GR 34 : de Jospinet à Erquy

Les fêtes de fin d’année, le foie gras, la bûche, la dinde… Quoi de mieux qu’une petite randonnée intercalée entre le réveillon de Noël et celui du 31 pour digérer toutes ces bonnes choses ? Et qui dit fêtes en Bretagne, dit GR 34 ! La dernière fois que nous avions emprunté le sentier des douaniers à l’Est de Saint-Brieuc, nous nous étions arrêtés à la plage du Jospinet située sur la commune de Planguenoual. On nous y amène gentiment en voiture (il faut dire que l’endroit est difficilement accessible autrement) et c’est parti ! Le thermomètre indique dix degrés ce matin. Si le ciel est plutôt couvert, il ne fait absolument pas froid.

Les balises rouges et blanches nous mènent au Port Morvan. La vue sur la mer et les plages et très jolie même s’il manque quelques rayons de soleil. Le chemin n’est pas tout plat en cette matinée, ça monte et ça descend mais cela fait aussi partie du charme de la Bretagne.

On déjeune sur un banc devant le port du Dahouët (sur la commune de Pléneuf-Val-André), très paisible en ce 27 décembre. A notre gauche se trouve un bar, l’Echouage. Ce n’est pas le seul établissement implanté sur le port du Dahouët, ce qui nous fait dire que la prochaine fois on mangera au restau en lieu et place de nos sandwichs.

A la halle du Dahouët, le randonneur pourra acheter du fromage, prendre un café ou déguster une part de gâteau. On croit se trouver face à une déviation sur le sentier au niveau de l’oratoire Notre-Dame-de-la-Garde mais finalement, que nenni, nous ne sommes pas contraints de contourner le tracé.

On arrive à Pléneuf-Val-André à proprement parler. Les maisons sur la digue ressemblent à s’y méprendre à des résidences secondaires. Une chose est sûre, ce ne sont pas les toilettes qui manquent sur cette portion, c’est, je crois, la première fois que j’en vois autant sur le GR 34. Au large de Pléneuf, on profite d’une vue magnifique sur l’île du Verdelet, devenu une réserve ornithologique en 1973.

On arrive sur la plage des vallées que les golfeurs peuvent admirer tout en tapant des balles. Place ensuite à la plage de Saint-Pabu puis à celle de Caroual.

Nous arrivons à Erquy, station balnéaire qui abrite plusieurs hôtels de plein air et crêperies. C’est juste après la place du bourg, non loin de l’office du tourisme, que notre randonnée du jour prend fin. Un peu plus de vingt kilomètres au total sous une météo clémente malgré un ciel de plus en plus brumeux au fur et à mesure de l’après-midi. Environ 500 mètres de dénivelé positif, ce qui est pas mal mais pas non plus exceptionnel sur le GR 34. On insiste pour venir nous chercher à Erquy mais sachez que la ligne 2 du Tibus est susceptible de nous ramener à Saint-Brieuc. C’est ici que j’en termine avec cette dernière randonnée de 2019, rendez-vous en 2020 pour de nouvelles aventures !

Bretagne

GR 34 : de Tréguier à Buguélès

Le constat est sans appel : les articles consacrés au GR 34 sont les plus consultés de cet auguste blog. Rassurez-vos cependant, le plaisir de randonner le long du sentier des douaniers l’emporte largement sur la volonté de faire exploser le nombre de visites.

Il faut croire que nous devenons de plus en plus convaincants pour motiver des randonneurs car cela fait un bon moment que nous, Panda 1 et Panda 2, n’avons pas marché que tous les deux. Pour cette nouvelle étape sur le GR 34, c’est une bonne partie de la famille de Panda 2 qui se joint joyeusement à nous. Au total, nous sommes neuf à prendre le départ sur le port de Tréguier, une fois la deuxième voiture déposée à Buguélès où nous sommes censés terminer la rando. Je ne devrais peut-être pas le dire mais on triche de quelques centaines de mètres par rapport à notre point d’arrivée à l’issue de l’épisode précédent (en espérant que le dieu du GR 34 ne se venge pas de cet affront !)…

Toute la semaine s’est posée l’épineuse question de la météo pour ce dimanche, les prévisions étant particulièrement changeantes. Au final, ce n’est ni de pluie ni de soleil dont nous sommes gratifiés mais d’un ciel nuageux avec quelques timides éclaircies. Le GR 34 nous mène d’abord à travers les rues de Tréguier où l’on admire les maisons à pans de bois et la cathédrale Saint-Tugdual. Une crêperie (La Krampouzerie) et un bar (Madame Mouss’tache) m’ont semblé digne d’intérêt.

Le début du parcours suit principalement la route. On passe devant le jardin botanique du Kestellic dont je n’ai encore jamais arpenté les allées, cependant, de source sûre, la visite vaut le coup ! Les balises blanches et rouges nous font quitter la route pour gagner la rive du Jaudy. Prenez garde, certains rochers sont très glissants.

La marée est basse ce matin et on a hâte qu’elle monte ! Un petit creux ? Le café Pesked, situé 21 rue du port à Plouguiel tout près de la rue Casse-pattes, qui porte si bien son nom car elle monte à pic, est là pour combler la faim ou la soif. On salue la baie de l’Enfer (pourtant décrite comme « profonde et calme » par le site internet de l’office de tourisme de la côte de granit rose) ainsi que deux sympathiques ânes.

Le panneau d’entrée d’agglomération « Plougrescant » est en vue ! Sur le sentier, on tombe nez à nez avec une pancarte indiquant le manoir de Kergrec’h à 500 mètres, qui constitue, si l’on en croit les avis Google, une belle possibilité d’hébergement mais sans doute pas à la portée de toutes les bourses. Deux tables de pique-nique nous accueillent pour casser la croûte, néanmoins le vent froid nous dissuade de rester attablé trop longtemps.

La promenade se poursuit et force est de constater que le terrain est nettement moins vallonné que lors des premiers kilomètres. On commence à bien voir la mer qui remonte petit à petit.

Les amas de rochers évoquent la magnifique côte de granit rose, la plus touristique des Côtes d’Armor, qui n’est plus si loin.

On fait un détour par la célèbre petite maison entre les deux rochers puis par le toujours très impressionnant gouffre de Plougrescant, où la mer déferle dans une profonde entaille.

Sur la commune de Penvénan, le balisage est quelque peu erratique si bien qu’il vaut mieux longer les plages et la côte pour être sûr de ne pas se perdre.

Au fil des kilomètres, le groupe s’est scindé en trois groupes. Le peloton de tête va chercher la voiture laissée à Tréguier. Panda 2, parti devant avec son père et son oncle, vient à ma rencontre sur la dernière plage où on attend le reste de la troupe. Sa traversée est d’ailleurs un peu épique à cause de la mer qui monte. Le petit port de Buguélès, épilogue de notre randonnée, est en vue !  On y attend l’arrivée des voitures pour rentrer au bercail.

26,95 kilomètres au total pour 385 mètres de dénivelé. Cette portion du GR 34 fut d’autant plus agréable que nous n’avons pas senti une seule goutte de pluie à défaut d’avoir pu profiter du soleil malgré quelques éclaircies. Merci à tous, merci au GR 34 et à bientôt pour de nouvelles aventures en Bretagne ou ailleurs !

Grandes Randonnées

GR 34 : de la pointe de l’Arcouest à Tréguier

L’heure de la pêche aux balises blanches et rouges a de nouveau sonné ! C’est avec une joie non dissimulée que nous fêtons nos retrouvailles avec ce bon vieux GR 34. C’est du côté Ouest par rapport à Saint-Brieuc que l’action se passe aujourd’hui et demain. Une fois n’est pas coutume, nous sommes quatre courageux marcheurs (Panda 1, Panda 2, Frère de Panda 2, une amie) mais seulement trois d’entre nous se sont engagés pour les deux jours d’efforts. Il faut donc que notre amie soit en mesure de faire demi-tour, d’où sa voiture laissée au rando-gîte de Lanmodez où nous allons passer la nuit. Le père de Panda 2 embarque ensuite toute la troupe pour nous déposer à la pointe de l’Arcouest (juste devant l’embarcadère pour l’île de Bréhat, cf. l’épisode précédent) où démarre notre étape. Il est presque 11 heures et c’est partiii !!! Le soleil est au rendez-vous, ce qui promet une journée parfaite pour randonner.

Au bout d’un peu plus d’une heure de marche, on atteint Loguivy-de-la-Mer, localité située sur la commune de Ploubazlanec. Si tu n’es pas Costarmoricain, ce nom ne te dit sans doute rien, néanmoins, pour parfaire ta culture musicale, sache que Loguivy-de-la-Mer a inspiré une célèbre (enfin, dans les Côtes d’Armor, j’entends) chanson d’un certain François Budet (dont la fille Yelle chantait « Je veux te voir dans une film pornographique). Personnellement, j’ai toujours trouvé cette chanson particulièrement déprimante (Loguivy-de-la-Mer Loguivy-de-la-Mer, tu regardes mourir les derniers vrais marins / Loguivy-de-la-Mer, au fond de ton vieux port s’entassent les carcasses des bateaux déjà morts) mais je te laisse juge et te laisse libre de cliquer sur ce lien si j’ai réussi à piquer ta curiosité ! Ce n’est pas que cette chanson, que j’ai dû apprendre en CM2 et chanter lors de la fête de l’école, m’ait tant à ce point traumatisée, cependant, comme beaucoup d’autres élèves, je me souviens, acte de rébellion suprême, avoir beuglé Loguivy-de-la-Meeerde. Juste une petite photo du port de Loguivy avant de refermer cette digression !

DSC06179

Le sentier oscille entre bords de mer et sous-bois avec de magnifiques vues plongeantes sur l’eau. On s’arrête pour pique-niquer à la Roche aux Oiseaux d’où on peut admirer l’estuaire (l’embouchure du Trieux) et l’archipel de Bréhat.

On poursuit notre route entre chemins côtiers et sous-bois. Ces derniers nous protègent des rayons du soleil car, mine de rien, ça tape. En Bretagne, le soleil est souvent traitre dans le sens où, même s’il ne fait pas très chaud et que le ciel est parsemé de nuages, la crème solaire est de rigueur.

On passe Lézardrieux, son église, son monument aux morts (orné d’une statue de soldat, une main sur le fusil, l’autre sur le cœur) avant d’atteindre son petit port de plaisance. A Lézardrieux, nous tombons nez à nez sur la maison d’hôtes Lan Caradec et son impressionnante collection de plaques du guide du Routard. Elle est située directement sur le sentier (sur une portion routière), ce qui en fait sans aucun doute un lieu idéal de villégiature pour les randonneurs qui cherchent un endroit où dormir.

Comme souvent sur le GR 34, le terrain monte et descend, ce qui rend certaines portions assez cardios. Cet après-midi, la marée est basse et je trouve que c’est un peu moins joli que lorsqu’elle est haute.

Entre le Moulin à Mer et Lanmodez, le sentier nous fait passer un certain nombre de fois par la route (pas très passante certes), ce qui est moins agréable que quand il nous fait longer la côte. On fait une pause ravitaillement à la Cambuse de Kermouster, petite crêperie établie sur la commune de Lézardrieux. Les crêpes sont chères (4,20 euros pour celle au Nutella ; eh, les gars, on n’est pas non plus devant la tour Eiffel !) néanmoins elles sont bonnes. C’est donc requinqués que nous mettons le cap sur le rando-gîte de Lanmodez situé à un peu moins de quatre kilomètres. Comme convenu, nous appelons la responsable de ce gîte communal à la vue du premier panneau en indiquant la direction. Le gîte n’est pas situé pile-poil sur le GR 34, il faut marcher deux kilomètres hors du sentier pour l’entrevoir.

Dix-neuf minutes plus tard, nous atteignons notre but. L’accueil est sympathique, tout comme le gîte en lui-même dont les voyageurs apprécieront la cuisine très bien équipée. La nuitée coûte 22 euros auxquels il faut en rajouter 5 si vous souhaitez prendre le petit-déjeuner. Les draps sont fournis mais pas les serviettes de bain. Douches et toilettes sont communes. On se fait cuire des pâtes dans la vaste cuisine tout en discutant avec un couple venu de Lyon. Une chose est sûre, on ne devrait pas être dérangé cette nuit tellement le coin est paisible.

En effet, c’est le silence total, on entend seulement les oiseaux et quelques chiens qui aboient au petit matin. A la question de savoir à quelle heure nous souhaitions prendre le petit-déjeuner, nous avions répondu 07 heures 30. Comme par magie, tout est en place à l’heure convenue. Il y a sur la table du lait, du thé, du pain, des croissants, de la confiture ainsi que du jus d’orange.

Rassasiés, on boucle les sacs et c’est reparti ! On fait un saut au bar-épicerie de Lanmodez pour acheter une baguette et des abricots. Il fait aujourd’hui un temps admirable, visiblement un peu plus chaud qu’hier. Les premières vues sur la mer nous enchantent.

On arrive sur Pors Guyon, tranquille petit port de pêche dont rien ne semble pouvoir troubler la quiétude.

Laneros, localité dotée d’un hôtel de plein air (avis aux randonneurs campeurs), s’offre à nous. Les chemins, la plupart côtiers, sont charmants. On admire le sillon noir, moins connu et moins grand que son confrère du Talbert.

On arrive à Pleubian, d’où le point de vue sur le sillon de Talbert est superbe surtout quand le ciel est dégagé comme aujourd’hui. Curiosité géologique, le sillon de Talbert s’avance de trois kilomètres dans une mer parsemée de rochers. L’étroite langue de 35 mètres, faite de sable et de galets, est façonnée par les courants opposés du Trieux et du Jaudy.

Non loin de là se trouve la maison du sillon, le lieu de référence pour obtenir des informations sur ce site naturel. Juste à côté trônent trois restaurants, dont l’un croule sous les plaques Routard, du style crêperie. Le sentier est magnifique dans les environs de Pleubian. Entre la végétation et les vues plongeantes sur la mer, difficile de ne pas se dire que les Bretons sont gâtés.

A défaut de trouver un banc qui ne soit pas exposé en plein soleil, on s’arrête pour déjeuner à l’ombre sur le bas-côté du sentier. L’après-midi de marche est plus difficile que celle d’hier pour les organismes car il fait plus chaud et un certain nombre de portions ne sont pas ombragées. Par ailleurs, notre étape du jour est un peu plus longue que ce que nous pensions.

Nos collègues randonneurs trouveront entre Kermagen et Bilvéro plusieurs gîtes qui jouxtent le sentier. La portion juste avant Tréguier est peut-être la plus difficile du jour. Il faut, en effet, emprunter un chemin en sous-bois pour atteindre la rive droite du Jaudy et y aller prudemment car le sol est particulièrement vaseux.

Heureusement (car mes pieds commencent à crier famine), on en a presque terminé ! Encore quelques portions routières et le port de Tréguier sera en vue. Les parents de Panda 2 nous attendent juste à côté du pont où nous reprendrons donc les négociations la prochaine fois.

Quel bilan tirer de ces deux jours sur le GR 34 ? Une chose est sûre, nous avons été gratifiés d’un temps exceptionnel. Au niveau kilométrique, le livre de comptes indique : 26,25 kilomètres pour le premier jour et 33,10 pour le second. Peut-être aurait-il été plus judicieux de prévoir un plus gros kilométrage le dimanche plutôt que le lundi. Personnellement, j’ai préféré la portion entre Lanmodez et Tréguier à celle entre la pointe de l’Arcouest et Lanmodez pour la simple et bonne raison que le GR 34 longe davantage la côte. Je m’arrête ici, merci d’avoir pris le temps de lire cet article et à bientôt pour de nouvelles aventures !

Grandes Randonnées

GR 34 : du Légué à Jospinet

GR 34 : c’est reparti ! Quelques jours de congés en terres bretonnes, voilà l’occasion rêvée de reprendre le fil du sacro-saint sentier au Légué, là où nous nous étions arrêtés lors de l’épisode précédent (on avait en fait continué jusqu’à Saint-Brieuc mais ce n’était plus le GR 34 à proprement parler). Un peu avant 08 heures 30, nous arrivons en voiture au Légué. Qui dit randonnée, dit pique-nique alors on achète des sandwichs à la très bonne boulangerie Portland.

On a vite fait de retrouver une balise pour nous remettre sur le droit chemin. Le sentier nous fait longer le port du Légué, on passe entre autres devant l’atelier de réparation des bateaux.

Ensuite, ça monte un peu et c’est là que je me retrouve les fesses par terre sur le bas-coté, la faute à mon pied qui a glissé sur une marche en bois glissante. Plus de peur que de mal, l’aventure peut reprendre son cours ! Le sentier nous offre quelques belles vues plongeantes sur la mer.

Après un peu moins d’une heure de marche, les grèves de Langueux se dressent devant nous. Elles ont accueilli par le passé des courses hippiques mais aussi (et c’est moins glorieux) une décharge. Aujourd’hui, un chemin très agréable donne sur la réserve naturelle de la baie de Saint-Brieuc réputée pour abriter de nombreux oiseaux.

La Briqueterie est un écomusée situé le long des grèves dans une ancienne usine de briques. Elle accueille plusieurs expositions, notamment une consacrée au petit train des Côtes du Nord (c’est ainsi que s’appelait le département des Côtes d’Armor avant 1990 ; je suis donc née dans les Côtes du Nord). Je n’ai à ce jour jamais pénétré dans la Briqueterie (honte à moi !) mais il paraît que la visite vaut le coup. Tout près du musée se trouve la Crêperie des grèves (23 rue des grèves à Langueux) que je vous recommande chaleureusement car les crêpes et les galettes y sont délicieuses.

La rando se poursuit avec les grèves d’Hillion. Le sentier est très plat, ce qui permet de marcher à bon rythme (notre kilomètre le plus rapide a été parcouru sur cette portion).

La Maison de la baie donne directement sur la mer. Cet endroit me rappelle de lointains souvenirs car j’y étais allée en classe de mer quand j’étais en grande section ! Biens sûr, ce n’est pas très loin de Pordic mais je crois que c’était, pour la plupart d’entre nous, notre première nuit hors cadre familial. La Maison de la baie est un musée qui met à l’honneur les poissons et mammifères présents dans la baie de Saint-Brieuc. On déjeune sur une table de pique-nique juste à côté de la fameuse maison. La marée est basse, on distingue bien les oiseaux sur les bancs de sable.

DSC05284

Les douaniers surveillent-ils encore la côte à partir du sentier qui porte leur nom ? J’étais jusqu’à aujourd’hui dans l’incapacité de répondre à cette question mais, après avoir croisé quatre douaniers en uniforme sur le sentier, la réponse est peut-être positive, qui sait ? On passe par la pointe des Guettes puis par la petite plage de Lermot. Force est de constater que depuis la pause déjeuner, le dénivelé est bien plus conséquent. Les montées ne sont certes guère très longues néanmoins certaines sont assez intenses.

L’anse de Morieux offre un beau panorama sur le Gouessant, fleuve côtier de 40,9 kilomètres se jetant dans la Manche.

Située sur la commune de Morieux, la chapelle Saint-Maurice domine la plage du même nom. Construit au XIXe siècle, le petit édifice a subi d’importants dégâts lors de la seconde guerre mondiale avant d’être remis en état à la fin du siècle dernier. Sans doute à cause de la marée basse, les parcs à moules sont particulièrement visibles aujourd’hui. Il faut dire qu’en baie de Saint-Brieuc, le parc mytilicole s’étend sur plus de 500 hectares et contribue à 10% de la production française.

Notre promenade du jour s’achève sur la plage de Jospinet (à ma connaissance, aucun rapport avec un ancien premier ministre). C’est à cet endroit qu’on vient chercher deux randonneurs un peu fatigués par sept heures d’efforts, certes plus ou moins intenses. Bilan : 29,93 kilomètres sur le GR 34 avec un temps superbe pour la saison (près de 16 degrés l’après-midi) !

Pour préparer cette rando, nous nous sommes abonnées à la formule « GR Access » proposée par la fédération française de randonnée pédestre sur son site Internet. En effet, nous avions investi dans un guide de la fédération pour le GR 34 sauf que celui-ci ne va pas plus loin que Saint-Brieuc. Il existe certes un volume pour la partie entre le Mont-Saint-Michel et Saint-Brieuc mais nous avons choisi d’opter pour la formule Internet. Pour 25 euros par an, elle permet de composer son propre parcours avec en bonus des informations sur les lieux traversés et quelques adresses d’hébergements. En somme, c’est un peu comme les guides édités par la fédé avec un peu moins de détails cependant. La création d’un parcours sur le « GR Access » génère un fichier GPX. Pour le lire sur un portable, il faut une application comme par exemple « GPX Viewer » qui coûte un euro. Verdict : le « GR Access » semble être un outil plutôt intéressant d’autant qu’il couvre tous les GR de France. Il reprendra, à coup sûr, du service lors d’une prochaine rando !

Grandes Randonnées

GR 34 : de Pordic à Saint-Brieuc

GR 34 : l’aventure continue !

De retour en Bretagne le temps des fêtes, quoi de mieux que de mettre à profit une journée pour arpenter les sentiers de ce bon vieux GR 34 ? Pour cette étape d’une journée, on choisit de partir de Pordic et non de l’embarcadère pour l’île de Bréhat devant lequel nous nous étions arrêtés lors de l’épisode précédent (GR 34 : de Bréhec à l’Arcouest).

Le point de départ de cette sortie hivernale est donc le domicile parental situé à Pordic. Figurez-vous que, cette fois-ci, nous sommes trois ! A force de parler du GR 34 en des termes laudateurs, on est parvenu à convaincre une amie de se joindre à nous. Ainsi, le groupe de randonneurs est aujourd’hui composé de Panda 1, Panda 2 et Panda 3.

A 8 heures 35, le peloton composé de trois marcheurs s’élance de la rue Chateaubriand. Il fait tout juste jour et, pour tout dire, le froid se fait sentir car le mercure ne dépasse pas cinq degrés. Comme lors du tout premier épisode de la série GR 34 (GR 34 : de Pordic à Bréhec), on emprunte le petit chemin en bas de la rue qui descend vers la plage du Vau Madec. Par endroits, le sol est recouvert de boue, il a dû visiblement pas mal pleuvoir ces derniers temps. La petite plage de galets en vue, on prend le chemin de droite en direction de Plérin. Le ciel est enveloppé d’une légère brume matinale.

Il faut une demi-heure de marche pour rallier la plage du Petit Havre, bien connue des Pordicais pour sa descente assez abrupte depuis le parc de stationnement, en partant de la plage du Vau Madec.

Il est très agréable de marcher ce matin d’autant que les rayons du soleil commencent à percer. On arrive sur la plage de Tournemine et son école de voile. Encore un peu de marche pour atteindre les Rosaires, la grande plage de Plérin. Le sentier nous mène sur la digue où les promeneurs et coureurs sont nombreux en cette fin de matinée. On déboule ensuite sur Martin Plage avant d’attaquer la montée, peut-être la plus raide jusqu’à maintenant, pour déjeuner sur le parc de stationnement qui permet d’accéder à la pointe du Roselier. Après 3 heures 18 de marche est donc venue l’heure du casse-croûte. Il y a certes des bancs mais on préfère manger debout car ils sont toujours recouverts par la rosée du matin.

La pointe du Roselier offre un magnifique point de vue sur la baie de Saint-Brieuc. Le Roher-Martin, ornée de sa croix, y trône en contrebas. Sa surface semble être peinte en blanc, peut-être pour prévenir tout risque de collision avec les bateaux.

On redescend pour arriver droit sur la plage de Saint-Laurent parsemée d’une multitude de coquillages (c’est sans doute la raison pour laquelle elle ne fait pas partie des plus fréquentées du coin).

Le port du Légué est en vue ! Soyons francs, le chemin qui y mène n’est pas la portion la plus agréable du parcours car le sentier suit la route. Quoi qu’il en soit, le Légué est devenu, ces dernières années, un lieu assez branché grâce aux bars (le QG, le Mar’mousse) et restaurants ( la Vieille Tour, la Cantine Éphémère) qui y sont implantés. Il y a même une boite de nuit, le Magnifik.

C’est au sortir du Légué qu’on se trompe de chemin. Il faut dire que le marquage n’est pas des plus clairs. Il n’est pas évident de distinguer à cet endroit les balises blanches et rouges de leurs confrères jaunes et rouges. Le marquage jaune et rouge nous conduit donc dans la vallée de Saint-Brieuc. C’est dans cette ville, où j’ai passé mes années de collège et de lycée puis trois ans à la fac de droit, que nous nous arrêtons aujourd’hui. En effet, la portion du GR 34 à l’Est de Saint-Brieuc n’est, selon nous, pas des plus excitantes. On se demande si on ne va pas « tricher » et reprendre vers Pléneuf-Val-André la fois prochaine, à moins qu’on décide de continuer le GR direction Ouest, à l’embarcadère pour l’île de Bréhat où nous nous étions interrompus la dernière fois.

Bilan de séance : on aura marché 21 kilomètres aujourd’hui entre 08 heures 35 et 14 heures 48 (c’est précis) avec une demi-heure de pause déjeuner et quelques petits arrêts boissons et en-cas.

Avant de clore cet article, je voudrais partager ici une adresse au cas où des randonneurs, désireux de cheminer le long du GR 34, chercheraient un hébergement. Entre les chambres d’hôte, hôtels et annonces Airbnb, les offres de service ne manquent assurément pas néanmoins, si mon avis vous intéresse, je recommande chaleureusement cette annonce Airbnb : https://www.airbnb.fr/rooms/17601078?location=Pordic&adults=1&guests=1&s=fBPYAyvT. La maison, qui appartient à des amis de ma famille, est en effet facilement accessible depuis le GR 34 (vos hôtes vous expliqueront à merveille comment rejoindre le sentier). La chambre est agréable et le petit-déjeuner copieux !

Jeu : saurez-vous repérer les balises ?

Grandes Randonnées

Mission : faire visiter la Bretagne et la Normandie en trois jours à un Indien

Que faire en moins de trois jours en Normandie et en Bretagne Nord ? C’est la question à laquelle je vais essayer de répondre dans ce post. Pour être plus précise, le défi consiste à faire visiter notre contrée natale à un Indien, collègue de Panda 2, en France pour six semaines. Étant donné qu’il aime voyager, on lui a proposé de nous accompagner en Bretagne. Le jour J est venu !

Le vendredi, à dix heures pétantes, nous quittons l’Ile-de-France qui commence à ressembler, comme une bonne partie du pays, à un four géant. Le frigo breton est donc attendu avec joie ! Après une rapide pause déjeuner sur une aire d’autoroute, nous nous arrêtons au Mont-Saint-Michel, territoire âprement disputés par deux camps : à ma droite, les Normands, à ma gauche, les Bretons. Mais loin de moi l’idée d’attiser de vieilles querelles, les Normands sont des voleurs de Mont-Saint-Michel, tout le monde (en tout cas, en Bretagne) le sait ! Quoi qu’il en soit, ça fait plaisir de revoir ce bon vieux Michel d’autant que cela faisait un bail que je n’avais pas arpenté les ruelles menant à la célèbre basilique.

Pour se rendre au Mont-Saint-Michel par la route, il faut se garer sur un des parcs de stationnement dédiés (6,50 euros pour moins de trois heures) puis emprunter une des navettes gratuites ou marcher jusqu’à l’îlot. Évidemment, il y a aujourd’hui beaucoup de visiteurs, la saison touristique battant son plein. Quatre musées jalonnent les rues du mont mais leur intérêt serait assez limité (je suis d’avis qu’il faut se méfier d’un restau ou d’un musée devant lequel s’époumonent des rabatteurs..).  L’abbaye est de toute évidence le point d’intérêt incontournable du Mont-Saint-Michel. Le billet d’entrée coûte dix euros, prix pour lequel vous cheminerez dans le cloître, l’église, sur le parvis et j’en passe. La mer est aujourd’hui très loin mais qu’importe !

On reprend la voiture et on roule une quarantaine de minutes pour atteindre cette bonne ville de Saint-Malo, bien connue des marins et des amateurs de rock (cf. festival de la route du rock). On se gare dans « l’intramuros » pour aller se promener le long des remparts.

Le mercure frôle les 30 degrés, ce qui explique qu’il y ait tant de monde sur la plage. On s’incline devant les statues de Jacques Cartier et Robert Surcouf avant de faire un tour dans la vieille ville. L’heure tourne, il est déjà plus de 19 heures et il nous faut encore une heure de trajet pour rallier Pordic, notre ville d’origine. S’en suit un dîner à la maison au cours duquel notre ami indien aura goûté, pour la première fois, au comté.

Après une bonne nuit de sommeil réparateur (elle l’est d’autant plus que la température est nettement plus basse qu’en Ile-de-France), on entame le programme du jour, à savoir la côte de granit rose, fleur du tourisme costarmoricain. La famille de Panda 2 nous accompagne dans nos pérégrinations ! On commence par Ploumanac’h, localité située sur la commune de Perros-Guirec. Les promeneurs (et même quelques baigneurs) sont présents en nombre. Classé monument historique depuis 1903, l’oratoire de Saint-Guirec est incontestablement la curiosité de cette plage. Selon la légende, les jeunes filles célibataires piquent une aiguille sur le nez du saint. Si l’aiguille reste plantée, le vœu de mariage sera exaucé avant la fin de l’année.

Les rochers roses et l’eau transparente donnent tout son charme à l’endroit, le seul bémol est peut-être la brume qui a bien du mal à se lever.

On déjeune au Moa, restaurant dont la principal attrait est de pouvoir accueillir beaucoup de convives en même temps. La carte est un peu pléthorique mais cela permet à notre ami Indien de se trouver quelque chose : du poulet frites. Les moules sont très bonnes tout comme le burger, par contre les galettes et les crêpes manquent clairement de goût. Originalité, l’établissement n’accepte pas la carte bancaire, refus justifié de manière assez surprenante dès la première page du menu en mode : nous ne voulons pas faire payer au consommateur les frais bancaires, les prix bas étant notre absolue priorité. Si le restaurant indique accepter les chèques, cette préférence revendiquée pour les espèces sonnantes et trébuchantes est, à mon sens, un peu suspecte.

Rassasiés, on continue la promenade en direction du phare de Ploumanac’h.

On reprend ensuite la voiture pour s’approcher du petit port de Buguélès. Certes, la marée est basse et temps toujours un peu brumeux mais l’endroit garde tout son charme.

La commune de Plougrescant est célèbre pour abriter la fameuse maison coincée entre deux rochers. Elle figure vraisemblablement parmi les lieux les plus photographiés de la côte.

DSC03684

En marchant quelques centaines de mètres plus loin, on tombe sur l’impressionnant gouffre de Plougrescant dans lequel les vagues viennent s’écraser (phénomène évidemment plus marqué à marée haute). La vue d’en haut est peut-être la plus saisissante.

Une visite des Côtes d’Armor n’en serait définitivement pas une sans une escale par le petit port de Gwin Zegal devant lequel nous sommes récemment passés lors de notre première étape sur le GR 34. Situé sur la commune de Plouha, l’endroit n’est pas très facile d’accès car très mal indiqué.

On est déjà dimanche et il est temps de remettre le cap sur l’Ile-de-France. Les plages du débarquement étant à peu de chose près sur notre route, nous en profitons pour montrer à notre ami indien Omaha Beach. Beaucoup de vent aujourd’hui sur cette plage normande mais le soleil est au rendez-vous, d’où une forte affluence.

La visite des cimetières militaires a toujours quelque chose d’émouvant. Celui d’Omaha Beach, qui surplombe la plage, est particulièrement impressionnant. Au nombre de croix blanches alignées, on se rend compte de l’ampleur du sacrifice de ces jeunes hommes venus d’un autre continent délivrer une contrée qu’ils ne connaissaient sans doute que de nom.

Voilà c’est fini ! Faire visiter la Bretagne et la Normandie en trois jours à un Indien : mission accomplie !

Bretagne

GR 34 : de Bréhec à l’Arcouest

Trois jours de vacances en Bretagne, voilà une occasion trop belle de poursuivre notre périple GR 34 ! Le départ est donné à 8 heures mais encore faut-il rouler 35 minutes pour atteindre le point où nous nous étions arrêtés la fois dernière. On retrouve facilement ce fameux endroit à la sortie de Bréhec. Il fait un temps absolument magnifique en ce jour de fête nationale et de veille de finale de coupe du monde. On ne croise pas grand monde sur le sentier mis à part quelques coureurs.

On arrive assez vite à la pointe de Minard et les vues sur la mer sont splendides; il faut dire que les rayons du soleil magnifient la couleur de l’eau. On fait une petite pause à Port Lazo, havre de paix pourvu de toilettes, très propres de surcroît.

Le sentier est très bien balisé mais, à un moment donné, on a dû visiblement louper les bandes blanches et rouges car on se retrouve en pleine forêt (heureusement que je porte un collant de rando car les ronces et les orties, ça pique !).

Pas de panique, on retrouve rapidement le chemin sacré. On déjeune entre Kervor et Sainte-Barbe sur une table de pique-nique intelligemment posée face à la mer avec une petite plage en contrebas. Que demander de plus ?

Après cette pauses salutaire, cap sur la très belle abbaye de Beauport. Fondée en 1202, cette bâtisse est un témoin majeur de l’architecture religieuse du nord de la Bretagne. Il est possible de la visiter moyennant six euros mais, si vous n’en avez ni le temps ni l’envie, la vue depuis le sentier associée à un tour de l’extérieur du bâtiment donne déjà un bel aperçu. Je l’ai déjà visitée par le passé, il faudrait que j’y retourne car je n’ai plus qu’un vague souvenir des espaces intérieurs. L’abbaye est célèbre pour être le point de départ d’un chemin menant à Saint-Jacques de Compostelle (une idée pour un futur trek ?).

On longe ensuite des endroits assez marécageux. La mer est basse, ce qui donne parfois un aspect lunaire aux paysages.

Paimpol et son port se profilent. Beaucoup de monde en ce 14 juillet sur les terrasses des bars et restaurants.

Le sentier se poursuit entre forêt et côte. La mer est vraiment loin, elle ne devrait pas être pleine avant 21 heures. 34e nous emmène ensuite à Ploubazlanec puis à Porz Even. Finalement, on met un peu moins de temps pour y arriver qu’indiqué sur le guide. Notre bible est un petit livre édité par la fédération française de randonnée qui suit, étape après étape, une partie du GR 34 entre les Côtes d’Armor et le Finistère. Ce livre est très bien fait et donne de nombreux conseils pour l’hébergement et les transports.

Les amateurs d’hortensias seront servis car ces belles fleurs parsèment les chemins.

Lentement mais sûrement on arrive à l’Arcouest, notre objectif du jour. Il est 17 heures et nous touchons au but après 32,4 kilomètres parcourus. L’Arcouest est célèbre dans le département pour être l’embarcadère pour l’île de Bréhat dont je vous recommande chaudement la visite. Les parents de Panda 2 viennent nous chercher et nous déposent à Bréhec où nous récupérons la voiture.

Que retenir de cette étape du GR 34 ? Le parcours est assez roulant et donc pas des plus ardus. Les 32,4 kilomètres se sont faits sans encombre. En comparaison, notre première étape Pordic / Plouha était plus difficile. Les points de vue sont certes superbes mais le parcours est un peu moins agréable que lors de nos première et deuxième étapes car les portions sur le bitume sont plus nombreuses. Nous avons été gratifiés par un temps optimal : aucun nuage dans le ciel, on ne pouvait rêver mieux ! Question équipement, j’ai remisé au placard les chaussures portées la dernières fois qui m’avaient fait très mal aux pieds et opté pour une antique paire de moyenne montagne (qui a connu ses heures de gloire en Alsace). Pari gagnant, aucune gêne à signaler. Pour le sac à dos, j’ai sorti le bon vieux Millet de 30 litres des familles qui m’a une nouvelle fois apporté entière satisfaction. Vivement la suite de l’aventure sur le GR !

Jeu : à vous de repérer les balises !

Grandes Randonnées