Dans le Lot-et-Garonne, de Marmande à Tonneins

Cette semaine, Fabuleux Détour vous emmène dans le Lot-et-Garonne. La question que vous pouvez vous poser (ou pas) peut être formulée de la manière suivante : pourquoi le 47 est-il l’heureux élu ? Alors voilà, Panda 2 avait reçu, à l’occasion de son anniversaire, un bon cadeau pour une nuit dans une cabane dans les arbres et figurez-vous que ladite cabane est située sur la commune de Clairac, bourgade du Lot-et-Garonne. A la base, il était prévu d’aller dormir parmi les arbres en août mais le calendrier d’occupation des cabanes en a décidé autrement.

En ce samedi matin de janvier, après une courte nuit de sommeil, nous voilà assis dans le TGV pour Bordeaux. Le train part à 06 heures 52, ça pique un peu mais cet horaire matinal est censé nous permettre de bien profiter de la journée que nous passerons à Marmande, capitale de la tomate. A Bordeaux, nous montons dans un TER, dont le terminus est Agen, qui nous dépose une heure plus tard à Marmande. Les billets, achetés deux mois plus tôt, nous ont coûté 70 euros aller retour par personne, ce qui est très raisonnable.

Marmande, ville de 17 000 habitants, abrite le musée Albert Marzelles où sont exposées des toiles d’artistes locaux, notamment celles du peintre Abel Boyé (1864-1934) né à Marmande.

dsc05163

On passe par l’office de tourisme pour connaître les horaires des bus entre Marmande et Tonneins, gare la plus proche de notre cabane. Force est de constater qu’il n’y en a pas des masses le samedi, encore moins que les trains. L’office de tourisme est plutôt bien aménagé sous la forme d’un petit salon avec des informations sur la culture du tabac et de la tomate. On peut y acheter quelques produits régionaux et souvenirs.

Construite au XIVe siècle, l’église de Marmande est classée monument historique. Elle est entourée d’un cloître et d’un jardin, certes pas très fleuri en ces mois d’hiver.

On se promène dans les rues de la ville. Disons-le, il faut meubler avant le déjeuner. Il n’y a pas grand monde dans les rues même si c’est aujourd’hui le premier samedi des soldes. Il est midi quand nous franchissons la porte de la Tambouillette (15 rue de l’Hirondelle), restaurant préalablement repéré sur Internet. On a de la chance car, même si toutes les tables sont réservées, la patronne nous en propose une à condition qu’on la libère à 13 heures, horaire auquel sont censés arriver les prochains convives. Marché conclu ! La Tambouillette est un tout petit établissement sans chichi. La carte est minimaliste (quatre entrées, quatre plats, quatre desserts), ce qui est souvent un gage de fraîcheur et de qualité. La formule entrée plat dessert ne coûte que 14 euros, tarif quasi introuvable dans les grandes villes. On mange très bien, mention spéciale au gâteau fondant au chocolat, véritable tuerie.

Le site Internet de l’office de tourisme du val de Garonne propose toute une série de randonnées. A l’aide d’un plan téléchargé sur le téléphone, on part à la découverte de la Filhole, petit bois dans lequel est aménagé un parcours sportif. Avant d’entrer dans la Filhole à proprement parler, on tombe sur d’adorables petites chèvres qui n’hésitent pas à passer la tête entre les barbelés pour nous saluer.

On marche une bonne heure avant de remettre le cap sur la gare où on achète deux billets pour Tonneins (4 euros par personne). Moins de dix minutes plus tard, on arrive à destination. Après un petit tour dans la ville, on revient à la gare car c’est là que la gérante du domaine de Pech et Lafon doit venir nous chercher. Elle arrive au volant d’un véhicule au nom de son établissement qui est situé à une dizaine de minutes de la gare. A l’accueil, on choisit la composition du « tête à tête gourmand » inclus dans le bon cadeau. On découvre ensuite notre cabane (on nous y emmène en voiturette de golf) qui répond au doux nom de Dolce Vita. Sa décoration rappelle en effet l’Italie des années soixante avec entre autres des reproductions d’affiches de films comme « Vacances romaines » ou « la Dolce Vita ». L’originalité de ces cabanes est d’accueillir un spa et un sauna sur la terrasse. Par rapport à mes standards hôteliers habituels, c’est du grand luxe !

Revêtus de peignoirs, on entre dans le sauna puis dans le spa, qui sont, ma foi, bien agréables même si je ne suis pas à la base une grande amatrice de ce type d’activités. On récupère le panier dîner grâce à une poulie installée sur la terrasse. Il est plutôt bien garni avec les trois terrines choisies, deux petits fromages de chèvre, du pain, deux pâtisseries et une bouteille de vin (en plus de celle déjà dans la cabane à notre arrivée). La literie étant très confortable, le sommeil est réparateur, ce qui est idéal après notre réveil aux aurores. Le petit-déjeuner, servi via la poulie, est très copieux : croissants, pains au chocolat, baguette, confitures, compotes, yaourts.

Notre expérience cabane prend fin peu avant 11 heures. Le gérant nous ramène à la gare de Tonneins. Notre train ne partant qu’à 13 heures 54, on a largement le temps d’aller marcher le long des quais de la Garonne. Le soleil n’est pas au rendez-vous ce matin, il pleut même un peu.

Sur le coup de midi, on décide de pousser la promenade jusqu’au Mac Do de Tonneins situé sur une zone commerciale comme il en existe des centaines en France. On revient ensuite vers la gare (une demi-heure de marche) où les voyageurs pour Bordeaux s’amoncellent sur le quai. La gare de Tonneins n’est pas particulièrement bien desservie : seul le TER Bordeaux/Agen s’y arrête.

Bilan : on ne va pas se mentir, Marmande et Tonneins, c’est un peu mort, je n’y resterais pas des semaines. Il y a cependant de très beaux coins dans le Lot-et-Garonne mais pas vraiment le temps de les explorer en moins de deux jours. Séjourner au domaine Pech et Lafon constitue une expérience hôtelière originale et reposante. Néanmoins, cette prestation a un coût, le tarif avoisinant les 300 euros (c’est même un peu plus pour les cabanes les plus spacieuses), ce qui n’est évidemment pas à la portée de toutes les bourses. Peut-être que les prix peuvent varier en semaine en basse saison.

A bientôt pour de nouvelles aventures !

France

Le Japon pour les novices

  • Y aller

On ne va pas se voiler la face, la voie des airs est la plus sûre et la plus simple pour rallier le pays du soleil levant. La bonne nouvelle, c’est que les billets sont beaucoup moins chers qu’il y a dix ou vingt ans. Nous avons payé 456 euros par tête aller/retour pour faire Paris/Tokyo (via Abou Dabi) avec la compagnie Etihad Airways. Au retour, l’escale aux Emirats était certes un peu longue (cinq heures ; prenez garde à votre gorge, la climatisation de l’aéroport est réglée sur le mode glaçon) mais, ceci étant, nous étions satisfaits du service : personnel affable, pas mal de place pour les jambes,  couverture, coussin de nuque (mon coussin personnel était cependant bien plus confortable), trois choix de menus. Evidemment, c’est plus long qu’un vol direct (compter sept heures jusque Abou Dabi puis onze heures jusqu’à Tokyo). La qualité du service nous a néanmoins semblé meilleure pour les vols entre Paris et Abou Dabi (équipages visiblement mieux rodés).

  • Se déplacer

Japan Rail Pass ou pas, si oui pour combien de temps ? C’est la question que se posent (au vu des messages postés sur les forums de voyages !) nombre de routards désireux de partir à la découverte du Japon. Votre calculatrice promet d’être un allier de choix dans votre prise de décision.

En ce qui nous concerne, nous avons opté pour le JR Pass de quinze jours en seconde classe. Evidemment, cela a un coût (386 euros par personne) mais en additionnant les prix des trajets donnés par le site Hyperdia, il est apparu que notre JR Pass serait rentabilisé pour au moins cinquante euros. Je précise que nous avons pas mal bougé pendant ces quinze jours (Tokyo, Kyoto, Nara, Hiroshima, Miyashima, Osaka, Matsumoto).

Il ne faut cependant pas perdre de vue que le JR Pass n’est pas valable pour tous les trains. Ainsi, l’accès au Nozomi (les plus rapides des Shinkansen) vous sera refusé. De même, le JR Pass ne vous permet pas d’emprunter les métros et de monter dans les trains gérés par des compagnies privées.

Avec le JR Pass, réserver un siège n’est pas obligatoire (mais on peut le faire gratuitement), il faut alors prendre place à bord des voitures dédiées aux passagers non munis de réservation. On y a toujours trouvé de la place mais je ne sais pas si c’est tout le temps le cas selon les périodes de l’année. Les trains japonais, sont par ailleurs, très confortables et des plus ponctuels.

Le Japon est également doté de réseaux de bus inter-urbains très développés. Il me semble qu’ils sont moins chers que les trains mais aussi moins rapides. Pour louer une voiture, il faut pouvoir présenter une traduction  en japonais de son permis de conduire.

  • Climat

Quelle est la saison idéale pour se rendre au Japon ? Il paraît que l’été, il y fait particulièrement chaud et humide. L’hiver aura les faveurs des skieurs. Avril (avis aux amateurs de cerisiers en fleurs) et mai sont sans doute les mois les plus prisés pour découvrir le Japon (il ne faut pas hésiter à réserver les hébergements bien à l’avance). En juin, il ne fait pas encore trop chaud. En septembre, les vagues de chaleur estivales battent en retraite. En ce qui nous concerne, nous avions choisi le mois d’octobre. Il a fait relativement chaud (en moyenne, 25 degrés ; jusqu’à 28 à Osaka) et nous n’avons eu que deux jours de pluie. Enfin, novembre est peut-être la période idéale pour profiter des couleurs de l’automne.

  • Se faire comprendre

La plupart des gens venant en vacances au Japon ne parlent pas japonais. Même si l’anglais n’est pas très pratiqué au pays du soleil levant, nous n’avons jamais rencontré de gros problèmes pour nous faire comprendre. Dans les lieux touristiques, les panneaux d’information sont traduits dans la langue de Shakespeare. De nombreux restaurants disposent d’une carte en anglais (et si tel n’est pas le cas, la plupart des établissements exposent les plats en vitrine et les menus comportent souvent des photos). Je vous conseille d’apprendre quelques mots en japonais, ça fait toujours sourire les locaux !

  • Budget

Le yen ayant pas mal baissé ces dernières années, le Japon est devenu une destination nettement moins onéreuse que par le passé. Cependant, il ne faut pas non plus se voiler la face, le niveau de vie étant élevé, les prix ne seront pas aussi attractifs qu’en Asie du Sud-Est ou qu’en Corée du Sud. En tout (billets d’avion et JR Pass compris), nous avons dépensé environ 1 800 euros par personne. Les hôtels, dans lesquels nous avons séjourné, étaient, à l’exception de la première nuit à Tokyo, des auberges de jeunesse et maisons d’hôte. Nous avons, la plupart du temps, mangé au restaurant. Nous ne nous sommes pas limités au niveau des visites et nous avons ramené quelques souvenirs pour nous et nos proches. Bref, nous ne nous sommes pas privés.

  • Yens

Non, ce n’est pas une légende urbaine, les Japonais ont un fort penchant pour les espèces sonnantes et trébuchantes ! Payer par carte n’est pas possible dans nombre de commerces, hôtels et restaurants. Il faudra donc vous procurer rapidement des yens. Pour notre part, nous avions changé l’équivalent de 800 euros via le bureau « Yes Change ». Nous avons ensuite retiré environ 1 500 euros à deux.

Japon

L’Islande pour les novices

  • Y aller : Le plus simple est évidemment de prendre l’avion. Plusieurs compagnies assurent des vols entre Paris et Keflavik (l’aéroport international situé à une cinquantaine de kilomètres de Reykjavik). Si j’ai bien suivi, en partant de France, vous avez le choix entre Icelandair (la compagnie nationale islandaise), Wow Air (compagnie islandaise à bas coûts) et Transavia (filiale à bas coûts d’Air France – KLM). En ce qui nous concerne, nous avions opté pour Wow Air à l’aller et Transavia au retour. Transavia proposait certes les meilleurs prix mais l’horaire d’arrivée n’était pas terrible (minuit). Wow Air et Transavia étant des compagnies à bas coûts, le bagage en soute est en supplément (nous en avions pris un pour deux). Sachez qu’il est également possible de vous rendre en Islande en bateau en partant du Danemark !
  • Climat : Je ne vous apprends rien, l’Islande n’est pas réputée pour son climat tropical. Au mois de mai, les températures dépassent rarement les quinze degrés. Pour faire de la randonnée et profiter de longues journées, les mois les plus agréables s’étalent de mai à septembre. La saison phare, c’est juillet-août (les pistes intérieures sont alors ouvertes) mais l’activité touristique bat son plein. Nous sommes partis en Islande en mai. Si la pluie a régulièrement fait son apparition, le soleil a globalement été de la partie. Quant à l’hiver, c’est la saison idéale pour voir des aurores boréales, l’inconvénient étant cependant la très faible durée du jour.
  • Argent : L’Islande est (malheureusement pour les touristes) un pays très cher… Pour réduire les coûts, l’idéal est de camper et d’acheter toutes ses victuailles dans les supermarchés. Pas de nuits sous la tente pour nous mais des visites régulières au supermarché pour nous procurer des sandwichs ou de quoi les faire. Avant de partir, nous avions changé l’équivalent de 600 euros en couronnes islandaises par l’intermédiaire de CEN CHANGE. Le taux n’était cependant pas si intéressant.
  • Hébergement : Comme je le disais, la solution la plus économique est la tente. Pour une chambre double en hôtel ou en « guesthouse », il faut compter minimum 80 euros (le petit-déjeuner n’est pas toujours inclus dans le prix). Pour un lit dans un dortoir, les prix descendent rarement en dessous de 50 euros. Certains établissements offrent la possibilité aux voyageurs de dormir dans leur sac de couchage en échange d’une réduction de 20 %. Quand il est en supplément, le petit-déjeuner coûte généralement entre 12 et 14 euros (dans les hôtels les moins chers). Sa qualité est variable mais, une chose est sûre, vous ne mourez pas de faim car il est servi sous la forme d’un buffet. D’après ce que j’ai compris, mieux vaut réserver les hôtels en avance pour tout séjour estival.
  • Transports : Des bus desservent les principaux points touristiques mais leur fréquence n’est pas optimale au mois de mai. C’est la raison pour laquelle nous avons loué une voiture. Sur Internet, le prix le plus avantageux était celui proposé par le loueur islandais Geysir : 342 euros pour une Hyundai i10 pendant dix jours (si vous souhaitez ajouter un deuxième conducteur, il vous faudra payer un supplément). Ce type de véhicule ne permet pas d’emprunter toutes les routes, le 4*4 étant nécessaire pour rouler sur les pistes. Pour un litre d’essence, il faut compter 1,50 euro. Quelques temps avant notre départ, nous avions acheté une carte routière de l’Islande pour éviter de louer un GPS. On s’en est pour ainsi dire pas servi. Les routes et les directions sont, en effet, très bien indiquées. Par ailleurs, si, comme nous, vous n’avez pas de GPS, il vous suffit d’utiliser votre portable et l’application Google Maps (le pré-requis étant de profiter du réseau wifi disponible dans les hôtels et restaurants pour charger la carte) pour savoir où vous êtes.
  • Gastronomie : En Islande, on mange bien évidemment du poisson. Il est super bon, dommage que les restaurants soient si chers. Vous constaterez vite qu’il y a plus de moutons que d’habitants, rien d’étonnant donc à ce que certaines bestioles finissent dans les assiettes… Les restaus et bars proposent souvent des burgers et du fish and chips.
Islande

Milan et le lac de Côme : avant de partir

  • Y aller : le plus simple (en tout cas, en partant de la partie nord de la France) est sans doute l’avion. Il y a deux aéroports à Milan, Malpensa et Linate. Nous avons trouvé des billets pour environ 70 euros par personne aller-retour (sans bagage en soute) avec EasyJet pour rallier Roissy à Malpensa. Le vol dure 1 heure 10.

Pour aller au lac de Côme, des trains, partant de la gare centrale de Milan, desservent Côme et Varenna (les propriétaires de « smartphones » pourront télécharger les applications Trenitaliana et Trenord pour être au taquet sur les horaires). Sur le lac, rien de plus simple que de se déplacer en bateau. Des forfaits journaliers permettent de naviguer tranquillement entre les villages autour du lac.

A Milan, circulent métro, trains et bus mais, pour notre part, nous avons découvert la capitale lombarde à pied.

  • Y dormir : Entre les hôtels et les locations d’appartements, il n’est guère compliqué de se loger à Milan. Pour notre part, nous avons opté pour la seconde solution via Airbnb. A deux, nous avons payé 155 euros pour trois nuits. L’hébergement est globalement plus cher du côté du lac de Côme. Plus d’un mois avant notre départ, certains hôtels étaient déjà complets sur Bellagio. Pour une nuit (avec petit-déjeuner inclus), nous avons payé 90 euros.
  • Quand partir ? En ce qui concerne Milan, j’aurais envie de dire toute l’année même si, climat continental oblige, les températures sont assez froides en hiver. Partis à la fin du mois de mars, nous avons profité de journées ensoleillées (avec des températures maximales de 18 degrés). Pour le lac de Côme, mieux vaut, à mon sens, privilégier la période entre avril et juin. En effet, les bateaux sont moins nombreux en hiver et certaines villas (principales attractions touristiques de la région) sont fermées. En été, le lac est pris d’assaut par une foule de visiteurs (agoraphobes, s’abstenir).

Milan et lac de Côme

Hahoe

Après un excellent petit-déjeuner (avec notamment des céréales et des morceaux de pommes, le plus complet de notre aventure coréenne), nous quittons notre auberge (oups, j’ai oublié de vous dire son nom dans le précédent article, il s’agit de la « Guest House Andong Poong Gyeong & Book Cafe ») pour nous rendre au village de Hahoe. Je ne l’ai pas dit non plus mais, si nous avions décidé de faire étape à Andong, c’était pour visiter ce village classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Pour accéder au village, il faut prendre le bus 46 qui part de la gare routière de Andong mais qui dessert apparemment aussi le centre-ville. Le bus a, certes, pas mal de retard mais mais n’a pas besoin des 50 minutes annoncées par le Lonely Planet pour atteindre le site.

Le village est magnifique et paisible. S’y succèdent maisons traditionnelles et petits jardins. Il est toujours habité, certains résidents proposent, d’ailleurs, des chambres.

 

Comme beaucoup d’autres visiteurs, nous montons sur le petit bateau à moteur pour traverser la rivière et monter sur la petite colline qui offre une belle vue sur le village. Pour faciliter la vie des touristes, les gens de l’accueil offrent des plans du site sur lesquels les principaux points sont numérotés.

 

Après trois heures passées à Hahoe, nous reprenons le bus pour la gare routière d’Andong. Nous y achetons des billets pour Gyeongju (12 000 wons par personne), notre étape suivante. Le trajet durant un peu moins de deux heures, nous y arrivons en fin d’après-midi.

Nous avions repéré deux auberges dans le Lonely Planet. Malheureusement, nous n’avons pas eu de chance :

  • la première, la « Nahbi Guest House » n’existe plus bien que l’enseigne soit toujours perchée sur l’immeuble (c’est le centre dentaire situé au premier étage du bâtiment qui nous informe de sa disparition) ;
  • à la deuxième « Sarangchae », il y a un « problème » selon les dires de la gérante si bien qu’ils ne reçoivent personne. On lui demande si elle ne connaît pas une autre adresse. Elle appelle une jeune femme qui est justement propriétaire d’une guest house (à coup sûr, nous avons débarqué en pleine réunion du cartel des propriétaires d’auberges ;)) où il y a de la place.

La jeune femme nous amène donc à « Homo Nomad », auberge située à cinq minutes de marche de « Sarangchae ». L’endroit est à la fois chaleureux (pièce commune avec table basse et fauteuils, livres, cuisine) et rustique (toilettes et salles de bain à l’extérieur, la bonne vieille cabane au fond du jardin). Le prix est très abordable : nous payons 15 000 wons par tête. Nous sommes dans une chambre de quatre mais seuls nos deux lits sont occupés.

Nous sortons marcher dans les environs, puis nous dînons dans un restaurant où on nous sert une multitude de petits plats (c’était même beaucoup trop, on a laissé plein de mets sur la table…) pour 20 000 wons.

P1030007

Corée du Sud

La Corée du Sud pour les novices

  • nombre d’habitants : 49 millions
  • superficie : 49 994 km²
  • langue : coréen
  • monnaie : won de Corée du Sud (la Corée du Nord a aussi son won). 1 euro = 1 280 wons

La Corée pratique :

– argent : mieux vaut être prévoyant et faire du change avant de partir car si, dans les grandes villes, on trouve des distributeurs acceptant les cartes étrangères, c’est loin d’être le cas dans le reste du pays. La bonne nouvelle, c’est qu’en Corée, la vie est nettement moins chère qu’en France. Pour quinze jours, et pour deux, on a eu besoin de l’équivalent de 1400 euros, ce qui fait quelque chose comme 1 700 000  wons. Avec cette somme, on a pu tout payer sauf les vols ;

– hôtels : à moins de partir en haute saison (en Corée, cela doit correspondre aux mois de juillet-août), la réservation plusieurs mois à l’avance n’est en rien impérative. Les solutions d’hébergement sont, en effet, nombreuses. Les hôtels bon marché n’offrent pas le petit-déjeuner. Dans les « guesthouses », il est souvent compris dans le prix mais est de qualité très variable selon les établissements. Pour un lit en dortoir dans une « guesthouse » avec toilettes et douches communes, il faut compter 15 000 wons. Dans la plupart des établissements, shampoing, gel douche, serviettes et sèche-cheveux sont à disposition ;

– restaurants : la cuisine coréenne est aussi dépaysante qu’excellente. Elle est aussi épicée (palais sensibles, prenez garde à tout ce qui est rouge !). On se régale pour pas cher si on mange local. Les Coréens ne sont pas très branchés desserts, boissons non plus car, si une carafe d’eau est généralement placée sur la table, on ne vient généralement pas vous proposer d’autres breuvages. En Corée, on mange avec des baguettes et une cuillère à soupe mais, la plupart du temps, les serveurs apportent des fourchettes aux Occidentaux pas doués (parfois, ils nous montraient même comment assortir les mets) ;

– transports : le réseau de bus est excellent et permet de voyager dans tout le pays pour pas cher. Conseil : quand on arrive dans une ville par le bus, mieux vaut se renseigner, à la gare routière, sur les horaires des cars pour organiser la suite de son voyage (normalement, tout est affiché) et limiter ainsi les temps morts en mode « je ne savais pas qu’il n’y avait que deux bus dans la journée ». En effet, si on ne parle pas le coréen, la recherche des horaires des bus sur Internet est loin d’être évidente. Les trains sont nombreux (mais on n’en a pas pris) et les métros parcourent les plus grandes villes. Pour rallier l’île de Jeju, nous avons pris l’avion (on peut aussi y aller en ferry) ;

– quand partir : en été, il fait très chaud et en hiver, les températures peuvent descendre très bas. La meilleure période pour visiter le pays est sans doute septembre-octobre car le mercure ne monte pas trop haut (lors de notre voyage, au mois d’octobre, il a fait au maximum 25 degrés) et les couleurs, notamment dans les parcs naturels, sont magnifiques.

Corée du Sud