Chine : bilan

Voyager dans l’Empire du Milieu est inoubliable à bien des égards. Je dois avouer que faire du tourisme dans ce pays n’a pas toujours été pour moi chose facile. Déjà, la barrière de la langue est plus handicapante que ce que j’avais imaginé. Même si la plupart des gens sont charmants, communiquer avec eux est une autre paire de manches ! Cela étant dit, il est tout à fait possible de voyager en Chine sans parler un mot de mandarin ou de cantonnais (et nous en sommes la preuve vivante !).

Avant de partir, nous avions dessiné une ébauche de programme mais je crois qu’en Chine, sans doute un peu plus qu’ailleurs, il faut être pragmatique. Il est vrai que notre parcours a dès le départ été chamboulé en raison du changement d’horaire du vol Paris / Abou Dabi (et ce même si l’escale forcée à Abou Dabi n’a pas été désagréable) et de la correspondance manquée pour Chengdu qui s’en est suivie. Avec un jour de moins en Chine, nous avons dû modifier certains de nos plans. La relative mésaventure du taxi à Kunming nous a également conduit à adapter l’itinéraire prévu. Bref, n’ayez pas peur des plans B.

Le début du séjour a été marqué par des conditions météo un peu difficiles (froid, pluie). Ajoutez à cela les différences culturelles entre l’Europe et la Chine et vous obtenez un début de séjour en demi-teinte. En fait, j’ai l’impression que les vacances ont vraiment commencé avec le trek des gorges du saut du tigre, que je ne pourrais que vivement recommander malgré le fait que le point de départ de celui-ci ne soit pas si aisément accessible.

Justement, au niveau des transports, nous avons choisi de privilégier le train et le bus au détriment de l’avion et du taxi (que nous avons quand même parfois pris). En plus de l’économie d’argent, prendre le bus et le train permet de rencontrer des locaux.

La Chine est un pays bon marché pour les Occidentaux. Si vous vous contentez de nourriture locale (qui est, de surcroît, délicieuse), vous n’exploserez pas le budget. A l’exception des établissements de luxe, l’hôtellerie est très abordable.

Je ne vous apprends rien, la Chine est un pays immense. Pour avoir un aperçu de toutes ses provinces, il faudrait pouvoir y voyager plusieurs mois durant. Si vous ne disposez, comme nous, que de quinze jours, l’idéal est peut-être de se limiter à une province ou à quelques grandes villes afin de limiter les aléas liés aux transports.

Entre ses paysages, ses monuments et sa culture, la Chine a assurément beaucoup à offrir. J’espère donc y retourner un jour !

A bientôt pour de nouvelles aventures !

 

Chine

Shenzhen et Hong Kong : dernières heures

Nous prenons notre dernier petit-déjeuner sur le sol chinois au Starbucks de l’Oct Loft en compagnie de Cousine avant de repasser la frontière pour fouler de nouveau le sol hongkongais. Nous déposons nos sacs au comptoir « city check in » situé à la station de métro Hong Kong. Ce système est très pratique car il permet de se délester de ses bagages en centre-ville, bagages qui prendront directement le chemin de l’aéroport. C’est donc allégés que nous nous rendons au musée d’histoire de Hong Kong, qui est des plus intéressants. Il retrace l’histoire du territoire, de la préhistoire à la rétrocession. C’est très bien fait et plutôt interactif avec des reconstitutions de magasins et de maisons. L’accès à l’exposition permanente est gratuit.

Nous déjeunons dans une restaurant chinois (qui se veut de Shanghai) implanté dans un centre commercial. Après un (gros) achat de cookies dans une des nombreuses franchises Mrs. Fields établies dans les couloirs du métro hongkongais, il est temps d’embarquer dans le train spécial pour l’aéroport. Le trajet dure 25 minutes.

L’avion décolle pile à l’heure. Après une escale de 2 heures 45 à Abou Dabi, nous avons le « privilège » de monter à bord de l’A380. Verdict : c’est très grand, confortable (sièges un peu plus larges et plus de place pour les jambes) et moins bruyant que la plupart des avions.

La Chine et Hong Kong, c’est fini ! Il est temps de tirer le bilan…

 

Chine

Premiers pas sur le sol chinois

A six heures du matin, nous avons rendez-vous dans le hall de l’hôtel pour partir à l’aéroport. Nous sommes une petite dizaine à prendre place à bord de deux voitures. Comme beaucoup de gens à Abou Dabi, notre chauffeur n’est pas Emirati mais Pakistanais. Il est charmant et me parle d’Abou Dabi (j’occupe le siège passager). Nous enregistrons nos sacs avant de nous diriger vers la porte d’embarquement. Nous embarquons ! Force est de constater que les passagers sont dans leur immense majorité des Chinois. Poussé par les vents, l’Airbus A330 met 40 minutes de moins que prévu pour atteindre sa destination.

Dès l’arrivée à l’aéroport de Chengdu, on tombe nez à nez avec une grande affiche de panda, l’ursidé étant sans doute le meilleur ambassadeur de la ville. Le passage devant les services de l’immigration ne traîne pas, vingt minutes d’attente tout au plus. Direction le métro pour rallier le Mrs Panda Hostel ! On veut acheter des titres de transport au distributeur mais le plus gros billet accepté est celui de 20 yuans. Problème : nous n’avons en poche que des billets de 100… On marche vers le kiosque d’informations pour demander où on peut faire du change, c’est alors qu’un couple de Chinois et leur petite fille viennent vers nous et nous payent les billets ! On est un peu gênés mais on nous dit que c’est pour nous souhaiter la bienvenue en Chine ! Le Monsieur parle anglais et a en fait voyagé sur le même vol que nous.

Pour atteindre l’hôtel, nous devons faire trois changements mais le trajet ne dure en tout qu’une demi-heure. Pour trouver le Mrs Panda, on se sert de la carte du Lonely Planet. On s’assure auprès d’une passante que nous sommes dans la bonne direction et, en effet, nous le sommes ! Arrivés à l’hôtel, on paye notre dû (138 yuans par nuit), on pose les affaires dans la chambre (pas très chaleureuse, un peu spartiate) avant de sortir dîner. On entre au hasard dans un tout petit restau. Les deux dames ne parlent pas anglais mais, grâce à l’aide d’un client, elles comprennent qu’on ne souhaite pas quelque chose de trop épicé. On se retrouve avec deux bols de nouilles au bouillon avec des légumes et des cacahuètes pour la modique somme de 16 yuans (en tout !). Et en plus, c’est bon !

On achète ensuite de l’eau, des yaourts et des gâteaux dans deux supérettes afin d’avoir un truc à se mettre sous la dent demain matin avant d’aller rendre visite à ces chers pandas !

Chine

L’aventure commence dans la tourmente : Abou Dabi, la halte inattendue

Pour rallier Chengdu, première étape du périple dans l’Empire du Milieu, nous avons choisi la compagnie Etihad Airways, ce qui implique une escale à Abou Dabi. Le problème, c’est que la veille du départ, nous apprenons qu’en raison, d’une part, d’un mouvement de grève des contrôleurs aériens et, d’autre part, des accords liant Air France à Etihad, notre vol pour Abou Dabi décollera avec deux heures de retard sur l’horaire prévu (00:05 en lieu et place de 21:50). Cette nouvelle ne nous enchante guère car nous sommes à peu près certains de louper la correspondance pour Chengdu. Or, il n’y a qu’un seul vol quotidien entre Abou Dabi et la capitale du Sichuan…

Le vol pour Abou Dabi se déroule paisiblement mais je trouve que par rapport à l’an dernier (nous avions emprunté la même ligne) la qualité du service a un peu baissé : un seul repas en un peu plus de six heures de vol (les passagers de la classe affaires ont eu droit, eux, à un pain au chocolat avant l’atterrissage), un dessert (une sorte de cheesecake vanille myrtille) au goût particulièrement chimique, un personnel de bord un peu moins sympathique. Cependant, Etihad reste selon moi une valeur sûre du secteur aérien.

Arrivés dans la capitale des Emirats Arabes Unis, nous sommes accueillis par un employé d’Etihad. Il explique aux passagers pour Chengdu (essentiellement des Chinois) que la seule option est de prendre le vol du lendemain. En contrepartie, la compagnie nous paye l’hôtel et les repas. Un minibus nous embarque donc vers le Radisson Blu, situé à quinze minutes de l’aéroport. Nous y prenons directement le petit-déjeuner (très complet, beaucoup de choix) avant de nous poser dans la chambre pour dormir un peu et réfléchir à la suite des événements car nous avons deux nuits d’hôtel de réservées à Chengdu. Nous écrivons donc au Mrs Panda Hotel (le nom ne s’invente pas !) pour modifier la réservation. Nous avions également acheté deux billets de train via l’application Ctrip. Nous faisons en sorte d’en échanger un mais nous ne sommes pas certains que l’action ait été prise en compte par l’appli. Nous déjeunons à l’hôtel. Comme pour le petit-déjeuner, il s’agit d’un buffet avec entrées, plats et desserts d’inspiration orientale, indienne et occidentale (il y en a donc pour tous les goûts).

Bien ravitaillés, nous partons faire un tour dans notre destination d’un jour. Pour ce faire, nous retirons 200 dirhams au distributeur de l’hôtel. Nous montons ensuite dans un taxi qui nous mène vers la mosquée Sheikh Zayed. Achevée en 2007 et réalisée dans le style traditionnel de l’architecture islamique, elle est dominée par quatre minarets et peut accueillir jusqu’à 40 000 personnes.

L’entrée est gratuite alors allez-y, cette mosquée vaut le détour ! Les femmes doivent porter un voile sur leurs cheveux et des vêtements couvrants. Pas de panique, la mosquée met gratuitement à disposition des tenues homologuées (une sorte de longue tunique à manches longues avec capuche intégrée). J’en ai revêtue une et il faut bien reconnaître qu’entre la chaleur (le mercure frôle les 37 degrés) et la robe d’un jour par dessus mes vêtements, je me sens toute moite. La visite achevée, on reprend un taxi qui nous dépose au Breakwater, célèbre point de vue donnant sur la mer et les gratte-ciels. Nous marchons ensuite vers Corniche Beach et Abu Dhabi Beach (compter une demi-heure de promenade) avant de remonter dans un taxi qui nous ramène à l’hôtel.

Des bus circulent dans Abou Dabi mais le personnel de l’hôtel nous a expliqué qu’il fallait acheter une carte à la gare routière centrale pour pouvoir emprunter le réseau et qu’il était plus simple de prendre le taxi. Nous n’avons pas cherché à en savoir plus et vu que nous n’avions qu’une après-midi devant nous, nous avons, en effet, fait ce qui nous semblait le plus simple. Après ces trois courses, il nous reste 20 dirhams (nous avons laissé des pourboires aux trois chauffeurs). Nous dînons à l’hôtel où, en plus du buffet, on peut choisir du poisson ou de la viande cuits sous nos yeux. Les morceaux sont délicieux.

Abou Dabi