Percé et son rocher

Cette dernière nuit sous la tente restera gravée comme celle où on a eu le moins froid. La tente n’est même pas mouillée au petit matin et est par conséquent plus facile à plier et à ranger dans son sac. Il fait beau donc on prend le petit-déjeuner sur la table en bois de notre emplacement. On fait un dernière rando dans le parc avant de quitter les lieux. Le sentier débute à Penouille et est très simple (pas de dénivelé, quarante minutes en marchant bien).

On prend la route de Percé, ville célèbre pour son rocher. Il y a sans doute moyen de stationner gratuitement quelque part dans cette localité très touristique mais nous on a payé 9 dollars pour 24 heures (c’était soit ça soit une demi-heure gratuite, durée évidemment insuffisante pour visiter la ville). On déjeune au Fournand, boulangerie qui propose des salades, croques et pizzas. Un bon rapport qualité-prix selon moi. Par contre, le serveur était un peu à l’ouest dans le sens où j’ai demandé un croque-madame puis répété que c’était bien un croque-madame et non monsieur, comme cela s’affichait sur la caisse, pour finalement hériter d’un croque-monsieur !

On admire le Rocher Percé depuis le belvédère du Mont-Joli. Le dit Rocher est guetté par l’érosion si bien qu’il pourrait ne plus exister d’ici 300 ans !

La ville de Percé est truffée de boutiques de souvenirs. Pour ma part, j’achète un shampoing solide et des boucles d’oreilles dans une boutique d’artisanat local. Les routards relèveront la présence d’un lavomatic à côté du restaurant Mille Délices.

On met le cap sur l’Anse-à-Beaufils et son magasin général historique authentique de 1928. Entrer dans ce lieu, c’est comme un voyage dans le temps, entre 1928 et 1970, à la découverte d’un de ces magasins où l’on trouvait de tout : des vêtements, de l’équipement pour la maison sans oublier l’épicerie et des médicaments. Les conteurs retracent l’histoire de la pêche à la morue en Gaspésie et parlent avec passion d’objets aujourd’hui disparus. La visite est aussi intéressante que drôle. L’entrée coûte 12 dollars.

Ce soir, nous logeons à Port-Daniel-Gascons, localité située à environ une heure de route de Percé. Notre maison d’hôte répond au doux nom des Acres Tranquilles. Avec son grand jardin, le cadre est en effet des plus reposants. La décoration de la maison est d’un style assez ancien mais la propreté de la chambre est impeccable. Notre hôtesse nous suggère de dîner à l’Etale, un des seuls restaurants ouverts à proximité. L’endroit a tout l’air du bon vieil établissement familial sans chichi. La salle est bondée en raison, selon une cliente qui nous tape la discut’ à l’entrée, d’une exposition de peinture qui vient de s’achever. On nous apporte une soupe à la tomate pour patienter. Entre les mets canadiens et italiens et les spécialités à base de fruits de mer, la carte est un peu pléthorique mais les plats ne sont pas mauvais.

De retour au gîte, on discute avec notre hôtesse qui parle le français du Québec avec une pointe d’accent anglais. Irma est, en effet, Canadienne anglophone. Elle nous explique qu’il y avait autrefois bien plus d’Anglophones qu’aujourd’hui dans la région (c’est sans doute la raison pour laquelle on lit beaucoup de noms anglophones dans les cimetières traversés lors de nos promenades en bord de mer). Il neige beaucoup l’hiver cependant le déneigement des routes semble s’effectuer de manière très efficace car en vingt ans Irma n’a été empêchée qu’une seule fois de se rendre à son travail !

Québec

Au parc national de Forillon

Après trois nuits consécutives sous la tente, dormir dans un vrai lit est particulièrement salutaire, d’autant plus quand tu sais que tu recampes dès le lendemain ! A l’Amarré, le petit-déjeuner est inclus dans le prix (60 euros pour une chambre double). Il est simple mais bon.

Il faut environ deux heures de route pour atteindre le parc national Forillon. Avant de pénétrer dans ce haut-lieu, l’objectif ultime est de trouver un supermarché pour se ravitailler, ce qui n’est guère simple tellement les villes traversées sont petites. On trouve finalement une supérette aux environs de Petit-Cap-Gaspé. On tombe un peu plus loin sur un magasin un peu plus grand mais visiblement ce type d’établissement ne court pas les rues. Arrivés au parc, on règle les droits d’admission (10,95 dollars pour deux adultes). Contrairement aux deux parcs précédemment visités, Forillon n’est pas géré par la Sépaq mais par Parcs Canada. Les droits d’admission ne sont réglables que sur place même si l’emplacement a été payé en ligne (à savoir, 24 euros).

La voiture garée sur l’emplacement, on part en rando sur le magnifique sentier côtier des Grèves qui mène au cap Gaspé. Le chemin alterne entre vues à pic sur la mer et sous-bois.

Ici, la Gaspésie ressemble par endroits à la Bretagne. Cette randonnée est d’autant plus agréable que nous sommes aujourd’hui gratifiés d’un temps superbe avec des températures supérieures aux normales saisonnières. Le sentier des Grèves fait partie du sentier international des Appalaches qui doit donner bien du plaisir aux marcheurs. Le phare rouge et blanc marque le cap Gaspé. L’endroit a des airs de bout du monde, j’aime beaucoup ! Un escalier en bois vous emmène encore plus loin.

Le cap Gaspé marque le kilomètre zéro du sentier international des Appalaches (SIA pour les intimes). Une borne commémore le départ du chemin qui relie le Québec au Maine. La partie québécoise du SIA est même répertoriée comme le GRA1 par la fédération française de randonnée ! Je ne sais comment nos compatriotes ont réussi à s’immiscer dans cette affaire à exporter ainsi la marque GR.

On prend un chemin un peu différent pour le retour, ce qui nous permet de faire l’heureuse rencontre d’un porc-épic en train de prendre son repas sur le bas côté du sentier.

DSC04325

La rando terminée (une petite vingtaine de kilomètres en tout), on se rend à l’animation « le castor et son habitat » organisée gratuitement par le parc. Force est de constater que nous sommes loin d’être les seuls à tenter l’aventure car nous devons être une bonne soixantaine de personnes à suivre les explications du guide. On apprend plein de choses sur le castor, un des plus gros rongeurs des Amériques, dont le poids peut atteindre 40 kilogrammes. On a la chance d’observer quelques spécimens, leur agilité dans l’eau est impressionnante.

Le guide nous confie que l’heure et l’endroit sont également propices à l’observation des orignaux mais ce soir le grand cervidé ne montrera pas le bout de son nez.

Il est l’heure de monter une dernière fois la tente et de « cuisiner » des raviolis à l’aide du réchaud. Les installations du parc Forillon sont très propres et en parfait état. A côté des sanitaires trône une très belle salle commune agrémentée d’un poêle. Les douches sont gratuites et non limitées à quatre minutes. Pour tout dire, c’est avec une pointe de nostalgie que nous nous apprêtons à passer notre dernière nuit sous la tente.

DSC04346

Québec

Au parc national de la Gaspésie

Première nuit au parc national de la Gaspésie où nous sommes arrivés hier en fin de journée ! Je ne vais pas vous le cacher, on a eu froid sous la tente. Je crois que les duvets fournis par Frère sont un peu légers pour les températures nocturnes gaspésiennes. De notre emplacement, on entend clapoter l’eau de la rivière mais également les véhicules circulant sur la route attenante. Les blocs sanitaires sont un peu moins propres que ceux du part national du Bic (je chipote, c’est pas mal quand même !). Les douches fonctionnent de la même manière qu’au Bic, il faut donc se munir de quatre pièces à l’orignal.

On se lève tôt pour partir en rando. Ce ne sont pas les sentiers qui manquent au parc national de la Gaspésie si bien qu’il n’est guère aisé de désigner l’heureux élu ! Nous optons finalement pour le tour du mont Albert. Au début du sentier, des forêts aux innombrables arbres défilent sous nos yeux.

« Un petit effort et bientôt, ce sera le sommet. Mon corps n’a pu s’y rendre mais mon esprit vous y accompagnera à jamais. Ces plaisirs des yeux, à vous de les prendre ». En lisant cette très belle phrase de Serge Ouellet (mes recherches sur l’identité de ce monsieur sont restées infructueuses), on se dit que le sommet n’est plus très loin et surtout que la vue doit valoir le coup ! Un peu plus de deux heures après notre départ, on arrive sur un des sommets du mont Albert qui culmine à 1088 mètres d’altitude (car le sommet du mont Albert est en fait un plateau qui comprend deux sommets).

Niveau faune, on aperçoit des écureuils, des oiseaux qui ressemblent à des poules et même un caribou (de loin, certes, mais c’est le clou du spectacle).

On déjeune à l’abri de la Serpentine situé aux deux tiers du parcours. La descente est ensuite très caillouteuse. La végétation se fait parfois rare et vu qu’il fait limite chaud aujourd’hui, la crème solaire et les lunettes de soleil ne sont pas de trop sur cette partie du parcours.

Des randonneurs nous apprennent que nous avons manqué une femelle orignal accompagnée de son petit. Pas facile d’être toujours là au bon moment ! Quoi qu’il en soit, au aura mis sept heures et demi pour venir à bout du tour du magnifique Mont Albert, répertorié niveau expert par le dépliant des randos.

Après l’effort, le réconfort, à savoir le wifi du centre de découverte et de services ! Je m’offre une gourde en inox estampillée Sépaq (l’organisme qui gère les parcs nationaux du Québec). De retour au campement, on prend une douche. La fille, qui occupe la cabine à côté de la mienne, a payé la sienne trois dollars. Menu du soir : nouilles instantanées.

Comme hier, la température baisse pendant la nuit. Malgré le collant qui recouvre mes jambes, je suis plusieurs fois réveillée transie de froid. Pour nos dernières heures au parc national de la Gaspésie, on choisit une dernière rando et le mont Xalibu nous semble le parfait candidat. Moins difficile que le mont Albert, la dernière partie de l’ascension est cependant assez rocailleuse. On déjeune au sommet qui culmine à 1120 mètres. Il fait nettement plus froid à cette altitude, la faute au vent.

Le sentier nous fait passer devant le lac aux Américains. Quand il fait soleil, la vue sur celui-ci est absolument magnifique.

On termine la rando en 4 heures 40. Étant donné qu’il est encore assez tôt, on décide d’entreprendre une deuxième randonnée, celle du mont Ernest Laforce. Plus simple (car de niveau intermédiaire) que les deux précédentes, elle mène sans surprise au mont Ernest Laforce qui culmine à 820 mètres d’altitude.

Ce très beau sentier est réputé être l’endroit idéal pour admirer des orignaux, animaux qui ne sont malheureusement pas de sortie aujourd’hui. Sans doute faut-il se lever tôt le matin pour avoir la chance d’en apercevoir. Une heure dix plus tard, nous sommes de retour au point de départ.

On fait une petite pause toilettes et wifi au centre de découverte et de services avant de prendre la route pour notre auberge du soir située à Mont-Louis. Le trajet jusqu’à l’Amarré nous prend un peu plus d’une heure. La route littorale que nous avons empruntée offre des vues magnifiques sur la mer. L’Amarré est en fait un café-restaurant qui abrite également quelques chambres à l’étage. La nôtre, bien décorée et confortable, donne sur la mer. On nous permet gentiment de lancer une machine à laver, ce qui est fort appréciable car les vêtements sales s’accumulent.

On dîne à l’Amarré. Le bol de poke au saumon est très réussi. Le restau semble être l’endroit où il faut être ce soir à Mont-Louis car un concert s’y déroule et c’est plein à craquer !

Québec

Le parc national du Bic sous le soleil et les jardins de Métis

La première nuit sous la tente s’est plutôt bien passée. On n’a pas eu trop froid (un peu quand même), on s’est rendu compte au matin qu’un côté de la tente, moins bien monté que l’autre, laissait passer de l’air. Après avoir avalé du yaourt aux myrtilles et du pain agrémenté de confiture à la mûre en guise de petit-déjeuner, nous sommes parfaitement opérationnels ! La douche matinale coûte un dollar (seulement payable en pièces de 25 cents) et dure quatre minutes. Les premières secondes mises à part, l’eau est chaude. Un bouton permet de suspendre le chronomètre le temps du savonnage.

Un peu frustrés par la brume d’hier, on repart en rando tôt ce matin en direction du pic Champlain. Pour rejoindre le sentier y menant, il faut d’abord emprunter celui de la Colonie qui passe juste à côté de notre emplacement. Au sommet du pic Champlain, la vue est magnifique.

Après une heure et demi de promenade, on démonte la tente avant de prendre la route. On s’arrête au Subway de Rimouski pour avaler un sandwich. Ce n’est pas qu’on soit particulièrement fans de cette chaîne mais elle a l’avantage d’être peu dispendieuse et présente à l’entrée de chaque ville.

De Rimouski, il faut une heure pour atteindre les Jardins de Métis dont je vous recommande chaleureusement la visite. On découvre des jardins très différents les uns des autres dans ce « lieu historique national ». L’exposition consacrée à Elsie Reford, créatrice de ces jardins, est très intéressante. On y découvre également le festival international des jardins et ses créations plus contemporaines. L’entrée coûte 20 dollars.

Nous mettons désormais le cap sur le parc national de la Gaspésie. Depuis les Jardins de Métis, deux heures de route sont nécessaires pour pénétrer dans ce haut-lieu. Au centre des visiteurs, l’accueil  est très sympathique. On nous explique notamment que l’ours brun craint davantage l’homme que le grizzli et que l’orignal, « cheval tranquille », reste souvent caché lorsque les températures sont supérieures à 15 degrés. On demande quelques conseils à Guy pour le réchaud et nous comprenons que nous n’avons pas acheté la bonne cartouche de gaz. Heureusement, le centre des visiteurs vend des bonbonnes adaptées à notre matériel ! L’emplacement pour deux nuits (réservé et payé en ligne) nous a coûté 75 euros.

Nous faisons réchauffer avec succès une boîte de raviolis. Entre ce fait d’armes et la tente montée rapidement (et sans trou d’air !), nous avons peut-être obtenu aujourd’hui notre premier niveau du brevet de campeur !

Québec

Au parc national du Bic

Les pancakes du petit-déjeuner, une sympathique discussion avec une compatriote arrivée hier soir dans notre dortoir, et nous voilà fin prêts pour quitter Québec. Encore faut-il aller chercher la voiture que nous avons réservée sur Internet ! La location nous a coûté 275 euros. L’ajout d’un deuxième conducteur étant assez onéreux, nous n’avons pas choisi cette option. L’agence Hertz se trouve dans le vieux Québec. Les formalités effectuées, un adorable monsieur nous emmène récupérer le véhicule. Notre char est bien plus gros que prévu, il s’agit d’une Toyota Camry évidemment automatique. J’entends mon oncle dire : « ça fait voiture de notaire en retraite ! ». Le premier arrêt, c’est Montmagny, plus particulièrement les magasins Dollarama et Canadian Tire où nous achetons le matériel qui nous manque pour camper, notamment le réchaud. On déjeune au Subway de cette bonne ville de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, dans laquelle les plus téméraires pourront visiter le musée de l’agriculture.

Notre inquiétude du moment, c’est les conditions météo ! Il faut dire que depuis ce matin, il ne cesse de pleuvoir… Quand on arrive au parc national du Bic (depuis Québec, compter environ trois heures de route), dans lequel nous sommes censés camper, une pluie fine continue à tomber. On entre dans le centre des visiteurs où on nous remet les documents justifiant notre présence dans le parc (un papier est à placer dans la voiture, un autre dans un panneau dédié devant l’emplacement). L’emplacement tente coûte 35 euros, somme réglée lors de la réservation sur Internet. Notre lieu de villégiature trouvé, on part sans plus attendre se promener. On choisit le bien nommé chemin du Nord qui nous mène sur plusieurs anses.

Les paysages sont magnifiques mais la vue est malheureusement bien bouchée par la brume. On aperçoit malgré tout une biche, un lapin et des écureuils. Revenus à l’emplacement, on monte la tente sans trop de difficulté. On veut utiliser le réchaud pour préparer le repas mais nous nous prenons conscience que l’installation et le maniement de l’engin ne sont pas si aisés la nuit tombée pour les néophytes que nous sommes. Heureusement, le pain, le fromage et le jambon nous offrent une solution de repli !

Je suis positivement impressionnée par les blocs sanitaires attenants à notre emplacement. Douches, toilettes et éviers pour faire la vaisselle sont très propres et en parfait état.

C’est justement en revenant des sanitaires que je me suis retrouvée quasi nez-à-nez avec une biche tranquillement posée devant notre emplacement ! Me voyant approcher, la créature a pris la fuite.

Québec

De Québec aux chutes de Montmorency

Les lits de l’auberge Maeva sont assez rudimentaires. Ils grincent beaucoup surtout ceux du haut. Malgré tout, j’ai bien dormi (mais pas Panda 2 qui justement était en haut). Quoi de mieux que des pancakes pour commencer la journée ? C’est ce dont nous sommes gratifiés à l’heure du petit-déjeuner !

Comme hier, on fait un tour dans la vieille ville, passant notamment par la très belle place d’armes ornée du buste de Louis XIV.

Les photographes se massent en face de la célèbre fresque des Québécois, qui est, il est vrai, pour le moins impressionnante.

DSC04002

Le plan était de visiter ce matin le musée de la civilisation mais nous trouvons malheureusement porte close car celui-ci est fermé le lundi tout comme celui des beaux arts du Québec… Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, nous décidons de changer de programme et de mettre le cap sur les chutes de Montmorency. Pour s’y rendre, il faut prendre le bus 800 (il dessert notamment la station Youville). Acheté dans le bus, le ticket coûte 3,50 dollars. Une demi-heure plus trad, nous arrivons au terminus de la ligne. On tombe sur un restaurant gastronomique américain (comprendre un Mac Do) où nous nous laissons tenter par un bagel garni au Philadelphia. L’accès aux chutes de Montmorency est gratuit sauf si vous choisissez d’emprunter le funiculaire. On traverse le pont qui surplombe la chute, puis on descend les escaliers.

Plusieurs passerelles permettent de s’approcher de la chute et de se rendre compte du débit. A certains endroits, l’eau vient caresser les vêtements mais rien de bien méchant à condition de revêtir un manteau.

On remonte les escaliers pour regagner notre point de départ. Les plus téméraires pourront tenter la tyrolienne ou la via ferrata.

De retour à Québec, on achète des timbres dans un bureau de poste ou plutôt une grande pharmacie. Les timbres sont bien plus chers qu’en Europe ! On retourne ensuite dans la partie la plus touristique de la ville pour faire un tour sur le vieux port. On marche ainsi jusqu’au marché du vieux port, halle accueillant des marchants de fruits et légumes, de confitures et bien sûr de sirop d’érable.

On s’arrête boire un smoothie à la Serre (117 rue Dalhousie), sympathique comptoir proposant jus, soupes et salades.

C’est l’heure de la corvée de lessive que connaît tout voyageur en sac à dos. Ça tombe bien, la laverie de la rue du Roi est proche de l’auberge Maéva. Malheureusement, nos espoirs sont vite douchés car la moité des machines sont hors service et, comble de malchance, le distributeur de lessive est à sec… Les deux dépanneurs à proximité de la laverie ne proposant pas de lessive en petit format, nous sommes contraints de nous mouvoir vers une autre laverie située dans le vieux Québec, rue Sainte-Ursuline. Les prix sont plus élevés que dans le premier établissement (quatre dollars pour une machine,  un dollar pour quinze minutes de séchoir) mais la laverie semble bien mieux entretenue. Il est censé y avoir du wifi néanmoins le réseau indiqué reste introuvable. La lessive achevée (la fin de la corvée est passée vite grâce à une sympathique discussion avec un Québécois), on rentre dîner à l’auberge. Nous avons acheté, un peu plus tôt, des pâtes et du pesto rouge au supermarché Métro. C’est le premier soir que nous n’allons pas au restau depuis le début du séjour. Pour dire la vérité, on s’est rendu compte qu’on avait dépensé en trois jours presque la moitié des mille euros changés en France… Le temps est donc venu de réduire un peu la voilure ! Le repas, pris dans la cuisine en compagnie d’autres voyageurs, est très convivial.

Québec

Dans son quartier du vieux Québec…

Au revoir Montréal, nous partons pour Québec ! On prend le petit-déjeuner et grâce aux ordinateurs installés dans le bar, on fait de la place sur la carte graphique de l’appareil photo. La gare routière se trouve tout près de l’auberge et cela tombe bien car on se rend en car à Québec. Le billet, acheté quelques semaines à l’avance sur Internet, coûte 25 dollars. A dix heures pile, l’engin de la compagnie Orléans Express démarre. Les trois heures de trajet se passent paisiblement ; petit plus, les autocars sont pourvus du wifi. La route, essentiellement une longue ligne droite, est assez monotone.

Une fois arrivés dans le centre-ville de Québec, nous marchons vers l’auberge Maeva (671 rue Saint-François Est) où nous avons réservé pour deux nuits. Petite frayeur quand on lit sur la porte que la réception n’est ouverte qu’entre 15 et 21 heures… Malgré tout, on sonne et, miracle, la porte s’ouvre, ce qui nous permet de déposer nos sacs.

On mange à la Boîte à pain (289 rue Saint-Joseph Est), boulangerie proposant pains, sandwichs et pâtisseries. C’est pas mauvais, moins cher et aussi plus rapide qu’un restaurant traditionnel. On traverse ensuite la haute ville parsemée de jolies maisons.

On entre dans un magasin de vieux disques et de livres installé dans ce qui semble être une église désacralisée. Notre région natale n’étant jamais bien loin, on tombe sur un guide touristique consacré à la Bretagne paru aux éditions Ouest-France.

Le parc des Champs-de-Bataille fait partie des plus grands espaces verts urbains au monde. Ce dimanche doit être un jour spécial car des gens habillés en costumes d’époque sillonnent le parc. On assiste à une séance de tir au fusil et à des démonstrations de vieux métiers.

Nos déambulations se poursuivent avec la promenade des gouverneurs, ainsi nommée en hommage à ces administrateurs en chef du Canada. La promenade prend fin sur le parvis du célèbre château Frontenac, construit en l’honneur de Louis de Buade (1622-1698), comte de Frontenac, gouverneur de la Nouvelle-France. Sachez que vous pouvez dormir dans cet imposant édifice inauguré en 1893 car il s’agit d’un hôtel !

La rue Saint-Jean est l’artère principale du vieux Québec. Très animée, elle regorge de boutiques en tous genres.

On entre dans la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec mais notre progression dans l’édifice est mise à mal par la messe qui s’y déroule. On marche le long des remparts cependant, en raison de travaux sur certaines portions, nous ne pouvons pas aller très loin. On se promène dans la vieille ville passant notamment par le quartier du petit Champlain qui est très mignon mais très touristique.

On se promène le long des berges du Saint-Laurent, particulièrement agréables en cette fin d’après-midi. Pour remonter vers le parc des Champs-de-Bataille, on emprunte un grand escalier de bois qui doit frôler les 300 marches. Après nous être inclinés devant la statue du Général de Gaulle (« Vive le Québec libre ! »), nous regagnons l’auberge Maeva. Notre chambre est un dortoir de six lits plutôt bien décoré mais, une chose est sûre, l’extérieur de l’auberge ne paye pas de mine. On dîne chez Sapristi (1001 rue Saint-Jean), restaurant d’inspiration italienne où les pâtes et pizzas sont reines. La petite taille de ces dernières peut surprendre, néanmoins leur pâte épaisse est vraiment bonne.

Québec