Vallée de la Chevreuse : le chemin des quatre châteaux

Ce dimanche 15 septembre, c’est rando en Ile-de-France ! Nous avons jeté notre dévolu sur le parc naturel régional de la haute vallée de Chevreuse situé au Sud des Yvelines. Une fois n’est pas coutume, en plus de vos habituels serviteurs Panda 1 et Panda 2, c’est un bataillon de huit personnes escorté par un chien qui a eu la force et l’audace de régler son réveil à une heure matinale. Neuf de ces individus ont pour curieux passe-temps d’écumer les gymnases de France et de Navarre pour taper dans un volant à l’aide d’une raquette (il paraît qu’on appelle ça du badminton) pour le meilleur mais aussi pour le pire (tout du moins en ce qui me concerne).

Le point de départ de l’effort physique du jour est fixé au parc de stationnement de la maison des associations (36 rue de Rambouillet, compter un peu plus de deux kilomètres de marche depuis la gare RER de Saint-Rémy-lès-Chevreuse) de cette bonne ville de Chevreuse. Le rassemblement de la troupe, effectif peu après neuf heures et demi, marque le début des choses sérieuses ! Les premiers hectomètres du parcours nous font longer l’Yvette, affluent de l’Orge et donc sous-affluent de la Seine (merci Wikipédia !). Les arbres et les petites arcades fleuries font du chemin des petits ponts une voie particulièrement agréable.

On arrive dans les sous-bois avec au programme une première montée. Les plus gourmands feront une pause salutaire à la ferme qui fabrique et vend du fromage de chèvre. Il fait un temps superbe aujourd’hui si bien que nous sommes loin d’être les seuls à randonner. Les cyclistes sont également nombreux à arpenter les routes et les chemins. Le premier château en vue est celui de Méridon dans lequel il est apparemment possible de se marier et d’organiser des séminaires.

Après la traditionnelle photo de groupe devant les grilles dudit château, le bataillon reprend son chemin et tombe assez rapidement sur la deuxième bâtisse, à savoir le château de Breteuil. Célèbre pour ses jardins, ce château se visite, ce que nous n’avons malheureusement pas le temps de faire, l’objectif premier étant de finir la randonnée.

P1040370

On trouve quelques points d’eau le long du chemin (qui n’est d’ailleurs pas balisé mais heureusement Visio Rando est là pour nous aider), fontaines très appréciées quand le mercure dépasse les vingt-cinq degrés. On traverse Senlisse puis Dampierre-en-Yvelines où trône majestueusement notre troisième château. Dampierre n’est pas une ville morte en ce dimanche, les commerces et restaurants étant ouverts. On casse la croûte sur le terre-plein d’herbe juste en face du château dont on admire l’architecture et plus étonnamment un certain nombre de grosses cylindrées. Le déjeuner est agrémenté de délicieux cannelés concoctés par notre pâtissière en chef.

Le sentier n’est pas seulement en sous-bois, il longe aussi quelques routes sur lesquelles on prend le soleil bien en face. L’après-midi se passe tranquillement, les six garçons devant, les quatre filles derrière. On traverse notamment la forêt de la Madeleine qui nous amène jusqu’au château du même nom où séjourna Jean Racine. Cette vaste demeure, qui offre un superbe panorama sur la vallée de l’Yvette, est la dernière du parcours qui s’achève en contre-bas.

24,47 kilomètres au total en 5 heures 43 pause pique-nique décomptée. Pas de difficulté majeure, juste quelques portions un peu caillouteuses en descente, d’où l’intérêt de porter de bonnes chaussures. C’était ma première fois dans le parc naturel régional de la haute vallée de Chevreuse et je n’ai pas été déçue. A bientôt pour de nouvelles aventures en vallée de Chevreuse ou ailleurs !

France

GR 2 : du Vert de Maisons à Ris-Orangis

Que faire en Ile-de-France un dimanche d’août ? Le GR 2, évidemment ! 😉 Les négociations reprennent à partir de la gare du Vert de Maisons où nous nous étions arrêtés la fois dernière. En raison de travaux sur le RER A, le trajet prend nettement plus de temps que d’ordinaire. A la gare de Lyon, on monte dans le RER D pour rejoindre la gare du Vert de Maisons. Dès la sortie de la gare, on tombe miraculeusement (ou presque) sur nos premières balises rouges et blanches qui nous font traverser Alfortville. Le sentier est censé nous faire passer par le parc de la ville, c’est sans compter sur les barrières fermées en ce jour qui nous obligent à faire demi-tour. Grâce au GPS, on retrouve cependant facilement nos petits. Le GR nous mène sur les berges de Seine. Tout est calme et reposé en cette matinée d’été, on ne croise que quelques cyclistes et coureurs.

On arrive à Choisy-le-Roi où le lit du fleuve est bien plus large. On y voit des gens faire du ski nautique.

On déguste la traditionnelle salade de pâtes à Ablon-sur-Seine sur un banc devant le fleuve. On longe ensuite la Seine en plein soleil. Le mercure dépassant les trente degrés, la crème solaire n’est pas de trop. Le GR 2 nous fait monter sur les hauteurs d’Athis-Mons (d’où on peut admirer les avions qui viennent de décoller d’Orly ou qui se préparent à y atterrir) puis longer les berges de l’Orge qui se jette dans la Seine tout près de là.

On arrive à la gare de Juvisy au niveau de laquelle l’accès au GR 2 est coupé en raison de travaux. Ne voyant pas trop par où passer, on emprunte le sous-terrain de la gare (badge Navigo nécessaire, ce serait bête de payer un ticket pour la simple traversée d’une gare) pour gagner l’autre côté. Le passage par le centre-ville de Juvisy ne restera pas marqué dans nos mémoires cependant on se retrouve assez rapidement à un endroit bien plus agréable, à savoir l’espace naturel régional de la fosse aux carpes. Les pêcheurs sont particulièrement bien représentés sur ce tronçon ombragé qui borde la Seine.

C’est à Ris-Orangis (donc dans l’Essonne) qui s’achève notre randonnée du jour. Alors, certes, ce n’est pas là la plus jolie portion du GR 2 mais cela aurait été dommage de ne pas sortir par ce si beau temps. 24,27 kilomètres (pour seulement 215 mètres de dénivelé selon le « GR Access ») de marche aujourd’hui, ce qui ne constitue guère un record. Néanmoins, entreprendre une rando plus courte permet de rentrer un peu plus tôt (surtout quand il fait chaud et que le temps de transport est rallongé à cause de perturbations). Je ne sais pas quand on reprendra le GR 2 de ce côté-ci de l’Ile-de-France. Peut-être pas dans l’immédiat car la Normandie pourrait bien être notre prochain terrain de chasse pour la rando !

Grandes Randonnées

GR 2 : du pont Charles de Gaulle au Vert de Maisons

Il est souvent délicat de se motiver pour aller marcher le dimanche matin après un samedi soir un peu arrosé. C’est pourtant le défi qu’on s’est lancé ! Le réveil fut pour le moins tendu et le départ sensiblement plus tardif que d’ordinaire. La salade de pâtes, préparée la veille qui nous attendait patiemment dans le frigo, fut d’un grand soutien moral. On boucle les sacs pour emprunter la ligne J du Transilien puis la ligne 14 du métro pour atteindre la gare de Lyon d’où nous gagnons le pont Charles de Gaulle où nous nous étions arrêtés lors de notre dernière expédition de ce côté-ci du GR 2.

En ce dimanche matin, les débuts sont quelque peu laborieux car on loupe quelques balises (pas toujours facile de les repérer dans Paris) si bien qu’on se retrouve sur des voies perpendiculaires à ce bon vieux GR 2. Cet itinéraire s’avère assez peu concluant étant donné qu’il longe le périphérique… Le GPS nous permet de nous sortir favorablement de ce mauvais pas et de retrouver nos petits. C’est donc du côté du lac Daumesnil que nous cheminons officiellement sur le tracé du GR 2 qui nous emmène ensuite dans le bois de Vincennes.

C’est sur un banc du bois de Vincennes que nous cassons la croûte en subissant le harcèlement constant d’un oiseau téméraire qui n’hésite pas à monter sur nos sacs…

On arrive sur les bords de Marne à Maisons-Alfort (Val-de-Marne, nous voilà !), principal affluent de la Seine. La promenade est tranquille, parfaite même pour un début d’après-midi. A Joinville-le-Pont, des travaux nous empêchent d’atteindre le quai où passe le GR 2, ce qui nous oblige à faire un détour mais pas de panique nous retombons sans grande difficulté sur le précieux marquage. Les bords de Marne ont, par endroits, beaucoup de charme, particulièrement quand les rayons du soleil reflètent sur l’eau. Dans le Val-de-Marne, le GR 2 et le GR 14 se croisent. Pour votre parfaite information, 14e relie Paris à Malmedy (ville située en Belgique, je lève mon verre en l’honneur des GR transfrontières).

A Créteil, le GR 2 nous fait traverser la ville. Ce long passage urbain ne restera pas gravé dans nos mémoires d’autant qu’on essuie une belle averse. On se retrouve devant la gare du Vert de Maisons et, après avoir analysé les prévisions météo assez pessimistes pour la fin de l’après-midi, nous décidons de nous arrêter là pour aujourd’hui. 19 kilomètres de marche, voilà qui ne constitue guère une performance olympique (on se consolera en se disant que le rythme fut assez soutenu) mais tant pis l’appel du RER D aura été plus fort que la pluie.

Que retenir de cette étape ? Ce n’est sans doute pas la plus belle du GR 2 mais quelques portions méritent le détour, je pense notamment au bois de Vincennes. Aucune difficulté à signaler, le terrain est vraiment plat. A bientôt pour de nouvelles aventures pédestres !

Grandes Randonnées

GR 2 : de Juziers à Vernon

Dimanche et lundi de Pâques ? L’occasion idéale pour poursuivre nos pérégrinations sur le GR 2 et pour la première fois de marcher deux jours durant ! On prend le RER A puis la ligne J du Transilien pour atteindre Juziers où nous nous étions arrêtés la dernière fois que nous avons cheminé sur la partie Ouest du GR 2. De Juziers, il faut marcher au moins trois kilomètres pour tomber sur les premières balises rouges et blanches. Les premières portions sont forestières et d’autant plus agréables que nous sommes gratifiés d’un temps absolument magnifique avec des températures avoisinant les 25 degrés.

On longe ensuite des champs, notamment de colza. Pas grand chose d’autre aux alentours, mis à part quelques voitures qu’on entend de temps à autre au loin sur la route et un agriculteur hissé sur son tracteur. Les estomacs se creusant en cette fin de matinée, on déguste nos sandwichs assis sur un talus.

Le bourg de Fontenay-Saint-Père nous accueille. En ce dimanche de Pâques, on ne peut pas dire que la foule (en même temps, Wikipédia nous apprend que la ville n’est peuplée que de 1001 âmes) ait envahi les rues.

Entre champs et sous-bois, les kilomètres s’enchaînent. On passe notamment devant un poney-club, sans doute est-il envisageable de squatter les tables et chaises disposées sur la terrasse le temps d’une petite pause. On tombe sur une jonction avec le GR 11, il est toujours émouvant de voir deux GR s’entrecroiser. Nous arrivons à Saint-Martin-la-Garenne (le nom ne s’invente pas), localité dans laquelle, toujours selon Wikipédia, vivent deux habitants de plus qu’à Fontenay-Saint-Père (je vous laisse faire le calcul). Toutes ces petites communes du Vexin ont en commun ce même goût pour la tranquillité. On s’assoit sur un banc installé dans les bois à côté d’un minuscule (et étonnant) sanctuaire orné de statues de saints.

En descendant sur Vétheuil, c’est un très beau panorama sur la Seine qui s’offre à nous.

Nous voici donc à Vétheuil, une des plus célèbres communes du Vexin français. Avec ses berges de Seine et ses maisons fleuries, l’endroit évoque tout du lieu de villégiature pour Parisien stressé. Sans doute le village a-t-il influencé Claude Monet qui y vécut plusieurs années.

C’est après Vétheuil  que le dénivelé se fait sentir. Ainsi, pour atteindre le chemin de Chérence, il faut survivre à une bonne montée. Le sentier est ensuite plus plat jusqu’au terrain d’aviation pour planeurs devant lequel nous assistons au décollage d’un de ces fascinants engins. Les chemins se font plus étroits par la suite avec une succession de montées et descentes. L’effort est récompensé par de superbes points de vue sur la Seine.

Lentement mais sûrement, le sentier en sous-bois nous mène vers la Roche-Guyon où nous avons réservé une chambre d’hôte. La ville est célèbre pour son fort médiéval, dont il ne reste aujourd’hui plus que les ruines du donjon. Un château plus moderne a été construit au XIIe siècle en contrebas du donjon. Il fut remanié aux XVIe et XVIIIe siècles par la famille La Rochefoucauld. Son potager, classé parmi les jardins remarquables, se visite (malheureusement, en raison d’une fermeture imminente, nous ne pourrons visiter aujourd’hui ni le château ni le jardin).

Notre chambre d’hôte se situe à quelques encablures du château. J’ai repéré « Les Damiers » sur Internet et réservé en début de semaine dernière. Visiblement, il valait mieux prévenir de son arrivée car on nous apprend que tout est complet. Notre chambre, qui comprend une salle de bain, est d’aspect un peu vieillot mais l’accueil est sympathique. La nuitée dans cette chambre (dans laquelle sont disposés trois lits simples) coûte 75 euros (dont 30 envoyés par chèque au titre des arrhes), petit-déjeuner compris.

Pour reprendre nos esprits après ces presque 29 kilomètres de marche, on se pause un moment dans la chambre avant de mettre le cap sur « Les Bords de Seine », restaurant qui, comme son nom le laisse supposer, donne sur le fleuve. Les plats sont tout à fait corrects pour des prix un peu inférieurs aux standards parisiens (formule diner entrée-plat-dessert à 25 euros). Les assiettes sont arrivées très vite après la commande, nous en étions même surpris. Le restaurant fait également hôtel sous l’enseigne Logis de France. Les prix affichés sont à peu près les mêmes que ceux de notre chambre d’hôte mais le petit-déjeuner est en sus.

On pensait tomber rapidement dans les bras de Morphée cependant la nuit fut assez agitée. Entre les voitures (la chambre donne sur une route assez passante, du double vitrage ne serait pas un luxe…) et les lits qui grincent, trouver le sommeil n’a pas été un long fleuve tranquille. Si vous avez le choix, ruez-vous sur une chambre qui donne sur le jardin ou n’oubliez pas vos bouchons d’oreilles… Par ailleurs, prendre une douche sans inonder le rebord des toilettes est une gageure. Bref, si c’était à refaire, j’opterais pour l’hôtel Logis de France.

Le petit-déjeuner est « à la française », c’est-à-dire composé de pain, brioche, croissants et confitures. Cela manque, selon moi, de céréales et de fromage mais il me semble que c’est souvent ainsi en France (je ne séjourne que très rarement à l’hôtel sur le territoire national). La rando reprend sur les hauteurs de La Roche-Guyon d’où on admire la Seine.

On entre ensuite dans cette bonne ville de Gommecourt, pas très animée en ce lundi de Pâques. Petit coup de cœur pour Sainte-Geneviève-lès-Gasny avec son petit moulin en bord de rivière.

On arrive à Giverny, ville chère aux Impressionnistes, avant d’arpenter la dernière portion montante descendante du parcours.

Vernon en vue, la rando touche à sa fin ! Après avoir traversé les Yvelines et le Val d’Oise, nous voici dans l’Eure et donc en Normandie ! Un peu plus de 15 kilomètres parcourus en ce deuxième jour. A Vernon, on admire le Vieux Moulin, une des rares bâtisses juchées sur un pont en France.

DSC05489

Nous avions un instant envisagé de prendre le train de 12 heures 51 reliant Vernon à la gare Saint-Lazare mais nous avons préféré ne pas nous presser et ralentir le pas afin de prendre le suivant deux heures plus tard. On déjeune à La Mie Câline (le pain des sandwichs était un peu meilleur dans mon souvenir), un des seuls endroits ouverts en ce lundi de Pâques.

On n’y a pensé qu’une fois les billets de TER achetés mais il y avait une solution moins onéreuse et plus rapide (car en raison de travaux, les trains Paris/Vernon mettent beaucoup plus de temps aujourd’hui) pour rentrer au bercail, à savoir prendre le train pour Mantes-la-Jolie et y rattraper la ligne J puis le RER A à Conflans-fin-d’Oise. En plus, le train qu’on a pris était blindé de chez blindé, tous les passagers n’avaient pas de place assise, loin de là…

Que retenir de ces deux jours sur le GR 2 ? De belles vues sur la Seine, un temps magnifique, des falaises, le château de La Roche-Guyon. Si c’était à refaire, sans doute prendrais-je le temps de visiter la fondation Claude Monet située à Giverny. Une chose est sûre, cette étape donne envie de continuer sur la partie normande du GR 2 !

Grandes Randonnées

GR 2 : de Chaville au pont Charles de Gaulle

Le retour des beaux jours est propice à la randonnée. Avec une température maximale annoncée à vingt degrés, l’occasion est trop belle pour reprendre les pérégrinations sur le GR 2. En raison du changement d’heure, le départ n’est pas très matinal mais qu’importe, la gare de Chaville-Rive-Droite n’est pas le point le plus éloigné de notre domicile. Retour donc là où nous nous étions arrêtés à l’issue de l’épisode précédent. L’essentiel du dénivelé est à mettre au crédit de la forêt domaniale de Meudon. Ses petits sentiers ombragés sont très agréables en cette fin de matinée.

On retrouve ensuite la Seine que l’on va longer pendant un bon moment parce qu’on va bientôt entamer la partie parisienne du parcours. Nombreuses sont les péniches qui ont élu domicile sur le fleuve.

Une des portions les plus sympathiques de cette étape est peut-être celle qui traverse l’île Saint-Germain. Je ne la connaissais que de nom et je ne regrette pas de l’avoir enfin découverte.

Issy-les-Moulineaux nous accueille dans ses petits jardins publics (le GR 2 aime faire passer les randonneurs par les îlots de verdure des villes). La portion parisienne amorcée, fini le dénivelé ! Le sentier nous fait passer entre autres par le jardin André Citroën, le pont de l’Alma, le pont Alexandre III.

Les bateaux mouches font le plein et nous sommes loin d’être les seuls à cheminer sur les berges. Il faut dire que le tracé du GR 2 dans Paris mène sur des lieux particulièrement touristiques tels le Louvre ou Notre Dame.

Marcher sur le bitume est, à mon sens, plus douloureux pour les pieds et les genoux, comparativement à un terrain plus mou, mais cette portion dans Paris intra-muros est tout à fait recommandable. A cause de la haute fréquentation des quais de Seine en ce dimanche après-midi, les balises rouges et blanches ne sont pas toujours très visibles. C’est là que le « GR Access » de la fédération française de randonnée produit tout son effet en ce qu’il permet de retrouver facilement son chemin grâce aux points GPS rentrés dans le téléphone.

La sortie du jour prend fin au niveau du pont Charles de Gaulle. On reprend le RER à la gare de Lyon située tout près. 22,98 kilomètres au total sous un temps magnifique, à refaire !

Grandes Randonnées

GR 2 : de Sartrouville à Chaville

GR 2, c’est reparti ! Le plan arrêté pour aujourd’hui est de reprendre le sentier à Sartrouville pour mettre le cap vers l’Est avec Chaville dans le viseur. Sartrouville est le point de passage du GR 2 le plus proche de notre logis, c’est de là que nous étions partis pour notre première étape, qui nous avait menée jusqu’à Triel-sur-Seine, sur ce GR. On s’y rend à pied pour s’échauffer, ce qui nous fait déjà trois kilomètres au compteur. Les premières balises rouges et blanches nous font longer les berges de Seine en direction de Montesson. Le chemin, légèrement boisé qui donne sur le fleuve, est des plus agréables.

Pendant la première partie de la rando, on suit l’avenue verte Paris Londres qui est en fait un itinéraire cyclable permettant d’atteindre la capitale britannique. Conditions de marche admirables pour la saison : il doit faire quinze degrés et nous sommes, de temps à autre, gratifiés d’un rayon de soleil. Les cyclistes, coureurs et marcheurs sont nombreux en ce samedi matin.

On passe par Le Pecq et ensuite par Croissy-sur-Seine, toujours en longeant les berges. On traverse le centre-ville de Bougival puis le parc forestier de la Jonchère qui offre de surcroît une belle vue sur la Seine.

Une chose est sûre, le dénivelé est plus important que sur la première partie du parcours mais nul besoin d’une énorme condition physique pour en venir à bout ! Après avoir rasé les berges, nous enchaînons maintenant les portions forestières, ce qui n’est pas pour nous déplaire. On pénètre ainsi dans la forêt domaniale de la Malmaison chère à l’impératrice Joséphine.

Nos chères balises nous entraînent dans un quartier très résidentiel de la commune de Vaucresson : belles maisons et grosses cylindrées en vue. Un peu plus loin, l’étang de Villeneuve est magnifique avec les rayons du soleil qui reflètent sur l’eau. On entrevoit le monument érigé en hommage à l’escadrille la Fayette composée d’aviateurs américains engagés volontaires durant la première guerre mondiale (je regrette de ne m’en être pas davantage rapprochée).

Le sentier nous fait faire un petit tour par le domaine national de Saint-Cloud puis nous emmène à Marnes-la-Coquette. Comme beaucoup de Français, je n’avais jamais entendu parler de cette bonne ville avant que notre Johnny national y décède. C’est le cas de le dire, le centre-ville est tout ce qu’il y a de plus coquet.

Ça y est, on arrive à Chaville, fin de notre périple ! On prend le train à la gare de Chaville-Rive-Droite. Bilan : un peu plus de 22 kilomètres parcourus sur le GR 2 (un peu plus si on compte la distance entre notre domicile et Sartrouville + celle comprise entre la station de tram Pont de Bezons et notre lieu de résidence). Pas mal de vent sur le parcours mais aucune goutte de pluie à signaler alors que les giboulées ont été particulièrement actives pendant la semaine. Comme lors de notre dernière sortie sur le GR 34, nous avons utilisé notre abonnement GR Access (en plus du guide édité par la fédération française de randonnée) pour cette rando. Cet abonnement, grâce auquel on peut générer un fichier GPX lisible depuis un portable, permet de préparer au mieux son parcours et de retomber sur ses pattes en cas de perte du balisage. Pour conclure, cette portion entre Sartrouville et Chaville est peut-être celle qui m’a le plus enchantée depuis nos débuts sur le GR 2. Entre les berges de Seine et les passages en forêt, je ne peux que la recommander.

Grandes Randonnées

GR 2 : de Triel-sur-Seine à Juziers

GR 2, épisode 2 (au cas où vous l’auriez manqué, voici l’épisode 1) ! Afin de reprendre là où on s’était arrêté il y a de cela quinze jours, on prend le train pour Triel-sur-Seine. Il n’était pas censé faire un temps magnifique, loin de là, mais il pleuvine alors que la météo (je suis du genre à suivre tous les jours l’évolution des conditions climatiques pour planifier une rando…) prévoyait une journée dépourvue de pluie. Si averses il devait y avoir, croisons les doigts pour qu’elles ne soient que passagères !

Arrivés à Triel-sur-Seine, on retrouve notre bien-aimé GR 2. L’adjectif « bien-aimé » est peut-être tout relatif car peu de temps après avoir commencé à marcher, on se trompe de route et il nous faut un peu de temps ainsi que l’analyse combinée du livre GR 2 et de Google Map pour rentrer dans le droit chemin. Loin de moi d’excuser cette erreur mais il faut dire que le balisage n’est pas toujours très visible.

On passe par Vaux-sur-Seine puis Evecquemont, sans doute le plus beau village sur notre parcours d’aujourd’hui. Les petites rues autour de l’église sont, en effet, très paisibles.

Le GR 2 traverse une partie du parc naturel régional du Vexin français. C’est dans ce parc qu’on se trompe (encore) dans le balisage et qu’on suit celui permettant d’accéder à la gare de Meulan-Hardricourt. Conséquence fâcheuse : nous ne sommes plus vraiment sur le tracé du GR 2.

On retrouve le GR 2 à Oinville-sur-Montcient où le sentier, qui nous emmène de nouveau dans le Vexin, est particulièrement gadouilleux. Il faut faire attention à ne pas tomber car c’est très glissant par endroits.

Comme prévu, on quitte le sentier pour reprendre le train à la gare de Juziers. Bilan : 25,3 kilomètres de randonnée boueuse (l’état de propreté de nos pantalons et chaussures en témoigne) sans le moindre rayon de soleil sous une température maximale de quatre degrés. Avec un peu plus de luminosité, je suppose que les paysages ont encore plus à offrir. Par rapport à l’étape entre Sartrouville et Triel-sur-Seine, les portions en forêt sont plus nombreuses. A noter que le GR 2 s’éloigne de la Seine qu’on aura aujourd’hui à peine vue.

Grandes Randonnées