Chine : quelques infos en vrac

1. Y aller

Je ne vous apprends rien si je vous dis que la manière la plus sûre de rallier le territoire chinois est de prendre l’avion. Bonne nouvelle, les billets pour l’Asie sont loin d’être les plus chers. Pour faire Paris / Chengdu et Hong Kong / Paris (les deux via Abou Dabi) avec Etihad, nous avons payé un peu plus de 500 euros par personne. Les vols directs sont un peu plus onéreux.

 2. Visa

Pour séjourner en Chine, le visa est obligatoire et force est de constater qu’il n’est pas vraiment bon marché (126 euros). Pour l’obtenir, il faut se rapprocher, entre un et trois mois avant la date de départ, du « centre de visa » ou passer par un prestataire (au pris du visa s’ajoute alors celui du service). Afin d’obtenir le précieux sésame, nous (loin de moi l’idée de donner une liste exhaustives des formalités à remplir) :

  • avons pré-rempli les dossiers sur la page dédiée du site de l’Ambassade de Chine.
  • avons pris rendez-vous au centre de visa de Paris (nous habitons en Ile-de-France).
  • avons rassemblé les documents nécessaires (billets d’avion, lettre d’invitation rédigée par ma cousine, réservation de la première nuit d’hôtel, passeports, attestation d’assurance). A noter que la lettre d’invitation n’est nécessaire que si vous séjournez chez un résident chinois. En ce qui nous concerne, la personne du centre de visa l’a à peine regardée (elle semblait bien plus intéressée par notre réservation de l’hôtel de Chengdu ; peut-être parce que c’était notre ville d’arrivée ?).
  • nous sommes rendus au centre de visa. Pour l’assurance, ils nous ont demandé de montrer une carte Gold. Par contre, ils nous ont fait revenir car nous n’avions pas compris qu’il fallait un justificatif de revenus (ce n’est pas très clair sur le site Internet). Par conséquent, j’ai dû y retourner pour apporter nos avis d’imposition.
  • avons récupéré et payé les précieux visas dix jours plus tard.

Tout s’est bien passé donc, même si la procédure peut paraître assez lourde. Si vous ne pouvez pas vous rendre personnellement au centre de visa (celui de Paris n’est cependant pas le seul de France), je suppose qu’il est possible d’expédier les passeports.

Étant donné que le vol retour partait de Hong Kong, un visa à double entrée nous a été proposé (utile si une fois à Hong Kong, vous voulez pénétrer à nouveau sur le territoire chinois).

3. Transports

L’application Ctrip est un précieux allié pour les touristes. Elle permet de réserver des billets de train (moyennant une petite commission) dans toute la Chine. Une fois à la gare, il faut se rendre au guichet, présenter la réservation et son passeport pour obtenir son billet.

Pour les trajets en car, les billets doivent être achetés à la gare routière du lieu de départ. On a toujours réussi à se faire comprendre ! N’hésitez pas à montrer le nom de la ville écrit en caractères chinois.

4. Hébergement

A part lors des vacances chinoises et du nouvel an chinois, je ne pense pas qu’il soit indispensable de réserver tous les hébergements avant le départ (sauf le premier car il faut présenter une réservation en vue de l’obtention du visa). Nous avons réservé quasiment tous les hôtels via Booking vingt quatre heures avant chaque étape. Nous avons toujours opté pour des établissements bon marché, type maisons d’hôte, qui nous ont tout à fait convenus.

5. Argent

Nous avions changé en France 1 000 euros en yuans et 150 euros en dollars hongkongais. En Chine, nous avons utilisé exclusivement du liquide pour régler nos dépenses. Il nous restait environ 800 yuans (si ma mémoire est bonne) que nous avons changé en dollars hongkongais, la vie à Hong Kong étant beaucoup plus chère qu’en Chine. Apparemment, la fausse monnaie est quelque chose d’assez courant en Chine et les billets de 100 yuans seraient particulièrement concernés (c’est la raison pour laquelle les gens « inspectent » souvent les billets).

6. Langue

Les Chinois maîtrisent globalement assez mal l’anglais. Ceci dit, on a (presque) toujours réussi à se faire comprendre. Quand on est perdu, mieux vaut s’adresser à des jeunes car ils sont davantage susceptibles de pouvoir vous aider dans la langue de Shakespeare. A part ça, beaucoup de Chinois ne semblent pas très à l’aise avec les cartes, mieux vaut donc leur montrer les adresses écrites dans leur langue.

7. Santé

Aucune vaccination n’est obligatoire pour être admis sur le territoire chinois. D’après ce que j’ai lu, le paludisme est présent dans certaines provinces de Chine, dont le Yunnan. Nous avons pris de la Malarone en prévision du trek des gorges du saut du tigre. Honnêtement, je ne sais pas si c’est absolument nécessaire car les recommandations ne vont pas toutes dans le même sens mais, une chose est sûre, je me suis fait défoncée par les moustiques (je suis généralement une bonne cliente). Pensez à prendre une assurance santé si celle-ci n’est pas incluse dans votre carte bancaire.

 

Chine

Où l’on admire un Bouddha géant

La ville de Leshan est célèbre pour son grand Bouddha taillé dans la roche à flanc de colline. Pour s’y rendre en partant de Chnegdu, il faut prendre un train ou un bus. Tôt le matin, on prend donc le chemin de la gare où on retire au guichet les billets de train achetés grâce à l’application Ctrip. On en profite pour échanger nos billets pour le trajet Emeishan/Panzhihua car, en raison de la journée passé à Abou Dabi, nous devons le décaler de 24 heures si nous voulons suivre notre programme. Ces deux opérations (surtout la seconde) ne sont pas de tout repos car la guichetière ne parle que très peu anglais. Heureusement, des jeunes femmes derrière nous dans la queue viennent à la rescousse. Nous apprenons qu’il n’est pas possible de changer le billet ; il faut en fait l’annuler puis en racheter un. L’employée annule le billet pour nous (Ctrip nous a remboursé une partie du prix), nous en achetons immédiatement un nouveau. Le départ aura lieu à 19 heures et non 21 heures comme prévu initialement car il n’y a plus de couchettes disponibles dans le train de 21 heures.

Nous montons dans le train grande vitesse qui est aussi moderne que propre. Une heure dix plus tard, nous arrivons à Leshan. Le bus numéro 3 nous amène sur le site du grand Bouddha. Nous sommes loin d’être les seuls à avoir fait le déplacement pour admirer cette statue monumentale (71 mètres de haut tout de même ; construction débutée en 713) et les temples qui l’entourent.

La grande attraction est de descendre jusqu’aux pieds du Bouddha par le petit escalier (cf. photo de gauche) qui offre une vue plongeante sur la statue. Le seul souci, c’est que ledit escalier est particulièrement fréquenté. Déjà, pour l’emprunter, on s’est tapé une bonne heure de queue. La descente en elle-même nous a pris au moins une demi-heure.

Le bus numéro 13 nous ramène à la gare routière où nous achetons un billet pour Emeishan que nous atteignons en une heure. Sur place, on se renseigne sur les horaires des bus pour monter au mont Emei. Le problème, c’est que le dernier car part à 17 heures et il est tout juste 17 heures passées de cinq minutes… Il n’y aura donc pas de lever de soleil en haut du mont Emei (le premier plan était de faire une partie de l’ascension en bus, de dormir dans un monastère et de monter à pied jusqu’au sommet tôt le matin pour y admirer le lever de soleil).

Nous nous mettons en quête d’un hôtel. L’heureux élu s’appelle le Teddy Bear, situé tout près de la gare routière. On atterrit dans un dortoir de six lits (compter 40 yuans par personne), dont l’un est occupé par un Suisse avec qui nous discutons. Suivant ses conseils, on dîne sur place. Les plats ne sont pas très chers et loin d’être mauvais. J’opte, pour ma part, pour du riz cuisiné avec des tomates et des œufs.

 

Chine