Séville

En fin de journée, nous arrivons dans la capitale andalouse située à un peu moins de deux heures de car de Cordoue. Nous gagnons à pied notre auberge « la Banda Rooftop Hostel » (Calle Dos de Mayo, 16), tenue par trois jeunes Anglais. Nous posons nos affaires dans nos dortoirs respectifs et passons un peu de temps sur la superbe terrasse du toit. Sur les conseils d’un des Anglais, nous allons manger des tapas dans un bar situé dans une rue adjacente à la cathédrale. Après quelques verres, nous rentrons à l’auberge.

Le lendemain matin, après avoir profité d’un délicieux petit-déjeuner sur la terrasse, nous nous joignons à la visite guidée de Séville organisée par l’hôtel. Le guide est particulièrement dynamique. Le tour est intéressant mais peut-être un peu long (plus de trois heures).

Nous déjeunons dans un restaurant avec un Canadien anglophone de notre auberge. L’après-midi est déjà bien avancée quand nous franchissons les portes de l’Alcázar (entrée = 7,50 euros). Car, à l’image de Cordoue, Séville est dotée d’un magnifique Alcázar. Construite en 913, cette forteresse va subir de nombreuses transformations au cours des siècles. Le jardin est splendide, j’aurais pu y rester des heures !

Nous arpentons tranquillement les rues sévillanes avant de nous poser au « Rinconcillo » (Calle Genora, 40), qui est le bar à tapas le plus ancien de la capitale andalouse (ouvert en 1670, tout de même). Le gaspacho est délicieux et les tapas n’ont rien à lui envier !

Nous rentrons à l’auberge où la fête bat son plein sur la terrasse. Nous buvons quelques verres et suivons tous ces gens dans une boîte de reggae (car « la Banda » est le type d’établissement où, à l’heure où il faut couper la musique sur la terrasse, les gérants amènent tout le monde en boîte).

Evidemment, le réveil est un peu poussif le lendemain (véracité du dicton « soir de fête, lendemain de de défaite » une nouvelle fois démontrée). Après le petit-déjeuner, nous filons à la Casa de Pilatos. Il s’agit d’une des plus belles demeures aristocratiques de Séville. Pour 8 euros, nous visitons le rez-de-chaussée, le premier étage ainsi que le jardin.

Nous prenons ensuite la direction de la célèbre P1020569 (entrée = 8 euros). L’édifice, dont la construction a débuté en 1402 est immense. Il abriterait (j’emploie le conditionnel parce que les historiens ne sont pas tous d’accord) les restes de Christophe Colomb. La Giralda offre une très belle vue sur la ville.

Après avoir dégusté de délicieuses tapas, nous faisons un saut à l’auberge pour récupérer nos sacs. Malheureusement, il est déjà l’heure de rallier l’aéroport… Vous l’aurez compris, notre séjour s’arrête là. Allez, je vous fais un petit bilan !

Andalousie