dans les villes) ou bien sous la tente en mode bivouac pour les plus courageux. Les refuges, incontournables en montagne parce qu’il n’y a pas grand chose d’autre autour, n’offrent pas tous le même niveau de confort (température dans les dortoirs, état des installations, qualité des repas…). Forcément, il ne faut pas s’attendre à des prestations comparables à celles des hôtels classiques. Tu dormiras dans des lits superposés et ton temps de douche sera souvent limité. Par ailleurs, les prises électriques dans les dortoirs étant une denrée rare, c’est généralement du côté de la salle de restauration qu’il faut recharger son téléphone. Les refuges fonctionnent sur le système de la demi-pension, ce qui signifie que le dîner est inclus dans le prix, tout comme le petit-déjeuner. Moyennant une dizaine d’euros, un pique-nique pour le lendemain peut être acheté. Là aussi la qualité et la quantité sont variables selon les établissements. Pour une nuit en refuge avec demi-pension, il faut débourser entre 45 et 65 euros.

  • Quel matériel emporter ?

Comme pour toute randonnée itinérante, il faut être correctement équipé. Pour ma part, j’ai emmené les choses suivantes :

– un sac à dos de 60 litres = mon bon vieux Décathlon qui est de bonne facture même si les lanières du haut ont la fâcheuse habitude de grincer et que, par moment, il me fait mal aux épaules. Ce sac est équipé d’une housse de pluie, toutefois elle ne fait plus vraiment le taf après une heure de précipitations. On trouve dans certains magasins de sport des housses de pluie renforcées, peut-être cet investissement est-il pertinent. Si on dort en refuge, un sac de 40 litres peut, à mon sens, s’avérer suffisant.

– deux sacs de rangement imperméables (un de 15 litres, l’autre de 7) pour compenser la faible efficacité de la housse de pluie et mieux ranger le sac à dos

– des bâtons de randonnée Décathlon

– une paire de chaussures de randonnée = des Asolo montantes que j’ai depuis sept ans. Dotées d’un revêtement dit Goretex, elles ne prennent pas facilement l’eau. Les garçons ont opté pour des chaussures basses.

– une paire de tongs pour faire reposer les pieds après une longue journée de randonnée

– cinq paires de chaussettes de randonnée, ce qui est trop, je pense que trois suffisent

– cinq culottes

– deux polaires légères = une Décathlon et une Patagonia

– quatre t-shirts de randonnée = un Patagonia, un Marmot, deux Décathlon, ce qui est trop, trois doivent suffire

– un sous-pull mérinos à manches longues Décathlon (porté les jours de pluie)

– un collant de course à pied Nike (je suis plus à l’aise dans des collants qu’en pantalon de randonnée ; quand il pleut, je suis certes mouillée mais les collants sèchent vite)

– deux jupes de trail = une Craft et une Décathlon

– une veste imperméable Décathlon

– un poncho Décathlon (non utilisé, la veste imperméable a suffi à me garder au sec)

– une paire de gants (portée une journée)

– un pyjama

– deux gourdes en inox = une petite et une plus grande (pas d’inquiétude, les points d’eau potable sont nombreux sur le parcours)

– une trousse de toilette = shampoing et savon solides, brosse à dents, crème solide pour le corps, baume pour les lèvres, crème pour le visage, déodorant, coton-tige réutilisable, brosse à cheveux

– un équipement spécial COVID-19 = masques jetables (j’utilise d’ordinaire des lavables ; pour le TMB, c’est la question du poids qui a pesé dans la balance), gel hydroalcoolique, duvet et oreiller gonflable (je ne sais pas si ces deux derniers articles sont nécessaires en temps normal mais en raison du COVID la plupart des refuges ne mettaient pas à disposition des clients des couvertures et des oreillers)

– trois tours de cou, ce qui est trop mais je voulais être en mesure de les assortir à mes vêtements

– deux bandeaux pour que mes cheveux ressemblent à quelque chose

– quelques médicaments et des pansements

– un livre (que j’ai peu lu)

– ma carte bancaire et du liquide

– mes papiers d’identité

– un carnet et un crayon

– mon chargeur de téléphone

– de la crème solaire

– une couverture de survie (non utilisée, heureusement)

– un couteau suisse (non utilisé)

– des barres de céréales faites maison

– des bouchons d’oreilles, très utiles dans les refuges quand sévissent des tronçonneuses (comprendre des ronfleurs)

– une serviette microfibre Décathlon

– mes lunettes de soleil

– le topo-guide de la fédération française de randonnée consacré au TMB

Les refuges de montagne ne mettent pas de machines à laver à disposition de leurs clients. S’il est possible de laver quelques affaires à la main dans l’eau souvent glacée des lavabos, la question qui se pose est celle du séchage. Certes, la plupart des refuges sont dotés de fils à linge mais la vitesse de séchage dépendra en grande partie des conditions météo…

  • Comment se rendre sur le tracé du TMB ?

En train en s’arrêtant à la gare des Houches, départ officiel du TMB. En voiture, en se garant au parc de stationnement gratuit longue durée spécial TMB, celui du Prarion. En ce qui nous concerne, nous étions censés partir en train. Je dis censés car tout ne s’est pas passé comme prévu étant donné que le RER qui devait nous emmener à la gare de Lyon n’est jamais parti, la faute à une fin tardive de chantier. En ce qu’il devenait évident que nous allions louper notre TGV, nous avons profité de la possibilité (spéciale COVID-19) d’annulation des billets de train sans frais avant le départ. Les billets annulés, cela signifiait que nous allions devoir gagner les Houches en voiture. Nous sommes donc repassés chez nous chercher les clés du char. Dans la foulée, nous avons également annulé les billets de retour sachant que nous allions rentrer par la route.

  • A quelle période de l’année se lancer ?

La haute saison du TMB s’étale entre les mois de juillet et août, période durant laquelle le sentier est parfois qualifié d’autoroute. Les refuges sont ouverts de mi-juin à mi-septembre, ce qui laisse la possibilité de se lancer en début ou en fin de saison. Si l’on souhaite entreprendre le TMB durant l’été, il faut réserver les hébergements plusieurs mois à l’avance. On a entendu dire que les réservations ouvraient dès septembre – octobre pour l’été suivant et que certaines dates étaient rapidement prises d’assaut.

  • Seul ou à plusieurs ?

Cela dépend du tempérament de chacun ! Marcher à plusieurs, c’est passer de bons moment entre amis ou en famille et cela permet aussi de mutualiser certaines affaires (je pense par exemple au dentifrice ou à la crème solaire). Néanmoins, randonner en solo va de pair avec de belles rencontres car, sur les sentiers comme dans les refuges, l’ambiance est généralement chaleureuse. Pour notre part, nous étions un groupe de trois, un copain du badminton, Panda 3, a accompagné (et supporté) les traditionnels Panda 1 et Panda 2.

Grandes Randonnées

Tour du Mont-Blanc (ou TMB pour les intimes) : les dix commandements

1. Contre l’idée d’abandonner, parfois tu lutteras

Certes, le TMB n’est pas la randonnée itinérante la plus ardue des Alpes, cependant il ne faudrait pas non plus le sous-estimer. Peut-être les 170 kilomètres et leurs quelques 10 000 mètres de dénivelé ou les conditions météorologiques te donneront à un moment ou l’autre un coup de mou mais sache qu’une bonne part de cette rando se joue au mental. Si la pluie aura eu raison de quelques collègues marcheurs (et je ne les blâme pas car on a connu des journées particulièrement arrosées), sache que tu seras encore plus fier de toi si tu surmontes des conditions difficiles ou d’atroces courbatures !

2. Dans des refuges, les nuits tu passeras…

De nombreux refuges jalonnent le parcours du TMB. Le site officiel permettant de réserver des nuitées deviendra à coup sûr un de tes outils favoris pour planifier tes journées de marche. Certaines portions du TMB sont moins bien dotées que d’autres en hébergements donc il ne faut pas hésiter à procéder à plusieurs simulations afin de trouver le parcours idéal.

3. Ou si tu es du genre dur à cuire, sous la tente tu t’endormiras

Évidemment, la solution de l’hébergement en refuges n’est pas la plus économique. Si tu es bien équipé, pas trop frileux ou que tu veux te sentir encore un peu plus en communion avec la montagne, le bivouac est fait pour toi ! Alors oui, cela demande une certaine organisation (matériel, savoir où on peut planter sa tente, repas) mais nombreux sont ceux qui optent pour cette possibilité et qui en reviennent absolument ravis ! Si comme nous, il s’agit de ta première randonnée itinérante de plus d’une semaine, peut-être opteras-tu plutôt pour les refuges quoique…

4. La carte du TMB, par cœur tu connaîtras

Un peu partout sur le TMB, tu verras affichée cette fameuse carte à fond vert qui décrit le parcours de la randonnée. Néanmoins, si tu as bien potassé tes étapes, tu constateras assez vite que tu connais cette carte sur le bout des doigts. Par ailleurs, comme tout bon TMBiste, tu auras à portée de main dans une des poches de ton sac le célèbre topo-guide édité par la fédération française de randonnée pédestre (qui doit être, pour la fédé, un sacré succès d’édition), véritable Bible du randonneur sur le Tour du Mont-Blanc.

5. Toujours les mêmes têtes, tu croiseras

Le TMB est une aventure propice aux rencontres d’autant que tu croiseras régulièrement les mêmes têtes sur les sentiers ou dans les refuges. Rapidement des liens se créeront et c’est avec plaisir que tu retrouveras tes compagnons de TMB aux côtés de qui tu formeras, qui sait, un groupe de marcheurs.

6. Le poids de ton sac, tu optimiseras

Sur une randonnée itinérante, ton sac à dos, c’est un peu ta maison. Cependant, tu comprendras qu’il ne faut pas non plus emmener toute ta maison car tout ce poids, tu l’auras sur ton dos. D’où l’optimisation de la charge ! J’aurai l’occasion d’y revenir, j’ai empaqueté un peu trop d’affaires. Si c’était à refaire, je partirais donc plus légère.

7. Trois pays, tu traverseras

Le TMB permet de voyager dans trois pays, ce qui n’est pas négligeable en cette période marquée par le COVID-19. Le Tour du Mont-Blanc te fera donc passer par les Alpes françaises, italiennes et suisses. Pas de postes frontières en haut des cols mais pense à te munir de ta carte d’identité ou de ton passeport. La France, l’Italie et la Suisse offrent des paysages qui leur sont propres et également des spécialités culinaires toutes plus appétissantes les unes que les autres.

8. Perdre un de tes bâtons, ta hantise deviendra

Tu le constateras par toi-même, l’immense majorité des randonneurs sur le TMB est munie de bâtons. Il est d’ailleurs fort probable que tu t’en sois procuré avant le début de ta longue marche ! Les bâtons sont utiles aussi bien dans les montées que dans les descentes et, très vite, il te deviendra difficile de t’en passer. Perdre tes bâtons pourrait donc te placer dans une position délicate…

9. Que les douleurs aux pieds apparaissent après la neuvième heure de marche, tu apprendras

Un kilomètre à pied, ça use, ça use ; un kilomètre à pied, ça use les souliers. Bien qu’il soit tout compte fait peu entonné sur les sentiers, ce célèbre refrain peut être considéré comme l’hymne des randonneurs. Si marcher use les souliers, marcher fait aussi (et surtout) mal aux pieds. Au bout de deux jours sur le TMB, tu finiras par t’habituer à sentir tes pieds un peu plus gonflés que d’ordinaire mais tu comprendras vite que les « grosses » journées, c’est-à-dire celles davantage chargées en kilométrage et en dénivelé, se ressentent au niveau des pieds. Personnellement, c’est au bout de la neuvième heure de marche en montagne que je commence à souffrir « podologiquement » parlant.

10. A ton retour, à côte de ta douche, un monnayeur à jetons, tu installeras

Dans certains refuges, la douche est payante et limitée à quatre minutes. Pas le temps donc de rester regarder couler l’eau pour attendre la température optimale. La douche du refuge Bertone m’a joué un vilain tour. J’avais cru comprendre qu’on pouvait arrêter l’eau pour se savonner à sa guise et que ce temps d’arrêt n’était pas décompté des quatre minutes. Or, l’eau s’est arrêtée avant que j’aie eu le temps de me rincer le corps (opération terminée à l’eau froide du lavabo). La même mésaventure est arrivée à une autre fille. En souvenir de ces douches pas comme les autres, tu feras poser dans ta salle de bain un monnayeur à jetons qui fera fureur auprès de tes invités !

Grandes Randonnées

GR34 : d’Erquy au cap Fréhel

En raison du confinement, cela faisait plus de quatre mois que nous n’avions pas foulé le sol de notre région natale. Pour fêter ce retour en Bretagne, quoi de mieux qu’une étape sur le GR34 ? Le départ est donné du port d’Erquy où nous nous étions arrêtés la dernière fois que nous avions arpenté le sentier des douaniers à l’Est de Saint-Brieuc. Le frère de Panda 2, en provenance directe d’Acigné (près de Rennes), nous accompagne. On laisse une voiture à Erquy et une autre au cap Fréhel où nous sommes censés arriver à l’issue de l’épreuve du jour.

Le mercure va frôler les trente degrés aujourd’hui et la météo annonce un risque d’orage en fin d’après-midi. Erquy offre de nombreuses possibilités de randonnées, des panneaux explicatifs détaillent d’ailleurs différents itinéraires. On commence à marcher vers 10 heures 15 sous un grand soleil. On emprunte un escalier assez raide pour monter sur les hauteurs du port d’Erquy, d’où la vue sur la mer est magnifique. Très vite, on arrive sur les premières plages. On ne se lasse pas de regarder les vagues se fracasser sur les rochers depuis la falaise. Les couleurs sont superbes, particulièrement au niveau du cap d’Erquy.

Nous ne sommes pas les seuls sur le GR34 en ce jeudi, loin de là. On croise de nombreux randonneurs sur le chemin en plus de tous ceux qui profitent de la plage. C’est justement sur une plage que l’on s’arrête pour déjeuner. On y trouve un peu d’ombre, ce qui toujours salutaire les jours de forte chaleur. En effet, il fait vraiment chaud aujourd’hui, la crème solaire et les lunettes ne sont pas de trop, bien au contraire. Je crois que c’est la première fois que je bois de l’eau en bouteille si chaude. Heureusement que j’ai aussi la gourde en inox qui conserve bien mieux la fraîcheur. A cause de la chaleur, notre vitesse de marche en prend un coup.

Je ne me rendais pas compte de l’étendue de la commune d’Erquy. On a l’impression d’avoir déjà parcouru une quinzaine de kilomètres sur son territoire et ce n’est pas encore fini. Les landes du cap d’Erquy sont classés parmi les milieux naturels les plus remarquables des Côtes d’Armor. Au mois de juin, la lande se teinte de violet et nous traversons donc de grandes étendues de cette couleur donnant sur la mer.

Bien que peu ombragée, notre portion du jour est très variée : entre falaises, forêts de pins, sous-bois et landes, pas le temps de s’ennuyer. Les randonneurs désireux de camper trouveront sur le parcours de nombreux hôtels de plein air. On est également passé devant quelques chambres d’hôte. Le GR nous emmène à Sables d’Or les Pins, station balnéaire célèbre pour sa longue plage de sable fin. Il nous faut encore marcher pour atteindre le cap Fréhel. Son phare en vue, on admire ses falaises et son relief tourmenté où les oiseaux aiment se nicher.

A quelques kilomètres au loin, on distingue Fort-la-Latte dont la visite fait partie des incontournables. Notre randonnée s’achève un peu après le cap Fréhel car stationner au plus près de celui-ci est limité à trois heures. C’est par conséquent un peu plus loin que nous avons dû laisser la voiture. Au total, nous avons parcouru 28,63 kilomètres ponctués par 542 mètres de dénivelé en sept heures et cinq minutes. L’imperméable sera resté dans le sac mais on a échappé de peu à un bel orage. Les jambes sont plutôt lourdes (la chaleur n’aide pas) néanmoins on est bien content d’avoir continué l’aventure GR34. A bientôt pour de nouvelles randos !

Grandes Randonnées Non classé

GR11 : de Villiers-Neauphle-Pontchartrain à Oregus-Behoust

Jour férié + fin du confinement + température estivale = randonnée ! C’est de nouveau sur le GR11 que nous nous élançons à partir de la gare de Villiers-Neauphle-Pontchartrain en direction de celle de Orgerus-Béhoust. Le descriptif de ce parcours d’une vingtaine de kilomètres est consultable sur le site du comité de la randonnée pédestre d’Ile-de-France. Comme lors de l’épisode précédent sur le GR11 (pour lequel on était également parti de Villiers-Neauphle-Pontchartrain, faut croire qu’on aime bien), on passe devant un site Renault avant de retrouver les balises blanches et rouges à travers des champs bordés de coquelicots.

Coquelicots

Peu après le lieu-dit de Cressay, on admire un beau lavoir entouré de ruisseaux.

Lavoir

Le sentier est plutôt montant en ce début de randonnée. On atteint assez vite la forêt domaniale de Beynes dans laquelle on chemine un bon moment. Ce n’est pas une « autoroute de forêt » à l’image des bois traversés la fois dernière. En effet, les voies sont plutôt étroites et pas en ligne droite. Par endroits, elles sont même assez broussailleuses, d’où les marques laissées par divers végétaux sur mes jambes. On ne croise pas grand monde hormis quelques cyclistes, c’est vraiment tranquille. Le GR, alternant entre sous-bois et champs, nous fait passer tout près du zoo de Thoiry.

On s’avale la salade de quinoa sous un bel arbre que mes faibles connaissances arboricoles ne parviennent malheureusement pas à identifier. On en a presque terminé avec notre sortie du jour. Encore faut-il sillonner la petite ville de Flexanville pour continuer ensuite vers Orgerus. On marche de nouveau à travers champs, en plein soleil certes. C’est alors qu’on bifurque sur le GR22 (qui relie Notre-Dame de Paris au Mont-Saint-Michel, en voilà une belle idée de rando !) qui nous amène jusqu’à la gare. Il n’y pas des masses de train les jours fériés sur la ligne N (un toutes les deux heures) donc on accélère le rythme dans les derniers kilomètres pour assurer le coup. Finalement, on aura une bonne vingtaine de minutes d’avance.

Au total, 23,27 kilomètres parcourus en 4 heures 41 sur une portion très agréable. Le dénivelé (217 mètres) se concentre au début de la rando. A bientôt pour de nouvelles aventures pédestres !

Grandes Randonnées

GR11 : de Villiers-Neauphle-Pontchartrain à Versailles-Chantiers

Confinement oblige, les randonnées ont connu, bon gré mal gré, une interruption forcée. Profitant de la fin du confinement, nous voici de retour sur les sentiers dix jours après la date fatidique du 11 mai.

C’est sur le GR11, parfois dénommé le grand tour de l’Ile-de-France que nous jetons notre dévolu et c’est une première ! Les étapes de ce de GR sont parfaitement détaillées sur le site internet du comité de la randonnée pédestre d’Ile-de-France. C’est donc en toute connaissance de cause que nous nous décidons pour le tronçon reliant la gare de Villiers-Neauphle-Pontchartrain à celle de Versailles-Chantiers. Au vu de la réduction du plan de transport de la SNCF en cette période de déconfinement, nous rallions notre de gare de départ en voiture. Force est de constater que notre véhicule est le seul stationné devant celle-ci en ce jeudi de l’Ascension. Il est un peu plus de neuf heures quand nous entamons la randonnée de la libération. Quel plaisir de retrouver ces chères balises blanches et rouges ! Le GR11 nous guide vers des chemins présentant un bon petit dénivelé, ce qui permet de faire travailler les jambes après deux mois de repos. Les sentes de Villiers-Saint-Frédéric sont donc assez montantes. Elles nous amènent au bourg de cette petite ville que l’on quitte ensuite pour la forêt départementale de Sainte-Apolline où l’on croise un certain nombre de cyclistes et de coureurs.

On traverse Plaisir (le nom de cette commune me fera toujours sourire) puis on s’engage dans la vaste forêt domaniale de Bois-d’Arcy. Pour reprendre les termes de Panda 2, il s’agit là d’une « autoroute de forêt » car le chemin est à la fois large, plat et en ligne droite.

undefined

On arrive au niveau de Fontenay-le-Fleury où nous sommes parfois allés jouer des tournois de badminton. C’est sur une de ces portions forestières qui nous dégustons la traditionnelle salade de pâtes. Cette pause déjeuner me laissera néanmoins un goût piquant car je me fais dévorer par d’affreux moustiques. Il fait étonnamment chaud aujourd’hui avec le mercure qui frôle les 28 degrés, chose rare pour un mois de mai.

Le GR11 nous fait découvrir successivement trois sympathiques étangs. Le premier est celui du Moulin-à-Renard. Longé par un petit ruisseau qui clapote, le chemin qui y conduit le randonneur est très agréable. Situé dans la forêt domaniale de Versailles, ce point d’eau semble particulièrement prisé des familles et groupes d’amis qui viennent s’y promener ou qui s’installent sur les berges. Certains ramènent chaises et tables, c’est dire le niveau d’organisation.

On enchaîne avec l’étang du Val d’Or, également très fréquenté, avant de saluer celui de la Geneste. Nous en avons presque terminé avec notre étape du jour, encore faut-il rejoindre la gare de Versailles-Chantiers, ce que nous faisons au pas de course car le trafic est réduit sur la ligne N si bien qu’il n’y a qu’un train toutes les deux heures qui dessert la gare de Villiers-Neauphle-Pontchartrain. Nous parvenons à monter dans celui de 16 heures 11 (nous arrivons même avec une dizaine de minutes d’avance à la gare) munis des indispensables masques.

Que retenir de cette première fois sur le GR11 ? On aura marché en tout et pour tout un peu plus de trente kilomètres (distance légèrement supérieure à celle indiquée sur le descriptif du comité), ce qui est plus qu’honorable pour une reprise (d’ailleurs, les cuisses commencent sérieusement à tirer). La crème solaire n’était pas de trop et elle a visiblement produit ses effets car, selon un premier bilan, aucun coup de soleil n’est à déclarer. On aura marché en forêt, pris l’air et admiré des étangs.

A bientôt pour de nouvelles aventures !

Grandes Randonnées

GR 34 : de Tréguier à Buguélès

Le constat est sans appel : les articles consacrés au GR 34 sont les plus consultés de cet auguste blog. Rassurez-vos cependant, le plaisir de randonner le long du sentier des douaniers l’emporte largement sur la volonté de faire exploser le nombre de visites.

Il faut croire que nous devenons de plus en plus convaincants pour motiver des randonneurs car cela fait un bon moment que nous, Panda 1 et Panda 2, n’avons pas marché que tous les deux. Pour cette nouvelle étape sur le GR 34, c’est une bonne partie de la famille de Panda 2 qui se joint joyeusement à nous. Au total, nous sommes neuf à prendre le départ sur le port de Tréguier, une fois la deuxième voiture déposée à Buguélès où nous sommes censés terminer la rando. Je ne devrais peut-être pas le dire mais on triche de quelques centaines de mètres par rapport à notre point d’arrivée à l’issue de l’épisode précédent (en espérant que le dieu du GR 34 ne se venge pas de cet affront !)…

Toute la semaine s’est posée l’épineuse question de la météo pour ce dimanche, les prévisions étant particulièrement changeantes. Au final, ce n’est ni de pluie ni de soleil dont nous sommes gratifiés mais d’un ciel nuageux avec quelques timides éclaircies. Le GR 34 nous mène d’abord à travers les rues de Tréguier où l’on admire les maisons à pans de bois et la cathédrale Saint-Tugdual. Une crêperie (La Krampouzerie) et un bar (Madame Mouss’tache) m’ont semblé digne d’intérêt.

Le début du parcours suit principalement la route. On passe devant le jardin botanique du Kestellic dont je n’ai encore jamais arpenté les allées, cependant, de source sûre, la visite vaut le coup ! Les balises blanches et rouges nous font quitter la route pour gagner la rive du Jaudy. Prenez garde, certains rochers sont très glissants.

La marée est basse ce matin et on a hâte qu’elle monte ! Un petit creux ? Le café Pesked, situé 21 rue du port à Plouguiel tout près de la rue Casse-pattes, qui porte si bien son nom car elle monte à pic, est là pour combler la faim ou la soif. On salue la baie de l’Enfer (pourtant décrite comme « profonde et calme » par le site internet de l’office de tourisme de la côte de granit rose) ainsi que deux sympathiques ânes.

Le panneau d’entrée d’agglomération « Plougrescant » est en vue ! Sur le sentier, on tombe nez à nez avec une pancarte indiquant le manoir de Kergrec’h à 500 mètres, qui constitue, si l’on en croit les avis Google, une belle possibilité d’hébergement mais sans doute pas à la portée de toutes les bourses. Deux tables de pique-nique nous accueillent pour casser la croûte, néanmoins le vent froid nous dissuade de rester attablé trop longtemps.

La promenade se poursuit et force est de constater que le terrain est nettement moins vallonné que lors des premiers kilomètres. On commence à bien voir la mer qui remonte petit à petit.

Les amas de rochers évoquent la magnifique côte de granit rose, la plus touristique des Côtes d’Armor, qui n’est plus si loin.

On fait un détour par la célèbre petite maison entre les deux rochers puis par le toujours très impressionnant gouffre de Plougrescant, où la mer déferle dans une profonde entaille.

Sur la commune de Penvénan, le balisage est quelque peu erratique si bien qu’il vaut mieux longer les plages et la côte pour être sûr de ne pas se perdre.

Au fil des kilomètres, le groupe s’est scindé en trois groupes. Le peloton de tête va chercher la voiture laissée à Tréguier. Panda 2, parti devant avec son père et son oncle, vient à ma rencontre sur la dernière plage où on attend le reste de la troupe. Sa traversée est d’ailleurs un peu épique à cause de la mer qui monte. Le petit port de Buguélès, épilogue de notre randonnée, est en vue !  On y attend l’arrivée des voitures pour rentrer au bercail.

26,95 kilomètres au total pour 385 mètres de dénivelé. Cette portion du GR 34 fut d’autant plus agréable que nous n’avons pas senti une seule goutte de pluie à défaut d’avoir pu profiter du soleil malgré quelques éclaircies. Merci à tous, merci au GR 34 et à bientôt pour de nouvelles aventures en Bretagne ou ailleurs !

Grandes Randonnées

Etretat par le GR 21

Après la réussite éclatante de la randonnée dans la vallée de la Chevreuse, il aurait été dommage d’en rester là ! Pour tout dire, bien avant de nous promener entre les quatre châteaux, nous avions déjà planifié notre deuxième sortie, la Chevreuse n’étant en quelque sorte qu’un tour de chauffe. En effet, après d’intenses négociations (auxquelles je n’ai personnellement pas eu le privilège d’assister), décision avait été prise de marcher deux jours sur le GR 21 en Seine-Maritime. Le projet était le suivant :

  • prendre le Transilien entre Houilles et la gare Saint-Lazare;
  • monter dans un train Intercités jusqu’au Havre;
  • finir le voyage en TER jusqu’à Montivilliers;
  • randonner entre Montivilliers et Fécamp (et passer la nuit à mi-chemin à côté d’Etretat).

Mais c’était sans compter avec le mouvement de grève sans préavis (ou exercice du droit de retrait, visiblement le débat fait rage) à la SNCF ! Autant dire que nous avons été contraints de trouver une solution de repli après avoir appris qu’aucun train ne circulerait entre Paris et Le Havre. Décision ⇒ exécution : aller en voiture jusqu’au Tilleul où nous avons loué deux chalets pour une nuit. La bonne nouvelle, c’est que si le moral était quelque peu tombé en berne à la suite de l’analyse des prévisions du trafic SNCF, il est assez vite remonté à la faveur de l’amélioration notable du bulletin météo qui nous promettait un temps bien plus agréable que le froid et la pluie initialement redoutés. Le rendez-vous est donné à la gare de Houilles – Carrières-sur-Seine à huit heures. Après deux heures et quart de route (ironie du sort, on double une voiture estampillée « préférez le rail »…), nous arrivons sur notre lieu de villégiature.

Possession des lieux prise, on élabore un itinéraire de substitution autour des falaises. C’est ainsi que onze badistes et une athlète (la pauvre, que vient-elle faire dans cette galère ?) entament une rando à travers champs pour atteindre la côte et ses premières falaises. Le soleil, les imposantes falaises, la splendide couleur de l’eau : tous les signaux sont au vert pour passer une belle journée. Comme de nombreux randonneurs ont pu le faire avant nous, on salue l’Aiguille et l’Arche.

On déjeune assis sur la jetée devant la mer en écoutant le bruit des vagues. Etretat est une des communes les plus touristiques de Seine-Maritime et ça se voit car les cafés et restaurants sont bien remplis. Les négociations reprennent avec la montée vers la chapelle Notre-Dame de la Garde.

De là-haut, la vue est magnifique. Les falaises suivantes, quoique très belles, sont un peu moins impressionnantes.

Sur le GR 21, on passe devant un salon de thé, La Dame au Chapeau, situé sur la commune de Bénouville. Faute de les avoir goûtées, je ne vanterai pas les mérites des pâtisseries, néanmoins vu de l’extérieur, l’endroit a l’air des plus accueillants.

On fait une petite pause dans le centre-ville d’Etretat où l’offre de restauration semble taillée pour les visiteurs avec des brasseries aux cartes très disparates (ce qui n’est pas toujours un gage de qualité, loin de là).

Résultat des courses : 22 kilomètres de marche sous le soleil. Nous voilà de retour au camping Abijune. Les chalets sont récents et bien équipés pour faire dormir six personnes. S’il est possible de louer des draps, nous avons opté pour la solution la moins dispendieuse, qui est, vous vous en doutez, d’apporter des duvets. Pour une nuit dans ces chalets à cette période de l’année, il faut compter une petite vingtaine d’euros par tête si on est six. La soirée commence par un apéro improvisé sur la terrasse d’un des deux chalets avec les bières et biscuits achetés au petit Carrefour d’Etretat.

Le Tilleul n’est certes pas une grande ville mais un bon restaurant est implanté sur ses terres et situé à 800 mètres du camping. Il s’agit du Tilleulais et c’est justement là que nous dînons, choix que nous ne regrettons pas car nous avons très bien mangé. Le restaurant propose trois menus (20 euros/25 euros/30 euros) composés notamment de spécialités normandes. La nuit est paisible dans les chalets, à peine entend-on la musique de la cousinade célébrée dans la salle commune.

Au petit matin, trois courageux se dévouent pour aller chercher les sandwichs et les viennoiseries commandés hier à la boulangerie implantée à une petite dizaine de minutes à pied de notre hôtel de plein air. Grâce à ces victuailles et à celles amenées par un certain nombre d’entre nous, c’est un petit-déjeuner comme on les aime qui s’offre aux randonneurs que nous sommes. Seule ombre au tableau, la pluie qui fait naître une vague hésitation entre partir en randonnée et regarder la deuxième mi-temps du match de rugby opposant la France au Pays de Galles… A la faveur d’une accalmie sur le front des intempéries, le départ est donné. Au programme, la valleuse de la Poterie-Cap-d’Antifer, une des dernières non urbanisées de la côte d’Albâtre. Il pleut certes encore un peu mais rien de très inquiétant. Notre rando du jour nous fait passer par des sous-bois avant de nous amener vers les falaises. On croise de sympathiques chevaux et de paisibles vaches.

On déjeune sur la plage ventée puis on rentre tranquillement au camping, après 15 kilomètres de marche, alléchés par les pâtisseries qui nous attendent dans les chalets. Un coup de serpillère et nous voilà repartis en Ile-de-France alors que la pluie fait son retour.

Quel bilan tirer de ces deux jours en Seine-Maritime ? Il est vrai qu’entre la grève à la SNCF et les conditions météo, notre escapade normande ne s’annonçait pas sous les meilleurs auspices. Passée la déception engendrée par l’annulation des trains Intercité, nous nous sommes attelés à réaménager le programme. Au lieu de suivre le tracé du GR 21 entre Montivilliers et Fécamp, nous nous sommes contentés de boucles autour d’Etretat, ce qui est toujours mieux que rien ! Niveau météo, ce fut nettement plus favorable que prévu avec certes des averses le dimanche mais un beau soleil d’automne le samedi. Cette portion du GR 21 ne présente pas de difficulté majeure mises à part quelques remontées de valleuses, rien d’insurmontable cependant. Attention tout de même à ne pas glisser par temps pluvieux, le risque principal étant de se retrouver les fesses par terre couvertes de boue.

Merci à tous pour ces deux jours de randonnée dans la joie et la bonne humeur !

Grandes Randonnées

GR 2 : du Vert de Maisons à Ris-Orangis

Que faire en Ile-de-France un dimanche d’août ? Le GR 2, évidemment ! 😉 Les négociations reprennent à partir de la gare du Vert de Maisons où nous nous étions arrêtés la fois dernière. En raison de travaux sur le RER A, le trajet prend nettement plus de temps que d’ordinaire. A la gare de Lyon, on monte dans le RER D pour rejoindre la gare du Vert de Maisons. Dès la sortie de la gare, on tombe miraculeusement (ou presque) sur nos premières balises rouges et blanches qui nous font traverser Alfortville. Le sentier est censé nous faire passer par le parc de la ville, c’est sans compter sur les barrières fermées en ce jour qui nous obligent à faire demi-tour. Grâce au GPS, on retrouve cependant facilement nos petits. Le GR nous mène sur les berges de Seine. Tout est calme et reposé en cette matinée d’été, on ne croise que quelques cyclistes et coureurs.

On arrive à Choisy-le-Roi où le lit du fleuve est bien plus large. On y voit des gens faire du ski nautique.

On déguste la traditionnelle salade de pâtes à Ablon-sur-Seine sur un banc devant le fleuve. On longe ensuite la Seine en plein soleil. Le mercure dépassant les trente degrés, la crème solaire n’est pas de trop. Le GR 2 nous fait monter sur les hauteurs d’Athis-Mons (d’où on peut admirer les avions qui viennent de décoller d’Orly ou qui se préparent à y atterrir) puis longer les berges de l’Orge qui se jette dans la Seine tout près de là.

On arrive à la gare de Juvisy au niveau de laquelle l’accès au GR 2 est coupé en raison de travaux. Ne voyant pas trop par où passer, on emprunte le sous-terrain de la gare (badge Navigo nécessaire, ce serait bête de payer un ticket pour la simple traversée d’une gare) pour gagner l’autre côté. Le passage par le centre-ville de Juvisy ne restera pas marqué dans nos mémoires cependant on se retrouve assez rapidement à un endroit bien plus agréable, à savoir l’espace naturel régional de la fosse aux carpes. Les pêcheurs sont particulièrement bien représentés sur ce tronçon ombragé qui borde la Seine.

C’est à Ris-Orangis (donc dans l’Essonne) qui s’achève notre randonnée du jour. Alors, certes, ce n’est pas là la plus jolie portion du GR 2 mais cela aurait été dommage de ne pas sortir par ce si beau temps. 24,27 kilomètres (pour seulement 215 mètres de dénivelé selon le « GR Access ») de marche aujourd’hui, ce qui ne constitue guère un record. Néanmoins, entreprendre une rando plus courte permet de rentrer un peu plus tôt (surtout quand il fait chaud et que le temps de transport est rallongé à cause de perturbations). Je ne sais pas quand on reprendra le GR 2 de ce côté-ci de l’Ile-de-France. Peut-être pas dans l’immédiat car la Normandie pourrait bien être notre prochain terrain de chasse pour la rando !

Grandes Randonnées

GR 34 : de la pointe de l’Arcouest à Tréguier

L’heure de la pêche aux balises blanches et rouges a de nouveau sonné ! C’est avec une joie non dissimulée que nous fêtons nos retrouvailles avec ce bon vieux GR 34. C’est du côté Ouest par rapport à Saint-Brieuc que l’action se passe aujourd’hui et demain. Une fois n’est pas coutume, nous sommes quatre courageux marcheurs (Panda 1, Panda 2, Frère de Panda 2, une amie) mais seulement trois d’entre nous se sont engagés pour les deux jours d’efforts. Il faut donc que notre amie soit en mesure de faire demi-tour, d’où sa voiture laissée au rando-gîte de Lanmodez où nous allons passer la nuit. Le père de Panda 2 embarque ensuite toute la troupe pour nous déposer à la pointe de l’Arcouest (juste devant l’embarcadère pour l’île de Bréhat, cf. l’épisode précédent) où démarre notre étape. Il est presque 11 heures et c’est partiii !!! Le soleil est au rendez-vous, ce qui promet une journée parfaite pour randonner.

Au bout d’un peu plus d’une heure de marche, on atteint Loguivy-de-la-Mer, localité située sur la commune de Ploubazlanec. Si tu n’es pas Costarmoricain, ce nom ne te dit sans doute rien, néanmoins, pour parfaire ta culture musicale, sache que Loguivy-de-la-Mer a inspiré une célèbre (enfin, dans les Côtes d’Armor, j’entends) chanson d’un certain François Budet (dont la fille Yelle chantait « Je veux te voir dans une film pornographique). Personnellement, j’ai toujours trouvé cette chanson particulièrement déprimante (Loguivy-de-la-Mer Loguivy-de-la-Mer, tu regardes mourir les derniers vrais marins / Loguivy-de-la-Mer, au fond de ton vieux port s’entassent les carcasses des bateaux déjà morts) mais je te laisse juge et te laisse libre de cliquer sur ce lien si j’ai réussi à piquer ta curiosité ! Ce n’est pas que cette chanson, que j’ai dû apprendre en CM2 et chanter lors de la fête de l’école, m’ait tant à ce point traumatisée, cependant, comme beaucoup d’autres élèves, je me souviens, acte de rébellion suprême, avoir beuglé Loguivy-de-la-Meeerde. Juste une petite photo du port de Loguivy avant de refermer cette digression !

DSC06179

Le sentier oscille entre bords de mer et sous-bois avec de magnifiques vues plongeantes sur l’eau. On s’arrête pour pique-niquer à la Roche aux Oiseaux d’où on peut admirer l’estuaire (l’embouchure du Trieux) et l’archipel de Bréhat.

On poursuit notre route entre chemins côtiers et sous-bois. Ces derniers nous protègent des rayons du soleil car, mine de rien, ça tape. En Bretagne, le soleil est souvent traitre dans le sens où, même s’il ne fait pas très chaud et que le ciel est parsemé de nuages, la crème solaire est de rigueur.

On passe Lézardrieux, son église, son monument aux morts (orné d’une statue de soldat, une main sur le fusil, l’autre sur le cœur) avant d’atteindre son petit port de plaisance. A Lézardrieux, nous tombons nez à nez sur la maison d’hôtes Lan Caradec et son impressionnante collection de plaques du guide du Routard. Elle est située directement sur le sentier (sur une portion routière), ce qui en fait sans aucun doute un lieu idéal de villégiature pour les randonneurs qui cherchent un endroit où dormir.

Comme souvent sur le GR 34, le terrain monte et descend, ce qui rend certaines portions assez cardios. Cet après-midi, la marée est basse et je trouve que c’est un peu moins joli que lorsqu’elle est haute.

Entre le Moulin à Mer et Lanmodez, le sentier nous fait passer un certain nombre de fois par la route (pas très passante certes), ce qui est moins agréable que quand il nous fait longer la côte. On fait une pause ravitaillement à la Cambuse de Kermouster, petite crêperie établie sur la commune de Lézardrieux. Les crêpes sont chères (4,20 euros pour celle au Nutella ; eh, les gars, on n’est pas non plus devant la tour Eiffel !) néanmoins elles sont bonnes. C’est donc requinqués que nous mettons le cap sur le rando-gîte de Lanmodez situé à un peu moins de quatre kilomètres. Comme convenu, nous appelons la responsable de ce gîte communal à la vue du premier panneau en indiquant la direction. Le gîte n’est pas situé pile-poil sur le GR 34, il faut marcher deux kilomètres hors du sentier pour l’entrevoir.

Dix-neuf minutes plus tard, nous atteignons notre but. L’accueil est sympathique, tout comme le gîte en lui-même dont les voyageurs apprécieront la cuisine très bien équipée. La nuitée coûte 22 euros auxquels il faut en rajouter 5 si vous souhaitez prendre le petit-déjeuner. Les draps sont fournis mais pas les serviettes de bain. Douches et toilettes sont communes. On se fait cuire des pâtes dans la vaste cuisine tout en discutant avec un couple venu de Lyon. Une chose est sûre, on ne devrait pas être dérangé cette nuit tellement le coin est paisible.

En effet, c’est le silence total, on entend seulement les oiseaux et quelques chiens qui aboient au petit matin. A la question de savoir à quelle heure nous souhaitions prendre le petit-déjeuner, nous avions répondu 07 heures 30. Comme par magie, tout est en place à l’heure convenue. Il y a sur la table du lait, du thé, du pain, des croissants, de la confiture ainsi que du jus d’orange.

Rassasiés, on boucle les sacs et c’est reparti ! On fait un saut au bar-épicerie de Lanmodez pour acheter une baguette et des abricots. Il fait aujourd’hui un temps admirable, visiblement un peu plus chaud qu’hier. Les premières vues sur la mer nous enchantent.

On arrive sur Pors Guyon, tranquille petit port de pêche dont rien ne semble pouvoir troubler la quiétude.

Laneros, localité dotée d’un hôtel de plein air (avis aux randonneurs campeurs), s’offre à nous. Les chemins, la plupart côtiers, sont charmants. On admire le sillon noir, moins connu et moins grand que son confrère du Talbert.

On arrive à Pleubian, d’où le point de vue sur le sillon de Talbert est superbe surtout quand le ciel est dégagé comme aujourd’hui. Curiosité géologique, le sillon de Talbert s’avance de trois kilomètres dans une mer parsemée de rochers. L’étroite langue de 35 mètres, faite de sable et de galets, est façonnée par les courants opposés du Trieux et du Jaudy.

Non loin de là se trouve la maison du sillon, le lieu de référence pour obtenir des informations sur ce site naturel. Juste à côté trônent trois restaurants, dont l’un croule sous les plaques Routard, du style crêperie. Le sentier est magnifique dans les environs de Pleubian. Entre la végétation et les vues plongeantes sur la mer, difficile de ne pas se dire que les Bretons sont gâtés.

A défaut de trouver un banc qui ne soit pas exposé en plein soleil, on s’arrête pour déjeuner à l’ombre sur le bas-côté du sentier. L’après-midi de marche est plus difficile que celle d’hier pour les organismes car il fait plus chaud et un certain nombre de portions ne sont pas ombragées. Par ailleurs, notre étape du jour est un peu plus longue que ce que nous pensions.

Nos collègues randonneurs trouveront entre Kermagen et Bilvéro plusieurs gîtes qui jouxtent le sentier. La portion juste avant Tréguier est peut-être la plus difficile du jour. Il faut, en effet, emprunter un chemin en sous-bois pour atteindre la rive droite du Jaudy et y aller prudemment car le sol est particulièrement vaseux.

Heureusement (car mes pieds commencent à crier famine), on en a presque terminé ! Encore quelques portions routières et le port de Tréguier sera en vue. Les parents de Panda 2 nous attendent juste à côté du pont où nous reprendrons donc les négociations la prochaine fois.

Quel bilan tirer de ces deux jours sur le GR 34 ? Une chose est sûre, nous avons été gratifiés d’un temps exceptionnel. Au niveau kilométrique, le livre de comptes indique : 26,25 kilomètres pour le premier jour et 33,10 pour le second. Peut-être aurait-il été plus judicieux de prévoir un plus gros kilométrage le dimanche plutôt que le lundi. Personnellement, j’ai préféré la portion entre Lanmodez et Tréguier à celle entre la pointe de l’Arcouest et Lanmodez pour la simple et bonne raison que le GR 34 longe davantage la côte. Je m’arrête ici, merci d’avoir pris le temps de lire cet article et à bientôt pour de nouvelles aventures !

Grandes Randonnées