Québec : bilan

Une fois n’est pas coutume, commençons par faire la liste de ce que j’aurais pu emporter et ce de que j’ai transporté dans mon sac mais qui, tout compte fait, m’a été inutile !

Ce que j’aurais pu emporter :

  • des tongs car c’est toujours pratique dans les auberges et au sortir de la douche au camping ;
  • un sous-pull à manches longues parce qu’en Gaspésie, il a fait froid ;
  • un pyjama plus chaud, pour la même raison.

Ce que j’ai emporté mais dont je ne me suis au final pas servi :

  • les répulsifs anti-moustiques (peut-être ces bestioles sont-elles moins présentes en septembre ?) ;
  • le rouleau de papier toilette (les sanitaires des hôtels de plein air en sont pourvus) ;
  • mon short en jean (températures trop froides pour le porter) ;
  • les médicaments (pas de malades heureusement, mais on ne sait jamais, mieux vaut avoir quelques trucs avec soi) ;
  • le masque de sommeil (la tente était suffisamment opaque et, réflexion faite, je ne suis pas certaine de pouvoir supporter cet accessoire autour de ma tête).

Passons au bilan à proprement parler !

Cette petite virée dans la belle province fut fort sympathique. Comme d’autres avant moi, j’ai été marquée par la gentillesse et la spontanéité des Québécois. J’en oublierais presque leur accent et leurs expressions du type « c’est mon plaisir », « présentement » et j’en passe.

Si Montréal est sans doute une métropole agréable à vivre, je ne pense pas que ce soit vraiment mon style de ville. En tant que touriste, je ne trouve pas qu’il y ait beaucoup de choses à y voir. Riche en histoire, Québec est une cité, à mon sens, plus intéressante.

Bien plus que les villes, les parcs nationaux m’ont enchantée. Les trois que nous avons visités sont absolument splendides avec peut-être une petite préférence pour celui de la Gaspésie où je serais volontiers restée un jour supplémentaire. Camper dans ces parcs fut une superbe expérience que je recommande vivement. En effet, les emplacements sont très bien aménagés, ce qui est idéal pour des novices en la matière. La Gaspésie m’a beaucoup plu, découvrir cette partie du Québec vaut vraiment le coup. Mon cœur préfère néanmoins le nord de cette région, la Baie des Chaleurs et la vallée de la Matapédia étant, selon moi, un peu moins attrayantes.

Entre les taxes et les pourboires, manger au restaurant est assez onéreux pour une qualité pas toujours au rendez-vous. Les cuisines équipées des auberges de jeunesse (et de certains motels, paraît-il) permettent de se concocter son repas et de réduire ainsi les frais.

Québec, de tes paysages, je me souviens ! J’espère te retrouver un jour, pourquoi pas en hiver pour te voir revêtu de ton manteau blanc même si, dans le cas où je serais amenée à retourner au Canada dans les années à venir, un de mes souhaits les plus chers serait de découvrir la Colombie Britannique.

A bientôt pour de nouvelles aventures !

Montréal : le Mont-Royal

Nous ne sommes pas encore allées au Mont-Royal alors en cette dernière matinée montréalaise, c’est le moment où jamais ! Avant de partir, on fait nos sacs et force est de constater qu’ils sont bien plus lourds qu’à l’aller. Il a fallu bien tasser pour faire rentrer les deux pots de pâtes d’arachide !

Un certain nombre de rues sont bloquées ce matin en raison du marathon qui sera couru demain. Le nouveau Mexicain, arrivé tard hier soir dans notre dortoir s’élancera sur le semi. Direction donc le parc du Mont-Royal où il est très agréable de s’y promener surtout quand il fait beau comme aujourd’hui.

De gros écureuils, qu’il faut se garder de nourrir, courent dans les allées. Ils sont cependant bien enveloppés, ce qui les empêche apparemment de monter aux arbres et provoque leur décès prématuré. On s’arrête au belvédère avant de faire une pause au chalet du Mont-Royal inauguré en 1932. La vue sur les gratte-ciels fait le bonheur des photographes.

On passe ensuite par le lac aux castors où les oiseaux sont rois. L’hiver, l’endroit se transforme en patinoire.

C’est une fois encore la rue Sainte-Catherine qui nus accueille. On déjeune tardivement dans une des nombreuses succursales des Trois Brasseurs. La brasserie est immense et parsemée d’écrans qui diffusent du baseball. La carte est un peu pléthorique, je choisis, pour ma part, un burger. Verdict : pas mauvais mais je trouve que l’ensemble manque de sauce pour compenser la cuisson très à point (c’est toujours ainsi au Canada) de la viande. Les Trois Brasseurs se présentent comme une micro-brasserie et il faut bien reconnaître que leur bière n’est pas mauvaise.

Après un dernier petit tour dans Montréal, il est temps de retourner à l’auberge chercher nos sacs. Comme lors de notre arrivée, on emprunte le bus 747. On met un peu plus de temps que prévu à cause des bouchons mais, pas de panique, on avait prévu large. L’Airbus A330 d’Air Transat atterrit à Roissy avec 55 minutes d’avance, les vents aidant. La belle province, c’est fini ! Il est temps de faire le bilan !

Montréal : le musée des beaux arts

Les lits superposés de l’auberge M Montréal sont plutôt bien conçus. Ils sont, en effet, dotés de rideaux, d’une lumière individuelle, d’un dossier permettant de s’adosser contre le mur et de plusieurs rangements, ce qui compense la petite taille de notre dortoir de quatre couchages. Malgré ces équipements, on ne dort pas si bien, la faute à une tronçonneuse mexicaine très constante dans son effort de ronflement. On profite du petit-déjeuner inclus dans le prix (composé de céréales, œufs, pain de mie et bagels) avant de mettre le cap sur le musée des beaux arts.

On comptait s’y rendre à pied sauf qu’il pleut des cordes si bien qu’on prend finalement le métro à mi-chemin. Le musée des beaux arts est particulièrement intéressant, c’est peut-être LE musée à visiter en priorité à Montréal. Les collections impressionnent par leur variété : peinture européenne (à partir du XIXe siècle), art moderne, art africain, Antiquité, design industriel. Après cette visite plutôt intense, on déjeune dans un restau de nouilles asiatiques situé à proximité du musée. Les nouilles ne sont pas mauvaises mais ce ne sont pas non plus les meilleures de ma vie.

On marche ensuite jusqu’au centre canadien d’architecture dont l’exposition est en ce moment intitulée « Utopie Radicali ». Rarement une exposition ne m’avait semblé si peu accessible. Je n’ai rien compris ni aux textes explicatifs ni aux œuvres en elles-mêmes… J’en ai discuté avec la jeune fille de l’accueil du centre qui a admis comprendre mon point de vue tout en rappelant que le CCA était principalement dédié à la recherche. Cependant, je ne vois pas trop l’intérêt d’ouvrir des expos au public si elles ne sont compréhensibles que pour une infime minorité.

On se promène le long de la rue Sainte-Catherine qui est très commerçante. On entre dans plusieurs boutiques, dont Roots, marque canadienne au style plutôt urbain (rien de très original selon moi).

Ce soir, on retrouve Frère pour manger des bagels. Avant de le rejoindre, on monte sur le toit du M Montréal où trône un spa sans lequel les clients peuvent gratuitement patauger. Il n’y a pas à dire, cette auberge de jeunesse offre un niveau de confort supérieur à bon nombre d’établissements du même type. La propreté est impeccable et, chose peu commune pour une auberge de jeunesse, les serviettes de toilette sont fournies et changées tous les jours. Mais revenons-en aux bagels ! Le rendez-vous est donné au Saint-Viateur, boulangerie spécialisée dans ces petits pains ronds à trou. On commande tous les trois le même bagel, à savoir le « traditionnel » garni de fromage frais et de saumon fumé. Il est absolument délicieux ! Pour terminer sur une note sucrée, on déguste tous à l’unisson un bagel au Nutella (je précise que la dose de pâte à tartiner est plus qu’honorable). Nous prenons un peu de temps à quitter le Saint-Viateur car il pleut à seaux. On choisit donc de rentrer en métro mais on se fait bien tremper le temps d’atteindre la station.

Retour à Montréal et découverte de la poutine

Ce matin, on avale les restes de pain et de confiture en guise de petit-déjeuner. Pas trop le temps de traîner car la voiture doit être rendue pour dix heures dans le vieux Québec. Après avoir réglé (124,95 dollars, ce qui fait de ce studio notre hébergement le plus cher), on file donc vers Québec. Une heure quinze plus tard, nous y sommes et, non sans avoir refait le plein d’essence, on ramène le char à bon port. Les formalités réalisées, on marche en direction de la gare routière de Québec. Nous avons un peu de temps devant nous car le bus part à 11 heures 30. Le trajet prend un peu plus de temps qu’à l’aller en raison des bouchons et d’un arrêt supplémentaire.

Arrivés à Montréal, on rejoint à pied notre auberge, la M Montréal (1245 rue Saint-André). Grande, branchée et proposant de multiples activités, elle semble faire partie de ces endroits où la jeunesse voyageuse du monde entier se donne rendez-vous. Le Mac, le portable dernier cri et les vêtements à la mode sont de rigueur. Après une petite visite des lieux, notre premier objectif est de faire une lessive, ce qui est facilité par le fait que l’auberge abrite en son sein plusieurs machines à laver et séchoirs.

On se rend ensuite à l’IGA situé tout près de l’auberge pour acheter du beurre d’arachide, de la levure (celle qu’on trouve en Amérique du Nord est un peu différente de celle disponible en Europe), des pépites de chocolat et du sirop d’érable. On retrouve ensuite mon frère en bas de l’auberge pour aller se manger une bonne vieille poutine des familles. Si la poutine est le passage obligé d’un voyage au Québec, j’appréhendais quelque peu cette dégustation, la faute à la réputation grasse et bourrative de ce monument de la gastronomie canadienne. L’endroit où Frère nous emmène s’appelle Poutine Centrale (3971 rue Hochelaga). Ce n’est pas dans l’hyper-centre de Montréal, ce qui explique peut-être pourquoi le restaurant n’est pas très fréquenté ce soir. Je choisis la poutine « Petite Italie » composée de frites, de fromage et de sauce bolognaise. Verdict : je m’attendais à pire ! Je parviens presque à finir ma portion (je précise avoir commandé une petite et non une grande). C’est la peau du ventre bien tendue que nous rentrons au bercail.

Le Bas-Saint-Laurent

On prend le petit-déjeuner en compagnie d’un coupe de retraités québécois originaires d’une région située au Sud de Montréal. La dame est issue d’une (très) grande famille, sa mère ayant eu au total 23 enfants (mais tous n’ont pas survécu), ce qui s’expliquerait notamment par le fait que son père avait « peur du curé ». Avant de plier bagage, nous discutons avec notre hôtesse qui nous parle de la vie dans cette bonne ville de Sayabec en hiver. Avec des températures frôlant les -30 degrés, mieux vaut être correctement équipé ! On apprend qu’une station de ski est située dans les environs. Elle ne comprend qu’une seule piste alors que le prix du forfait est élevé. Il fait si froid qu’un local chauffé attend les skieurs au sortir du télésiège avant de se lancer dans la descente…

Suivant les conseils de Mélanie, on s’arrête à la Fromagerie des Basques située sur la commune des Trois-Pistoles. On mange des sandwichs achetés sur place. La fromagerie vend un certain nombre de produits comme du lait, du pain et divers plats préparés. Elle est ouverte 24 heures sur 24 ! Le fromage fabriqué ressemble à du cheddar. On peut en acheter sous plusieurs formats mais rien n’est disponible à la coupe, tout étant déjà préemballé. La fromagerie gère également un restaurant, je vous laisse imaginer l’ingrédient de base des plats au menu.

Avec ses presque 20 000 habitants, Rivière-du-Loup est le chef-lieu de la municipalité régionale du comté qui porte le même nom. Le musée du Bas-Saint-Laurent permet d’en apprendre un peu plus sur l’histoire de la ville qui fut un important carrefour ferroviaire jusqu’à la moitié du XXe siècle. Le musée présente de nombreuses photographies anciennes de la ville et de ses habitants ainsi que des expositions d’artistes locaux. L’entrée coûte 7 dollars, je ne dirai pas qu’il s’agit là d’un passage obligé mais quand le temps est pluvieux…

On se rend ensuite au parc des chutes de Rivière-du-Loup. Les dites chutes seraient hautes de 30 mètres, le hic, c’est qu’on ne les a pas vues… En effet, pas de torrent d’eau comme sur les photos visibles sur Internet. Est-ce parce que le débit a été réduit par une manœuvre de la centrale hydroélectrique ? Quoi qu’il en soit, on se promène dans ce très agréable parc qui est sillonné par plusieurs sentiers.

Il est temps de mettre cap sur l’Islet où nous avons réservé, une fois n’est pas coutume, un studio dans une résidence de tourisme répondant au doux nom de Studios Vacances Marchant de Bonheur. L’accueil des propriétaires est des plus sympathiques. La demeure est, de surcroît, très bien décorée, notamment grâce aux œuvres d’art de Monsieur. Notre appartement est dédié à Gabrielle Roy, écrivaine québécoise décédée en 1983, dont plusieurs romans ornent la table de chevet. Le studio est propre et particulièrement bien équipé, ce qui en fait sans aucun doute une base agréable pour découvrir la région. Par ailleurs, nous avons une belle vue sur l’imposant jardin qui est même agrémenté d’un petit étang.

On se fait cuire des pâtes avant de ranger les sacs car il nous faudra rendre la voiture demain matin à Québec. Bref, ça sent la fin de campagne !

De Miguasha à la vallée de la Matapédia

Au gîte Leblanc, le petit-déjeuner est délicieux. Au menu : muffins, pancakes aux myrtilles, confiture maison. C’est le ventre bien plein que nous mettons le cap sur le parc national de Miguasha, parc très différent de ceux que nous avons pu visiter jusqu’à présent en ce qu’il est consacré à la paléontologie. En effet, Miguasha est le site le plus riche au monde en fossiles du Dévonien, d’où son inscription au patrimoine mondial de l’Unesco.

Les frais d’admission payés (20 dollars par personne), on regarde un film sur le parc avant d’assister à une présentation passionnante consacrée à un fossile trouvé en 2010 familièrement surnommé le Roi de Miguasha.

DSC04404

Un musée revient sur l’évolution et présente de nombreux fossiles découverts sur le site. Une visite guidée d’une trentaine de minutes nous emmène sur le rivage arpenté par les paléontologues.

La visite de ce parc national est intéressante en ce qu’elle met la paléontologie à la portée de tous. Ceci étant dit, inutile de prévoir trop de temps sur place car, contrairement aux autres parcs nationaux du Québec, celui de Miguasha n’est pas parsemé de sentiers de randonnée.

Ce mardi 18 septembre marque le grand retour de la pluie et du froid… On mange du pain, du jambon et du fromage dans la voiture avant de prendre la direction de Pointe-à-la-Croix, localité célèbre pour abriter le lieu historique national de la bataille de la Restigouche. Malheureusement, nous trouvons porte close. Il faut savoir que passé mi-septembre, un nombre important de lieux d’intérêt et restaurants ferment au Canada.

Petite vile au confluent des rivières Restigouche et Matapédia, Matapédia semble perdue dans la forêt. On trouve un point d’informations touristiques (il s’agit d’un kiosque en bois, les documents sont en libre service) où nous mettons la main sur un dépliant avec les randos du coin mais la pluie nous décourage… On continue donc la route vers Amqui, toujours accompagnés par la grisaille et la pluie. On y fait quelques courses au supermarché Métro avant de gratter du wifi chez Dollarama afin de suivre la rencontre de Ligue des Champions opposant le FC Liverpool au Paris Saint-Germain (les lecteurs réguliers de ce blog doivent se dire que nos vies tournent autour du football…).

On s’arrête à plusieurs reprises admirer le lac Matapédia.

Le hic, c’est que le ciel est très gris, ce qui fait qu’on ne voit pas grand chose… Bref, autant dire que cette journée ne restera pas gravée comme la meilleure du séjour. Le Routard est, par ailleurs, assez peu disert sur la vallée de la Matapédia. Peut-être aurions-nous dû passer un peu plus de temps du côté de Percé pour nous rendre sur l’île Bonaventure ?

On atteint Sayabec, note lieu de villégiature d’un soir. Non répertoriée par le Routard, la ville n’est sans doute pas pourvue d’un grand intérêt sur le plan touristique. Lorsque nous arrivons au Gîte du Relais Dort, la température frôle péniblement les dix degrés. Nous y sommes accueillis par Mélanie, la propriétaire du lieu. Elle nous montre les denrées à notre disposition pour le petit-déjeuner (entre le pain de mie, les bagels, les yaourts et les fruits, il y a du choix). Elle nous permet de faire cuire nos pâtes dans la cuisine pour le dîner. Ce soir, nous sommes les seuls « voyageurs » à dormir ici, preuve que la saison touristique touche à sa fin.

La Baie des Chaleurs

Les environs sont calmes et les draps sentent bon, tout est donc réuni pour passer une belle nuit de sommeil aux Acres Tranquilles. Et que dire du petit-déjeuner ? Absolument délicieux ! On a le choix entre pain perdu et omelette jambon poivron et les deux sont succulents ! Le yaourt fait maison, les pâtés et les petites pâtisseries valent également le détour. Une impressionnante collection de théières et de salières orne les murs. Nous payons 80 dollars pour la chambre avec petit-déjeuner inclus.

Notre première étape de la journée est la petite ville de Hope où on marche le long d’un petit sentier menant à un rocher percé. Le dit rocher est occupé par toute une colonie d’oiseaux.

On poursuit avec Paspédiac et son site historique du banc de pêche qui retrace l’histoire du complexe de pêche et de construction navale construit à la fin du XVIIIe siècle par Charles Robin. Grâce à lui et à son compatriote Le Boutillier (ils sont tous les deux de Jersey), Paspédiac devient une plaque tournante du commerce de la morue. Certaines bâtisses sont aujourd’hui aménagées en musée. On y sent encore des odeurs de morue et de vieille charpente.

Mention spéciale au forgeron qui nous offre un clou travaillé par ses soins. L’entrée au site coûte 12 dollars.

On fait quelques courses au supermarché IGA de Paspédiac avant de pique-niquer sur la « halte municipale » de cette même ville. Si vous prenez la route au Québec, impossible de passer à côté de ces haltes qui sont généralement pourvues de tables en bois, de toilettes et d’une cabine téléphonique. Ces aires ont l’air d’être une institution ici car chaque localité a la sienne.

La route 132 nous amène à Bonaventure qui abrite le musée acadien dont l’entrée coûte 12 dollars. On y apprend plein de choses sur les Acadiens, principalement venus du Poitou, dont l’histoire a été marquée par un exil forcé par les Anglais plus connu sous le nom de « grand dérangement ».

A Bonaventure, il y a une gare ferroviaire. Renseignements pris au musée, elle n’accueille plus le moindre passager depuis quatre ans car les travaux promis par le gouvernement ne sont toujours pas effectués. La gare est donc désaffectée : ses vitres sont brisées et ses alentours sont jonchés de détritus. Le chemin de fer ne se porte visiblement pas très bien en Gaspésie.

L’arrêt suivant est New Richmond. Pas grand chose à signaler, il faut bien le dire. On marche le long de la marina où se massent les pêcheurs à la ligne.

On atteint Carleton-sur-Mer, localité dans laquelle nous allons passer la nuit. Le phare de Carleton est, selon les dires de notre hôtesse, purement touristique dans le sens où il ne guide aucun bateau. Ses alentours offrent malgré tout une belle vue sur la mer et sur les bancs de sable. Il est apparemment possible de monter en haut du phare (on l’a su trop tard).

Le centre culturel Quai des Arts met à disposition des visiteurs un dépliant présentant les sentiers de randonnée qui sillonnent la ville. On emprunte celui de l’Eperlan qui nous mène jusqu’à une chute d’eau.

Il est l’heure de rejoindre notre maison d’hôte, le gîte Leblanc. L’accueil est sympathique et la maison très propre. Notre chambre dispose d’un petit lavabo, la salle de bain étant partagée (mais nous sommes en fait les seuls à l’utiliser). Ici, à Carleton-sur-Mer et dans ses environs, les téléphones portables ont tendance à se mettre à l’heure du Nouveau-Brunswick, c’est-à-dire 60 minutes plus tard par rapport à l’heure légale au Québec !

Pour le dîner, on se rend au Marin d’eau douce, restaurant spécialisé dans les poissons et fruits de mer. La file d’attente est longue mais cela vaut le coup de patienter car les plats, tout particulièrement le suprême de saumon à l’amérindienne, sont délicieux.

Percé et son rocher

Cette dernière nuit sous la tente restera gravée comme celle où on a eu le moins froid. La tente n’est même pas mouillée au petit matin et est par conséquent plus facile à plier et à ranger dans son sac. Il fait beau donc on prend le petit-déjeuner sur la table en bois de notre emplacement. On fait un dernière rando dans le parc avant de quitter les lieux. Le sentier débute à Penouille et est très simple (pas de dénivelé, quarante minutes en marchant bien).

On prend la route de Percé, ville célèbre pour son rocher. Il y a sans doute moyen de stationner gratuitement quelque part dans cette localité très touristique mais nous on a payé 9 dollars pour 24 heures (c’était soit ça soit une demi-heure gratuite, durée évidemment insuffisante pour visiter la ville). On déjeune au Fournand, boulangerie qui propose des salades, croques et pizzas. Un bon rapport qualité-prix selon moi. Par contre, le serveur était un peu à l’ouest dans le sens où j’ai demandé un croque-madame puis répété que c’était bien un croque-madame et non monsieur, comme cela s’affichait sur la caisse, pour finalement hériter d’un croque-monsieur !

On admire le Rocher Percé depuis le belvédère du Mont-Joli. Le dit Rocher est guetté par l’érosion si bien qu’il pourrait ne plus exister d’ici 300 ans !

La ville de Percé est truffée de boutiques de souvenirs. Pour ma part, j’achète un shampoing solide et des boucles d’oreilles dans une boutique d’artisanat local. Les routards relèveront la présence d’un lavomatic à côté du restaurant Mille Délices.

On met le cap sur l’Anse-à-Beaufils et son magasin général historique authentique de 1928. Entrer dans ce lieu, c’est comme un voyage dans le temps, entre 1928 et 1970, à la découverte d’un de ces magasins où l’on trouvait de tout : des vêtements, de l’équipement pour la maison sans oublier l’épicerie et des médicaments. Les conteurs retracent l’histoire de la pêche à la morue en Gaspésie et parlent avec passion d’objets aujourd’hui disparus. La visite est aussi intéressante que drôle. L’entrée coûte 12 dollars.

Ce soir, nous logeons à Port-Daniel-Gascons, localité située à environ une heure de route de Percé. Notre maison d’hôte répond au doux nom des Acres Tranquilles. Avec son grand jardin, le cadre est en effet des plus reposants. La décoration de la maison est d’un style assez ancien mais la propreté de la chambre est impeccable. Notre hôtesse nous suggère de dîner à l’Etale, un des seuls restaurants ouverts à proximité. L’endroit a tout l’air du bon vieil établissement familial sans chichi. La salle est bondée en raison, selon une cliente qui nous tape la discut’ à l’entrée, d’une exposition de peinture qui vient de s’achever. On nous apporte une soupe à la tomate pour patienter. Entre les mets canadiens et italiens et les spécialités à base de fruits de mer, la carte est un peu pléthorique mais les plats ne sont pas mauvais.

De retour au gîte, on discute avec notre hôtesse qui parle le français du Québec avec une pointe d’accent anglais. Irma est, en effet, Canadienne anglophone. Elle nous explique qu’il y avait autrefois bien plus d’Anglophones qu’aujourd’hui dans la région (c’est sans doute la raison pour laquelle on lit beaucoup de noms anglophones dans les cimetières traversés lors de nos promenades en bord de mer). Il neige beaucoup l’hiver cependant le déneigement des routes semble s’effectuer de manière très efficace car en vingt ans Irma n’a été empêchée qu’une seule fois de se rendre à son travail !

Au parc national de Forillon

Après trois nuits consécutives sous la tente, dormir dans un vrai lit est particulièrement salutaire, d’autant plus quand tu sais que tu recampes dès le lendemain ! A l’Amarré, le petit-déjeuner est inclus dans le prix (60 euros pour une chambre double). Il est simple mais bon.

Il faut environ deux heures de route pour atteindre le parc national Forillon. Avant de pénétrer dans ce haut-lieu, l’objectif ultime est de trouver un supermarché pour se ravitailler, ce qui n’est guère simple tellement les villes traversées sont petites. On trouve finalement une supérette aux environs de Petit-Cap-Gaspé. On tombe un peu plus loin sur un magasin un peu plus grand mais visiblement ce type d’établissement ne court pas les rues. Arrivés au parc, on règle les droits d’admission (10,95 dollars pour deux adultes). Contrairement aux deux parcs précédemment visités, Forillon n’est pas géré par la Sépaq mais par Parcs Canada. Les droits d’admission ne sont réglables que sur place même si l’emplacement a été payé en ligne (à savoir, 24 euros).

La voiture garée sur l’emplacement, on part en rando sur le magnifique sentier côtier des Grèves qui mène au cap Gaspé. Le chemin alterne entre vues à pic sur la mer et sous-bois.

Ici, la Gaspésie ressemble par endroits à la Bretagne. Cette randonnée est d’autant plus agréable que nous sommes aujourd’hui gratifiés d’un temps superbe avec des températures supérieures aux normales saisonnières. Le sentier des Grèves fait partie du sentier international des Appalaches qui doit donner bien du plaisir aux marcheurs. Le phare rouge et blanc marque le cap Gaspé. L’endroit a des airs de bout du monde, j’aime beaucoup ! Un escalier en bois vous emmène encore plus loin.

Le cap Gaspé marque le kilomètre zéro du sentier international des Appalaches (SIA pour les intimes). Une borne commémore le départ du chemin qui relie le Québec au Maine. La partie québécoise du SIA est même répertoriée comme le GRA1 par la fédération française de randonnée ! Je ne sais comment nos compatriotes ont réussi à s’immiscer dans cette affaire à exporter ainsi la marque GR.

On prend un chemin un peu différent pour le retour, ce qui nous permet de faire l’heureuse rencontre d’un porc-épic en train de prendre son repas sur le bas côté du sentier.

DSC04325

La rando terminée (une petite vingtaine de kilomètres en tout), on se rend à l’animation « le castor et son habitat » organisée gratuitement par le parc. Force est de constater que nous sommes loin d’être les seuls à tenter l’aventure car nous devons être une bonne soixantaine de personnes à suivre les explications du guide. On apprend plein de choses sur le castor, un des plus gros rongeurs des Amériques, dont le poids peut atteindre 40 kilogrammes. On a la chance d’observer quelques spécimens, leur agilité dans l’eau est impressionnante.

Le guide nous confie que l’heure et l’endroit sont également propices à l’observation des orignaux mais ce soir le grand cervidé ne montrera pas le bout de son nez.

Il est l’heure de monter une dernière fois la tente et de « cuisiner » des raviolis à l’aide du réchaud. Les installations du parc Forillon sont très propres et en parfait état. A côté des sanitaires trône une très belle salle commune agrémentée d’un poêle. Les douches sont gratuites et non limitées à quatre minutes. Pour tout dire, c’est avec une pointe de nostalgie que nous nous apprêtons à passer notre dernière nuit sous la tente.

DSC04346

Au parc national de la Gaspésie

Première nuit au parc national de la Gaspésie où nous sommes arrivés hier en fin de journée ! Je ne vais pas vous le cacher, on a eu froid sous la tente. Je crois que les duvets fournis par Frère sont un peu légers pour les températures nocturnes gaspésiennes. De notre emplacement, on entend clapoter l’eau de la rivière mais également les véhicules circulant sur la route attenante. Les blocs sanitaires sont un peu moins propres que ceux du part national du Bic (je chipote, c’est pas mal quand même !). Les douches fonctionnent de la même manière qu’au Bic, il faut donc se munir de quatre pièces à l’orignal.

On se lève tôt pour partir en rando. Ce ne sont pas les sentiers qui manquent au parc national de la Gaspésie si bien qu’il n’est guère aisé de désigner l’heureux élu ! Nous optons finalement pour le tour du mont Albert. Au début du sentier, des forêts aux innombrables arbres défilent sous nos yeux.

« Un petit effort et bientôt, ce sera le sommet. Mon corps n’a pu s’y rendre mais mon esprit vous y accompagnera à jamais. Ces plaisirs des yeux, à vous de les prendre ». En lisant cette très belle phrase de Serge Ouellet (mes recherches sur l’identité de ce monsieur sont restées infructueuses), on se dit que le sommet n’est plus très loin et surtout que la vue doit valoir le coup ! Un peu plus de deux heures après notre départ, on arrive sur un des sommets du mont Albert qui culmine à 1088 mètres d’altitude (car le sommet du mont Albert est en fait un plateau qui comprend deux sommets).

Niveau faune, on aperçoit des écureuils, des oiseaux qui ressemblent à des poules et même un caribou (de loin, certes, mais c’est le clou du spectacle).

On déjeune à l’abri de la Serpentine situé aux deux tiers du parcours. La descente est ensuite très caillouteuse. La végétation se fait parfois rare et vu qu’il fait limite chaud aujourd’hui, la crème solaire et les lunettes de soleil ne sont pas de trop sur cette partie du parcours.

Des randonneurs nous apprennent que nous avons manqué une femelle orignal accompagnée de son petit. Pas facile d’être toujours là au bon moment ! Quoi qu’il en soit, au aura mis sept heures et demi pour venir à bout du tour du magnifique Mont Albert, répertorié niveau expert par le dépliant des randos.

Après l’effort, le réconfort, à savoir le wifi du centre de découverte et de services ! Je m’offre une gourde en inox estampillée Sépaq (l’organisme qui gère les parcs nationaux du Québec). De retour au campement, on prend une douche. La fille, qui occupe la cabine à côté de la mienne, a payé la sienne trois dollars. Menu du soir : nouilles instantanées.

Comme hier, la température baisse pendant la nuit. Malgré le collant qui recouvre mes jambes, je suis plusieurs fois réveillée transie de froid. Pour nos dernières heures au parc national de la Gaspésie, on choisit une dernière rando et le mont Xalibu nous semble le parfait candidat. Moins difficile que le mont Albert, la dernière partie de l’ascension est cependant assez rocailleuse. On déjeune au sommet qui culmine à 1120 mètres. Il fait nettement plus froid à cette altitude, la faute au vent.

Le sentier nous fait passer devant le lac aux Américains. Quand il fait soleil, la vue sur celui-ci est absolument magnifique.

On termine la rando en 4 heures 40. Étant donné qu’il est encore assez tôt, on décide d’entreprendre une deuxième randonnée, celle du mont Ernest Laforce. Plus simple (car de niveau intermédiaire) que les deux précédentes, elle mène sans surprise au mont Ernest Laforce qui culmine à 820 mètres d’altitude.

Ce très beau sentier est réputé être l’endroit idéal pour admirer des orignaux, animaux qui ne sont malheureusement pas de sortie aujourd’hui. Sans doute faut-il se lever tôt le matin pour avoir la chance d’en apercevoir. Une heure dix plus tard, nous sommes de retour au point de départ.

On fait une petite pause toilettes et wifi au centre de découverte et de services avant de prendre la route pour notre auberge du soir située à Mont-Louis. Le trajet jusqu’à l’Amarré nous prend un peu plus d’une heure. La route littorale que nous avons empruntée offre des vues magnifiques sur la mer. L’Amarré est en fait un café-restaurant qui abrite également quelques chambres à l’étage. La nôtre, bien décorée et confortable, donne sur la mer. On nous permet gentiment de lancer une machine à laver, ce qui est fort appréciable car les vêtements sales s’accumulent.

On dîne à l’Amarré. Le bol de poke au saumon est très réussi. Le restau semble être l’endroit où il faut être ce soir à Mont-Louis car un concert s’y déroule et c’est plein à craquer !