Rio de Janeiro : Santa Teresa et Ipanema

C’est déjà notre dernier jour à Rio ! Histoire de bien commencer cette ultime journée carioca, on prend le petit-déjeuner dans une adresse très sympa trouvée sur Google Map. L’enseigne s’appelle Pão & Companhia (Rua Raimundo Corrêa, 09) et propose des formules (sauf le samedi et le dimanche) ou un buffet (c’est là que nous nous sommes servis). Mention spéciale pour le tapioca et le gâteau au chocolat.

Le bus 433 nous amène au tram qui dessert le quartier de Santa Teresa. En fait, nous sommes d’abord montés dans le but 426, dont le chauffeur nous a gentiment expliqué qu’il allait nous déposer à un arrêt suivant pour que nous puissions y prendre un autre bus. Tout au long du trajet, nous rencontrons des gens charmants qui nous expliquent comment nous rendre au départ du tramway. Le billet pour monter à Santa Teresa coûte 20 réals. La montée vers ce quartier offre de belles vues sur la ville. Le bâtiment de forme pyramidale, c’est la cathédrale de Rio ! Original, non ?

Arrivés à Santa Teresa, on se promène dans ce quartier bohème. Ces petites rues, aux maisons colorées, ont beaucoup de charme.

Santa Teresa est peut-être l’endroit idéal pour acheter quelques souvenirs, les boutiques d’artisanat local ayant pignon sur rue. On déjeuner au Bar di Mineiro (Rua Paschoal Carlos Magno, 99), sur la carte duquel figurent de nombreuses spécialités de l’Etat de Minas Gerais (réputé pour sa gastronomie). Comme souvent au Brésil, les portions sont généreuses. Les végétariens trouveront quelques alternatives sans viande. L’adresse a l’air particulièrement fréquentée. Anecdote : le patron, qui est également artiste-peintre, connaît le père de Pedro qui exerce la même profession ! Rassasiés, nous quittons, par le tram, le quartier de Santa Teresa. 

DSC03192

Copacabana et Ipanema sont les plages les plus célèbres de Rio. Si nous avons passé pas mal de temps sur la première, la seconde reste pour une nous une parfaite inconnue. Pour y remédier, nous en faisons notre prochaine et dernière étape de ce séjour carioca. Ce qui marque par rapport à Copacabana, c’est la taille du banc de sable qui est bien plus modeste à Ipanema, ce qui donne l’impression que les gens sont serrés les uns contre les autres sur la plage.

Nous rentrons à l’appartement récupérer nos affaires car il est presque temps pour nous de prendre le chemin de l’aéroport. Dans le hall des départs, nous faisons nos adieux à Adèle et Pedro car, si nous retournons dans leur appart à São Paulo, ce sera sans eux étant donné qu’ils restent, pour raisons professionnelles, deux jours de plus à Rio. Le vol décolle avec quelques minutes de retard et l’atterrissage est du genre sportif (le gars à côté de moi a fait son signe de croix sitôt l’avion posé) mais nous arrivons à bon port et c’est bien là l’essentiel. Nous prenons un taxi pour rentrer. Pour ce faire, il faut s’adresser à un comptoir dédié et donner l’adresse de destination. Un ticket indiquant la somme à payer est remis au client.

Brésil

Si tu vas à Rio (Copacabana, le Pain de Sucre) …

Ce matin, c’est réveil aux aurores ! En effet, l’avion pour Rio décolle à 08 heures 10. En 25 minutes, nous voilà à l’aéroport Congolas de São Paulo d’où partent essentiellement des vols intérieurs. C’est la compagnie brésilienne Gol qui nous transporte et qui nous offre pendant le vol une boisson et un petit gâteau à la banane. Fait marquant : alors qu’il amorçait sa ligne droite pour décoller, le Boeing 737 s’est subitement arrêté dans son élan, sans doute sur ordre de la tour de contrôle. Moins d’une heure plus tard, nous voici à « Fleuve de janvier ». Un Uber nous amène à l’appartement, loué sur Airbnb, situé dans le quartier de Copacabana. Il est tout petit mais super bien placé (genre à 200 mètres de la plage).

Le quartier de Copacabana, l’un des plus huppés de Rio, est des plus agréables. Juste devant la plage trône le Copacabana Palace, qui est, comme son nom l’indique, un hôtel de luxe.

On entre au Sofá Café (Avenida Nossa Senhora de Copacabana, 300), un café plutôt branché. Le tapioca est bon même s’il n’est apparemment pas aussi goûtu que dans le Nord du Brésil. Le gâteau au chocolat et les jus de fruits sont succulents.

Copacabana est avec Ipanema la plage la plus emblématique de Rio. Nous en foulons le sable chaud. Sur le sable, les marchands de maillots de bain et boissons fraîches abordent les touristes. Les vagues peuvent être relativement fortes, certains endroits sont même considérés comme dangereux.

Fait du jour : Pedro et Panda 2, attristés par le positionnement à l’envers d’un drapeau breton, ont demandé qu’il soit remis à l’endroit, vœu immédiatement exaucé ! On se pose sur la terrasse d’un restaurant, le Rondinella (Avenida Atlântica, 2302) pour picorer quelques morceaux de poisson pané en regardant le match amical opposant le Brésil à la Russie. Après une première mi-temps laborieuse, la Seleção reprend du poil de la bête. Score final : 3-0.

On marche jusqu’au Forte Duque de Caxias qui offre une très belle vue sur Copacabana. Il fait très chaud alors son se prend de l’eau de coco que l’on boit directement dans la noix à l’aide d’une paille.

Afin de profiter de la fin de l’après-midi sur le Pain de Sucre, on prend un Uber pour se rendre sur ce lieu emblématique de Rio. Pour y monter, il faut emprunter un télécabine et débourser pour cela 40 réals. Le panorama est absolument magnifique, surtout celui du deuxième palier (car il y deux télécabines, le second étant le Pain de Sucre à proprement parler).

Le ciel se couvre de nuages et il fait de plus en plus sombre lorsque nous amorçons la descente. On descend sur la plage rouge qui jouxte le Pain de Sucre. Elle est très petite comparativement à Copacabana, ce qui fait d’elle un endroit plus intimiste.

DSC03066

On rentre à l’appartement et là c’est un peu la douche froide : une odeur de vomi y règne et des cafards parsèment les murs et le sol de la salle de bain. Pour compléter le tableau, l’immeuble semble être un hôtel de passe, les bruits de fond étant assez éloquents. Par ailleurs, on ne parvient pas à mettre la main sur les deux matelas d’appoint (on écrit au loueur qui ne nous répondra que quelques heures plus tard). On se tâte à changer d’appart car on ne se voit pas dormir à quatre dans le même lit… Après de longes minutes de réflexion, nous franchissons le pas et décidons de nous mettre en quête d’un nouveau logement. Nous en trouvons un plus grand sur Airbnb situé à quelques rues de là. C’est un coup de chance car cet appart n’est louable que pour cinq jours minimum et c’est justement la durée de notre séjour (Adèle et Pedro restent deux jours de plus que nous car notre ami a des rendez-vous à Rio). Notre nouveau pied-à-terre nous convient bien mieux !

Pour nous remettre de ces émotions, nous dînons au Cervantes (Avenida Prado Júnior, 335), suivant en cela les conseils du guide du Routard. La spécialité de la maison, ce sont les sandwichs à l’ananas ! Le restaurant en propose avec plein de garnitures différentes. Afin de profiter un maximum de la journée de demain, nous n’enchaînons pas les caïpi ce soir. Avant de rentrer, nous faisons cependant un petit détour par la plage qui est bien éclairée de nuit.

Brésil

L’aventure commence … à Zurich

Pour la première fois de ma vie, je m’apprête à voyager avec Swiss mais force est de constater que mon histoire avec cette compagnie ne débute pas de la meilleure des manières. En effet, la veille du départ, nous recevons un courriel de Swiss nous informant de notre enregistrement automatique sur les vols. Le problème, c’est que le vol Zurich / São Paulo n’est plus le même que celui choisi lors de la réservation… Nous étions censés partir le mardi soir et voilà, sans plus d’explication, le vol reporté au mercredi matin. J’ai essayé de joindre la compagnie pour obtenir plus d’informations mais dix minutes passées à attendre sur le standard ont eu raison de ma patience (inutile de préciser que l’appel est surtaxé). Bref, niveau service client, on aura connu mieux !

A Roissy, on nous annonce que Swiss prendra en charge la nuit d’hôtel. Le vol pour Zurich décolle avec quelques minutes de retard. L’avion un Bombardier C 100/300 (première fois que je monte dans un appareil de l’avionneur canadien) est très récent. On nous sert un petit sandwich au fromage ou au salami ainsi qu’une boisson et, pour finir en beauté, un petit chocolat suisse. Arrivés à Zurich, on récupère les sacs, conformément à ce qu’on nous avait dit à Paris, avant de se diriger vers le comptoir Swiss. Les employés semblent étonnés de nous voir et ne comprennent visiblement pas pourquoi nous n’avons pas été informés plus tôt de l’annulation du vol… Notre situation s’arrange, on nous remet un bon pour une chambre d’hôtel. Le « bus des hôtels » nous dépose devant l’Allegra. Pour le dîner, nous avons droit à 20 francs suisses par tête au restaurant de l’hôtel, autant dire pas grand chose car le plat le moins cher au menu est déjà à ce prix. Nous payons la différence en euros, l’hôtel acceptant cette devise. Au niveau gustatif, les pâtes au pesto et le burger n’ont rien d’exceptionnel. La chambre est impersonnelle, comme souvent dans ce genre d’établissement, mais spacieuse. On regarde la fin du match de Ligue des Champions opposant Manchester United au FC Séville. Trop courte pour visiter Zurich, cette petite escale m’aura cependant permis de parler la langue de Goethe et de me rappeler que les Suisses germanophones ont un accent bien à eux !

Nous nous levons un peu après sept heures après une bonne nuit de sommeil. Le petit-déjeuner est minimaliste (boisson, croissant, pomme) et donc vite avalé. Le même type de minibus qu’hier nous dépose à l’aéroport. La sécurité et la douane passés, nous nous postons devant la porte d’embarquement où nous attend un triple 7. De ma « carrière aéronautique », je n’avais encore jamais voyagé dans un avion si vide ! Visiblement, certains passagers se plaignent du manque d’information sur ce vol. Il s’agit apparemment d’un vol spécial, dans le sens où les Zurich / São Paulo partent d’ordinaire le soir et non le matin.

Comme à chaque voyage, l’heure est venue de la désormais traditionnelle « critique aérienne ». Les plus grands d’entre vous seront plutôt à leur aise en classe économique chez Swiss car la place réservée aux jambes est, à mon sens, très correcte. Les repas sont satisfaisants (j’ai opté pour des pâtes au fromage et aux pommes ; recette helvétique ? accompagnées d’une petite salade, d’un morceau de fromage suisse et d’un gâteau de type germanique). Les hôtesses proposent régulièrement des boissons (on nous a également servi une crème glacée). Cerise sur le gâteau, à côté des toilettes, on trouve des en-cas en libre service (aussi bien des boissons que des pommes, barres chocolatées et même petits sandwichs). L’offre de divertissement n’est pas aussi foisonnante que celle des compagnies du Golfe (par exemple, on ne peut pas écouter d’albums mais seulement des sélections de titres) mais le mieux, sur ce vol, c’est que l’avion est quasi désert, ce qui permet :

  • de ne pas attendre son tour pour aller aux toilettes ;
  • de profiter de toilettes propres en toutes circonstances ;
  • de se lever sans déranger personne ;
  • de s’étaler sur une banquette de trois ou quatre sièges.

Ce qui reste cependant compliqué, c’est de s’occuper pendant un vol de 11 heures 30 (ce qui constitue mon plus long à ce jour !). Pour ma part, si regarder un film me va bien (en l’occurrence, Anna Karénine), j’ai du mal à en enchaîner plusieurs. Vu qu’il n’y a pas grand monde pour taper la discut’, j’écris et je lis la Bible du voyageur francophone, à savoir le guide du Routard, entre deux parties de Tetris, qui reste mon passe-temps favori dans un avion. L’objectif est de ne pas trop dormir pour se caler au plus vite sur le fuseau horaire d’arrivée (car l’avion arrive à São Paulo en fin de journée).

11 heures 27 plus tard, nous foulons le sol brésilien. Les formalités liées à l’immigration sont des plus rapides (avant ça, au sortir de l’avion, on nous pose quelques questions sur notre séjour en vérifiant nos passeports ; le gars qui m’interroge le fait en français, il est Ivoirien !). Le tampon brésilien n’est pas des plus jolis mais qu’importe ! Nous récupérons nos sacs et nous nous dirigeons vers la sortie où nous attendent nos chers amis, Adèle et Pedro, coupe franco-brésilien. Avec Pedro, on s’est connu à Strasbourg il y a de cela (déjà) huit ans. Après sept années passées en France, il est retourné au Brésil accompagné de sa femme française et c’est sur leur invitation que nous avons entrepris ce long voyage.

Nous quittons l’aéroport en voiture, celle que nos amis ont louée pour une dizaine de jours. Le trajet dure une bonne heure et le moins que l’on puisse dire c’est que la circulation est dense. Les deux-roues déboulent de partout et les automobilistes forcent souvent le passage aux intersections. On arrive chez nos amis qui habitent le quartier de  Pinheiros. On se pose un peu avant de sortir dîner dans un restaurant péruvien, le Riconcito Peruano (832, Rua dos Pinheiros). Les portions sont particulièrement généreuses. N’hésitez pas à commander du ceviche, il est excellent. En France, on n’est pas très familier avec la cuisine péruvienne et c’est dommage car elle a plein de bonnes choses à offrir. Revenus du restau, on allume la télé et on tombe sur le match de la coupe Libertadores entre les Corinthians (club de São Paulo) et le Deportivo Lara (je viens d’apprendre qu’il s’agit d’une équipe vénézuélienne). La fatigue commençant à produire ses effets, on ne tarde pas trop à se coucher. J’allais oublier : en ce premier jour brésilien, on aura essuyé un bel orage avec une succession d’éclairs assez impressionnante, le tout sous une pluie battante.

Les péripéties dues à l’annulation du vol Zurich / São Paulo nous auront permis de récolter 600 euros chacun, somme supérieure à celle déboursée pour acheter les billets d’avion (530 euros). Autant dire que ce voyage ne nous aura pas coûté trop cher !

Brésil

Ecosse : mode d’emploi

  • Y aller

Le plus simple pour se rendre en Ecosse est sans doute de prendre l’avion direction Edimbourg ou Glasgow. Nous avons choisi un vol aller-retour Paris/Edimbourg opéré par Air France (prix : 130 euros). Si vous êtes plutôt train, rien ne vous empêche de monter dans l’Eurostar et de continuer votre périple ferroviaire vers l’Ecosse depuis Londres. Si vous voulez disposer de votre propre véhicule sur place, vous privilégierez alors le tunnel sous la Manche.

  • Se déplacer

Voiture, train et bus semblent les moyens les plus sûrs pour se déplacer en Ecosse. Afin de gagner en indépendance, nous avons choisi de louer une Toyoto Aygo pour sept jours sur le site d’Enterprise pour environ 130 euros. Le carburant coûte un peu plus cher qu’en France. Qui dit Royaume-Uni, dit conduite à gauche (et au début, ça fait quand même bizarre ; à la sortie des attractions touristiques, un panneau en plusieurs langues rappelle d’ailleurs aux touristes qu’il vaut mieux rouler à gauche). Dans les Highlands, les routes peuvent être particulièrement étroites. Pour dépasser ou laisser passer un autre véhicule, il vous faudra utiliser ces fameux « passing places ».

DSC01903

  • Dormir

On entend parfois dire qu’un des passe-temps (ou gagne-pain) favori de nos amis britanniques est de monter chez eux un « bed&breakfast » et, en effet, devant les maisons, pullulent les panneaux indiquant que les propriétaires des lieux proposent une chambre. A certaines périodes de l’année, mieux vaut réserver mais la difficulté, c’est que les réservations en ligne ne sont pas toujours possibles. Peut-être alors faut-il téléphoner comme on faisait dans le temps avec ma famille pour les chambres d’hôte ? En tout cas, quand on passait devant ces fameux panneaux, un nombre important indique « no vacancies ». La question est donc la suivante : ces informations sont-elles à jour ? Je n’ai malheureusement pas la réponse !

A côté des « bed&breakfast », il y a bien sûr les hôtels, les campings (ce n’est sans doute pas le type d’hébergement à privilégier en Ecosse en dehors de l’été) et les auberges de jeunesse. Pour notre part, nous n’avons séjourné que dans ces dernières, à l’exception d’une excellente nuit dans un « bed&breakfast ». Pour une nuit en dortoir, il faut compter environ 25 euros par personne contre 80 euros (généralement entre 60 et 80 livres) pour une chambre double en « bed&breakfast ».

  • Manger

Si le Royaume-Uni n’est pas le pays au monde le plus réputé pour sa gastronomie, il offre néanmoins un choix important de restaurants et évidemment de bars (dont beaucoup servent à manger). Vous en trouverez pour tous les goûts, surtout dans les grandes villes.

  • Visiter

Ce ne sont pas les châteaux qui manquent en Ecosse ! En ruine ou reconstruits, ils font le bonheur des touristes. Si dans les grandes métropoles que sont Edimbourg et Glasgow les musées ne manquent pas, de nombreuses villes de taille plus modeste abritent également des musées consacrés à l’histoire locale.

Amateurs de randonnée, vous allez être servis ! Les nombreux sentiers pédestres offrent des possibilités de promenades plus ou moins longues selon le temps dont vous disposez. Les golfeurs trouveront en Ecosse de très beaux terrains de golf (il paraît que certains sont même gratuits).

Ecosse

Japon : c’est parti !

L’aventure japonaise commence à 10 heures 45 sur une des quatre pistes de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle à bord d’un Airbus A340-600 d’Etihad Airways. C’est mon premier vol avec cette compagnie et il faut reconnaître que c’est pas mal du tout. Le personnel de bord est charmant et les sièges sont confortables. L’espace pour les jambes est tout à fait convenable pour une classe économique. Etihad offre le choix entre trois menus. J’ai apprécié le fait que les couverts ne soient pas en plastique. Question divertissement, entre films, musique, jeux et même Coran, chacun trouvera son bonheur.

L’escale à Abu Dabi est courte : une petite heure de battement avant d’embarquer dans un autre A340-600 pour Tokyo. Afin de me mettre dans l’ambiance, j’opte pour le petit-déjeuner japonais.

Nos premiers pas sur le sol japonais nous mènent vers les services de l’immigration. C’est très rapide, nous sommes déclarés admis en moins de dix minutes. On récupère les sacs à dos qui arrivent dans de grands bacs sur le tourniquet. Le passage à la douane est des plus brefs.

Vient le moment d’échanger les Japan Rail Pass. Rien de plus simple car une agence Japan Rail se trouve dans le terminal ! Dix minutes plus tard, nous sommes en possession des précieux sésames qui nous permettent de monter à bord du Narita Express qui part immédiatement. Une chose est sûre, on n’aura pas perdu de temps !

Arrivés à la gare de Tokyo, nous marchons vers notre hôtel, le Mystay Kanda (1-2-2 Iwamotocho). Le personnel, qui parle anglais, est très accueillant. Bien que très petite (je crois que c’est souvent ainsi au Japon), la chambre est bien équipée (réfrigérateur, four à micro-ondes, télévision, coffre-fort, évier). Pour une nuit, nous payons 7600 yens.

Après un brin de toilette, on part faire un tour dans le quartier. Jusqu’à la gare, les rues ne sont qu’une juxtaposition de grands immeubles modernes. Certains d’entre eux affichent les couleurs des Jeux Olympiques de 2020.

On entre dans le centre commercial situé en-dessous de la gare. Il est immense et particulièrement fréquenté. Les boutiques consacrées à la culture manga sont légion. Vers 18 heures 30, fatigués par les vols, on choisit un restaurant de ramen parmi les nombreux établissements implantés dans la gare. Les commandes se font via un automate situé à l’extérieur du restau.

dsc00600

On choisit nos plats puis on insère des yens mais cette étonnante machine recrache tout. Heureusement, un couple de Japonais derrière nous fait comprendre qu’il faut d’abord payer avant de sélectionner les mets. L’automate nous donne deux tickets que nous tendons à un serveur une fois dans le restau. On nous apporte rapidement nos premières ramen qui sont excellentes.

On retourne à l’hôtel, mettant ainsi un terme à cette première journée japonaise (les choses sérieuses commenceront demain !). Sur le chemin, on trouve un Family Mart (supérette omniprésente au Japon) dans lequel on achète quelques victuailles pour le petit-déjeuner. Puisse le sommeil être salvateur car la fatigue se fait sérieusement sentir…

 

Japon

Le Japon pour les novices

  • Y aller

On ne va pas se voiler la face, la voie des airs est la plus sûre et la plus simple pour rallier le pays du soleil levant. La bonne nouvelle, c’est que les billets sont beaucoup moins chers qu’il y a dix ou vingt ans. Nous avons payé 456 euros par tête aller/retour pour faire Paris/Tokyo (via Abou Dabi) avec la compagnie Etihad Airways. Au retour, l’escale aux Emirats était certes un peu longue (cinq heures ; prenez garde à votre gorge, la climatisation de l’aéroport est réglée sur le mode glaçon) mais, ceci étant, nous étions satisfaits du service : personnel affable, pas mal de place pour les jambes,  couverture, coussin de nuque (mon coussin personnel était cependant bien plus confortable), trois choix de menus. Evidemment, c’est plus long qu’un vol direct (compter sept heures jusque Abou Dabi puis onze heures jusqu’à Tokyo). La qualité du service nous a néanmoins semblé meilleure pour les vols entre Paris et Abou Dabi (équipages visiblement mieux rodés).

  • Se déplacer

Japan Rail Pass ou pas, si oui pour combien de temps ? C’est la question que se posent (au vu des messages postés sur les forums de voyages !) nombre de routards désireux de partir à la découverte du Japon. Votre calculatrice promet d’être un allier de choix dans votre prise de décision.

En ce qui nous concerne, nous avons opté pour le JR Pass de quinze jours en seconde classe. Evidemment, cela a un coût (386 euros par personne) mais en additionnant les prix des trajets donnés par le site Hyperdia, il est apparu que notre JR Pass serait rentabilisé pour au moins cinquante euros. Je précise que nous avons pas mal bougé pendant ces quinze jours (Tokyo, Kyoto, Nara, Hiroshima, Miyashima, Osaka, Matsumoto).

Il ne faut cependant pas perdre de vue que le JR Pass n’est pas valable pour tous les trains. Ainsi, l’accès au Nozomi (les plus rapides des Shinkansen) vous sera refusé. De même, le JR Pass ne vous permet pas d’emprunter les métros et de monter dans les trains gérés par des compagnies privées.

Avec le JR Pass, réserver un siège n’est pas obligatoire (mais on peut le faire gratuitement), il faut alors prendre place à bord des voitures dédiées aux passagers non munis de réservation. On y a toujours trouvé de la place mais je ne sais pas si c’est tout le temps le cas selon les périodes de l’année. Les trains japonais, sont par ailleurs, très confortables et des plus ponctuels.

Le Japon est également doté de réseaux de bus inter-urbains très développés. Il me semble qu’ils sont moins chers que les trains mais aussi moins rapides. Pour louer une voiture, il faut pouvoir présenter une traduction  en japonais de son permis de conduire.

  • Climat

Quelle est la saison idéale pour se rendre au Japon ? Il paraît que l’été, il y fait particulièrement chaud et humide. L’hiver aura les faveurs des skieurs. Avril (avis aux amateurs de cerisiers en fleurs) et mai sont sans doute les mois les plus prisés pour découvrir le Japon (il ne faut pas hésiter à réserver les hébergements bien à l’avance). En juin, il ne fait pas encore trop chaud. En septembre, les vagues de chaleur estivales battent en retraite. En ce qui nous concerne, nous avions choisi le mois d’octobre. Il a fait relativement chaud (en moyenne, 25 degrés ; jusqu’à 28 à Osaka) et nous n’avons eu que deux jours de pluie. Enfin, novembre est peut-être la période idéale pour profiter des couleurs de l’automne.

  • Se faire comprendre

La plupart des gens venant en vacances au Japon ne parlent pas japonais. Même si l’anglais n’est pas très pratiqué au pays du soleil levant, nous n’avons jamais rencontré de gros problèmes pour nous faire comprendre. Dans les lieux touristiques, les panneaux d’information sont traduits dans la langue de Shakespeare. De nombreux restaurants disposent d’une carte en anglais (et si tel n’est pas le cas, la plupart des établissements exposent les plats en vitrine et les menus comportent souvent des photos). Je vous conseille d’apprendre quelques mots en japonais, ça fait toujours sourire les locaux !

  • Budget

Le yen ayant pas mal baissé ces dernières années, le Japon est devenu une destination nettement moins onéreuse que par le passé. Cependant, il ne faut pas non plus se voiler la face, le niveau de vie étant élevé, les prix ne seront pas aussi attractifs qu’en Asie du Sud-Est ou qu’en Corée du Sud. En tout (billets d’avion et JR Pass compris), nous avons dépensé environ 1 800 euros par personne. Les hôtels, dans lesquels nous avons séjourné, étaient, à l’exception de la première nuit à Tokyo, des auberges de jeunesse et maisons d’hôte. Nous avons, la plupart du temps, mangé au restaurant. Nous ne nous sommes pas limités au niveau des visites et nous avons ramené quelques souvenirs pour nous et nos proches. Bref, nous ne nous sommes pas privés.

  • Yens

Non, ce n’est pas une légende urbaine, les Japonais ont un fort penchant pour les espèces sonnantes et trébuchantes ! Payer par carte n’est pas possible dans nombre de commerces, hôtels et restaurants. Il faudra donc vous procurer rapidement des yens. Pour notre part, nous avions changé l’équivalent de 800 euros via le bureau « Yes Change ». Nous avons ensuite retiré environ 1 500 euros à deux.

Japon

L’Islande pour les novices

  • Y aller : Le plus simple est évidemment de prendre l’avion. Plusieurs compagnies assurent des vols entre Paris et Keflavik (l’aéroport international situé à une cinquantaine de kilomètres de Reykjavik). Si j’ai bien suivi, en partant de France, vous avez le choix entre Icelandair (la compagnie nationale islandaise), Wow Air (compagnie islandaise à bas coûts) et Transavia (filiale à bas coûts d’Air France – KLM). En ce qui nous concerne, nous avions opté pour Wow Air à l’aller et Transavia au retour. Transavia proposait certes les meilleurs prix mais l’horaire d’arrivée n’était pas terrible (minuit). Wow Air et Transavia étant des compagnies à bas coûts, le bagage en soute est en supplément (nous en avions pris un pour deux). Sachez qu’il est également possible de vous rendre en Islande en bateau en partant du Danemark !
  • Climat : Je ne vous apprends rien, l’Islande n’est pas réputée pour son climat tropical. Au mois de mai, les températures dépassent rarement les quinze degrés. Pour faire de la randonnée et profiter de longues journées, les mois les plus agréables s’étalent de mai à septembre. La saison phare, c’est juillet-août (les pistes intérieures sont alors ouvertes) mais l’activité touristique bat son plein. Nous sommes partis en Islande en mai. Si la pluie a régulièrement fait son apparition, le soleil a globalement été de la partie. Quant à l’hiver, c’est la saison idéale pour voir des aurores boréales, l’inconvénient étant cependant la très faible durée du jour.
  • Argent : L’Islande est (malheureusement pour les touristes) un pays très cher… Pour réduire les coûts, l’idéal est de camper et d’acheter toutes ses victuailles dans les supermarchés. Pas de nuits sous la tente pour nous mais des visites régulières au supermarché pour nous procurer des sandwichs ou de quoi les faire. Avant de partir, nous avions changé l’équivalent de 600 euros en couronnes islandaises par l’intermédiaire de CEN CHANGE. Le taux n’était cependant pas si intéressant.
  • Hébergement : Comme je le disais, la solution la plus économique est la tente. Pour une chambre double en hôtel ou en « guesthouse », il faut compter minimum 80 euros (le petit-déjeuner n’est pas toujours inclus dans le prix). Pour un lit dans un dortoir, les prix descendent rarement en dessous de 50 euros. Certains établissements offrent la possibilité aux voyageurs de dormir dans leur sac de couchage en échange d’une réduction de 20 %. Quand il est en supplément, le petit-déjeuner coûte généralement entre 12 et 14 euros (dans les hôtels les moins chers). Sa qualité est variable mais, une chose est sûre, vous ne mourez pas de faim car il est servi sous la forme d’un buffet. D’après ce que j’ai compris, mieux vaut réserver les hôtels en avance pour tout séjour estival.
  • Transports : Des bus desservent les principaux points touristiques mais leur fréquence n’est pas optimale au mois de mai. C’est la raison pour laquelle nous avons loué une voiture. Sur Internet, le prix le plus avantageux était celui proposé par le loueur islandais Geysir : 342 euros pour une Hyundai i10 pendant dix jours (si vous souhaitez ajouter un deuxième conducteur, il vous faudra payer un supplément). Ce type de véhicule ne permet pas d’emprunter toutes les routes, le 4*4 étant nécessaire pour rouler sur les pistes. Pour un litre d’essence, il faut compter 1,50 euro. Quelques temps avant notre départ, nous avions acheté une carte routière de l’Islande pour éviter de louer un GPS. On s’en est pour ainsi dire pas servi. Les routes et les directions sont, en effet, très bien indiquées. Par ailleurs, si, comme nous, vous n’avez pas de GPS, il vous suffit d’utiliser votre portable et l’application Google Maps (le pré-requis étant de profiter du réseau wifi disponible dans les hôtels et restaurants pour charger la carte) pour savoir où vous êtes.
  • Gastronomie : En Islande, on mange bien évidemment du poisson. Il est super bon, dommage que les restaurants soient si chers. Vous constaterez vite qu’il y a plus de moutons que d’habitants, rien d’étonnant donc à ce que certaines bestioles finissent dans les assiettes… Les restaus et bars proposent souvent des burgers et du fish and chips.
Islande