Glencoe, Stirling, retour à Edimbourg

Je n’ai pas très bien dormi dans le dortoir du Glencoe Independent Hostel, la faute aux lits qui grincent et aux portes qui claquent. La météo n’était pas particulièrement optimiste, à raison car il pleut des cordes. Par conséquent, nous choisissons des sentiers abrités par les arbres. On commence avec les Lochan trails avant de se lancer sur le sentier Signal Rock. Ce sont davantage des promenades que des randonnées à proprement parler.

Le « visitor centre » de Glencoe est un passage quasi incontournable pour les (nombreux) touristes. Il abrite une exposition consacrée à la géologie et à l’histoire de Glencoe, marquée par le massacre perpétré le 13 février 1692 (difficile à résumer en quelques lignes mais c’est encore une histoire de Jacobites). L’entrée coûte 6,50 livres et, soyons honnêtes, c’est un peu cher payé par rapport au contenu.

Il est midi, nous n’avons plus qu’une demi-journée devant nous avant de rendre la voiture à l’aéroport d’Edimbourg et les points d’intérêt touristiques entre Glencoe et la capitale écossaise ne manquent pas. On choisit de faire une halte au château de Stirling. L’entrée n’est pas donnée (15 livres, auxquelles il faut ajouter 4 livres pour le stationnement si on vient en voiture) cependant le lieu, chargé d’histoire, vaut largement la visite. Selon les historiens, les premières mentions du château remontent au début du XIIe siècle mais les bâtiments que l’on peut voir aujourd’hui ont majoritairement été construits entre 1490 et 1600. La vue est très jolie du haut des remparts. C’est dans ce château que fut couronnée Marie Ière d’Ecosse le 9 septembre 1543.

La voiture rendue, on prend le tram en direction du centre ville d’Edimbourg. On se présente à l’auberge de jeunesse, que nous avons réservée quelques semaines plus tôt via Booking, j’ai nommé la St Christopher’s Inn. A notre arrivée, nous faisons face à un imbroglio sur une somme qu’il nous resterait à payer. Nous sommes persuadés avoir réglé l’ensemble des trois nuits, toutefois, ce n’est pas l’avis du gars de l’accueil qui nous demande l’équivalent de 15 euros. Pour prouver notre bonne foi, nous montrons le prélèvement sur le compte bancaire grâce à l’application mobile. Le gars a l’air sceptique mais se dit qu’on a peut-être raison. Il nous explique alors le fonctionnement de l’auberge et notamment la possibilité de prendre le petit-déjeuner moyennant 3 livres. Là encore, surprise, car nous pensions avoir déjà payé les petits-déjeuners lors de l’enregistrement sur le site de l’auberge. On insiste si bien que lui et son collègue se rendent finalement compte que ce qu’indique le logiciel est faux… Bref, on n’a rien eu à payer en plus. Je vous conseille donc d’être vigilants si vous réservez cette auberge par l’intermédiaire de Booking. Si vous effectuez votre réservation directement sur le site de St Christopher’s Inn, le petit-déjeuner est gratuit (ce qui, soit dit en passant, est, à mon sens, aberrant). Notre chambre peut accueillir six personnes, elle abrite deux lits superposés de trois étages (attention à la tête, l’espace entre les matelas est restreint !).

Une chose est sûre, les bars et restaurants ne sont pas des denrées rares dans la capitale écossaise (le plus dur est peut-être de faire un choix). Pour ce soir, l’élu est l’Arcade Bar (48 Cockburn Street). Pas mal de haggis à la carte mais pas que ! Le décor du restaurant est très agréable et les plats sont d’un bon rapport qualité prix.

Ecosse

Ile de Skye (suite et fin), château d’Eilean Donan et Harry Potter

L’île de Skye est tellement riche en choses à voir qu’on continue de l’explorer. Juste un petit mot sur l’Independent Portree Hostel : on y a très bien dormi. Mention spéciale pour l’immense cuisine très bien équipée.

L’Old Man of Storr est un étrange caillou de 49 mètres de haut planté au milieu du massif de Storr. Pour l’approcher, il faut marcher pas loin de deux heures aller-retour. Mieux vaut se munir de bonnes chaussures car les pentes sont assez abruptes et parfois glissantes.

En Ecosse, nombreuses sont les ruines de châteaux. L’île de Skye ne déroge pas à ce principe avec les restes du château de Duntulm. Les ruines sont jolies à voir mais officiellement interdiction de s’avancer trop près (les moutons, eux, ne s’embêtent pas et passent sous la clôture).

Sur ce, nous décidons de reprendre la route menant au pont reliant l’île de Skye au « continent ». L’Eilean Donan Castle est justement assez proche du pont. Construit au XIIIe siècle pour empêcher l’accès du loch aux pirates venus de Scandinavie, l’imposante bâtisse a été complètement rasée en 1719 avant d’être remise sur pied en 1932. L’entrée coûte 7 livres. L’exposition présente de nombreux objets de famille du clan Mac Rae.

Avant de gagner Glencoe, on fait un saut à Glenfinnan. On ne manque pas la célèbre église catholique et, bien sûr, son viaduc qui a acquis une renommée mondiale grâce aux films de la franchise Harry Potter.

Arrivés à Glencoe, on se rend directement au Glencoe Independent Hostel. Le complexe est un peu perdu dans les bois mais n’en est pas moins agréable (c’est même justement ce qui fait son charme). Le salon et la salle à manger sont très conviviaux. La cuisine est bien équipée, idéal pour se préparer de bons petits plats.

Ecosse