GR 34 : de la pointe de l’Arcouest à Tréguier

L’heure de la pêche aux balises blanches et rouges a de nouveau sonné ! C’est avec une joie non dissimulée que nous fêtons nos retrouvailles avec ce bon vieux GR 34. C’est du côté Ouest par rapport à Saint-Brieuc que l’action se passe aujourd’hui et demain. Une fois n’est pas coutume, nous sommes quatre courageux marcheurs (Panda 1, Panda 2, Frère de Panda 2, une amie) mais seulement trois d’entre nous se sont engagés pour les deux jours d’efforts. Il faut donc que notre amie soit en mesure de faire demi-tour, d’où sa voiture laissée au rando-gîte de Lanmodez où nous allons passer la nuit. Le père de Panda 2 embarque ensuite toute la troupe pour nous déposer à la pointe de l’Arcouest (juste devant l’embarcadère pour l’île de Bréhat, cf. l’épisode précédent) où démarre notre étape. Il est presque 11 heures et c’est partiii !!! Le soleil est au rendez-vous, ce qui promet une journée parfaite pour randonner.

Au bout d’un peu plus d’une heure de marche, on atteint Loguivy-de-la-Mer, localité située sur la commune de Ploubazlanec. Si tu n’es pas Costarmoricain, ce nom ne te dit sans doute rien, néanmoins, pour parfaire ta culture musicale, sache que Loguivy-de-la-Mer a inspiré une célèbre (enfin, dans les Côtes d’Armor, j’entends) chanson d’un certain François Budet (dont la fille Yelle chantait « Je veux te voir dans une film pornographique). Personnellement, j’ai toujours trouvé cette chanson particulièrement déprimante (Loguivy-de-la-Mer Loguivy-de-la-Mer, tu regardes mourir les derniers vrais marins / Loguivy-de-la-Mer, au fond de ton vieux port s’entassent les carcasses des bateaux déjà morts) mais je te laisse juge et te laisse libre de cliquer sur ce lien si j’ai réussi à piquer ta curiosité ! Ce n’est pas que cette chanson, que j’ai dû apprendre en CM2 et chanter lors de la fête de l’école, m’ait tant à ce point traumatisée, cependant, comme beaucoup d’autres élèves, je me souviens, acte de rébellion suprême, avoir beuglé Loguivy-de-la-Meeerde. Juste une petite photo du port de Loguivy avant de refermer cette digression !

DSC06179

Le sentier oscille entre bords de mer et sous-bois avec de magnifiques vues plongeantes sur l’eau. On s’arrête pour pique-niquer à la Roche aux Oiseaux d’où on peut admirer l’estuaire (l’embouchure du Trieux) et l’archipel de Bréhat.

On poursuit notre route entre chemins côtiers et sous-bois. Ces derniers nous protègent des rayons du soleil car, mine de rien, ça tape. En Bretagne, le soleil est souvent traitre dans le sens où, même s’il ne fait pas très chaud et que le ciel est parsemé de nuages, la crème solaire est de rigueur.

On passe Lézardrieux, son église, son monument aux morts (orné d’une statue de soldat, une main sur le fusil, l’autre sur le cœur) avant d’atteindre son petit port de plaisance. A Lézardrieux, nous tombons nez à nez sur la maison d’hôtes Lan Caradec et son impressionnante collection de plaques du guide du Routard. Elle est située directement sur le sentier (sur une portion routière), ce qui en fait sans aucun doute un lieu idéal de villégiature pour les randonneurs qui cherchent un endroit où dormir.

Comme souvent sur le GR 34, le terrain monte et descend, ce qui rend certaines portions assez cardios. Cet après-midi, la marée est basse et je trouve que c’est un peu moins joli que lorsqu’elle est haute.

Entre le Moulin à Mer et Lanmodez, le sentier nous fait passer un certain nombre de fois par la route (pas très passante certes), ce qui est moins agréable que quand il nous fait longer la côte. On fait une pause ravitaillement à la Cambuse de Kermouster, petite crêperie établie sur la commune de Lézardrieux. Les crêpes sont chères (4,20 euros pour celle au Nutella ; eh, les gars, on n’est pas non plus devant la tour Eiffel !) néanmoins elles sont bonnes. C’est donc requinqués que nous mettons le cap sur le rando-gîte de Lanmodez situé à un peu moins de quatre kilomètres. Comme convenu, nous appelons la responsable de ce gîte communal à la vue du premier panneau en indiquant la direction. Le gîte n’est pas situé pile-poil sur le GR 34, il faut marcher deux kilomètres hors du sentier pour l’entrevoir.

Dix-neuf minutes plus tard, nous atteignons notre but. L’accueil est sympathique, tout comme le gîte en lui-même dont les voyageurs apprécieront la cuisine très bien équipée. La nuitée coûte 22 euros auxquels il faut en rajouter 5 si vous souhaitez prendre le petit-déjeuner. Les draps sont fournis mais pas les serviettes de bain. Douches et toilettes sont communes. On se fait cuire des pâtes dans la vaste cuisine tout en discutant avec un couple venu de Lyon. Une chose est sûre, on ne devrait pas être dérangé cette nuit tellement le coin est paisible.

En effet, c’est le silence total, on entend seulement les oiseaux et quelques chiens qui aboient au petit matin. A la question de savoir à quelle heure nous souhaitions prendre le petit-déjeuner, nous avions répondu 07 heures 30. Comme par magie, tout est en place à l’heure convenue. Il y a sur la table du lait, du thé, du pain, des croissants, de la confiture ainsi que du jus d’orange.

Rassasiés, on boucle les sacs et c’est reparti ! On fait un saut au bar-épicerie de Lanmodez pour acheter une baguette et des abricots. Il fait aujourd’hui un temps admirable, visiblement un peu plus chaud qu’hier. Les premières vues sur la mer nous enchantent.

On arrive sur Pors Guyon, tranquille petit port de pêche dont rien ne semble pouvoir troubler la quiétude.

Laneros, localité dotée d’un hôtel de plein air (avis aux randonneurs campeurs), s’offre à nous. Les chemins, la plupart côtiers, sont charmants. On admire le sillon noir, moins connu et moins grand que son confrère du Talbert.

On arrive à Pleubian, d’où le point de vue sur le sillon de Talbert est superbe surtout quand le ciel est dégagé comme aujourd’hui. Curiosité géologique, le sillon de Talbert s’avance de trois kilomètres dans une mer parsemée de rochers. L’étroite langue de 35 mètres, faite de sable et de galets, est façonnée par les courants opposés du Trieux et du Jaudy.

Non loin de là se trouve la maison du sillon, le lieu de référence pour obtenir des informations sur ce site naturel. Juste à côté trônent trois restaurants, dont l’un croule sous les plaques Routard, du style crêperie. Le sentier est magnifique dans les environs de Pleubian. Entre la végétation et les vues plongeantes sur la mer, difficile de ne pas se dire que les Bretons sont gâtés.

A défaut de trouver un banc qui ne soit pas exposé en plein soleil, on s’arrête pour déjeuner à l’ombre sur le bas-côté du sentier. L’après-midi de marche est plus difficile que celle d’hier pour les organismes car il fait plus chaud et un certain nombre de portions ne sont pas ombragées. Par ailleurs, notre étape du jour est un peu plus longue que ce que nous pensions.

Nos collègues randonneurs trouveront entre Kermagen et Bilvéro plusieurs gîtes qui jouxtent le sentier. La portion juste avant Tréguier est peut-être la plus difficile du jour. Il faut, en effet, emprunter un chemin en sous-bois pour atteindre la rive droite du Jaudy et y aller prudemment car le sol est particulièrement vaseux.

Heureusement (car mes pieds commencent à crier famine), on en a presque terminé ! Encore quelques portions routières et le port de Tréguier sera en vue. Les parents de Panda 2 nous attendent juste à côté du pont où nous reprendrons donc les négociations la prochaine fois.

Quel bilan tirer de ces deux jours sur le GR 34 ? Une chose est sûre, nous avons été gratifiés d’un temps exceptionnel. Au niveau kilométrique, le livre de comptes indique : 26,25 kilomètres pour le premier jour et 33,10 pour le second. Peut-être aurait-il été plus judicieux de prévoir un plus gros kilométrage le dimanche plutôt que le lundi. Personnellement, j’ai préféré la portion entre Lanmodez et Tréguier à celle entre la pointe de l’Arcouest et Lanmodez pour la simple et bonne raison que le GR 34 longe davantage la côte. Je m’arrête ici, merci d’avoir pris le temps de lire cet article et à bientôt pour de nouvelles aventures !

Grandes Randonnées

GR 34 : de Bréhec à l’Arcouest

Trois jours de vacances en Bretagne, voilà une occasion trop belle de poursuivre notre périple GR 34 ! Le départ est donné à 8 heures mais encore faut-il rouler 35 minutes pour atteindre le point où nous nous étions arrêtés la fois dernière. On retrouve facilement ce fameux endroit à la sortie de Bréhec. Il fait un temps absolument magnifique en ce jour de fête nationale et de veille de finale de coupe du monde. On ne croise pas grand monde sur le sentier mis à part quelques coureurs.

On arrive assez vite à la pointe de Minard et les vues sur la mer sont splendides; il faut dire que les rayons du soleil magnifient la couleur de l’eau. On fait une petite pause à Port Lazo, havre de paix pourvu de toilettes, très propres de surcroît.

Le sentier est très bien balisé mais, à un moment donné, on a dû visiblement louper les bandes blanches et rouges car on se retrouve en pleine forêt (heureusement que je porte un collant de rando car les ronces et les orties, ça pique !).

Pas de panique, on retrouve rapidement le chemin sacré. On déjeune entre Kervor et Sainte-Barbe sur une table de pique-nique intelligemment posée face à la mer avec une petite plage en contrebas. Que demander de plus ?

Après cette pauses salutaire, cap sur la très belle abbaye de Beauport. Fondée en 1202, cette bâtisse est un témoin majeur de l’architecture religieuse du nord de la Bretagne. Il est possible de la visiter moyennant six euros mais, si vous n’en avez ni le temps ni l’envie, la vue depuis le sentier associée à un tour de l’extérieur du bâtiment donne déjà un bel aperçu. Je l’ai déjà visitée par le passé, il faudrait que j’y retourne car je n’ai plus qu’un vague souvenir des espaces intérieurs. L’abbaye est célèbre pour être le point de départ d’un chemin menant à Saint-Jacques de Compostelle (une idée pour un futur trek ?).

On longe ensuite des endroits assez marécageux. La mer est basse, ce qui donne parfois un aspect lunaire aux paysages.

Paimpol et son port se profilent. Beaucoup de monde en ce 14 juillet sur les terrasses des bars et restaurants.

Le sentier se poursuit entre forêt et côte. La mer est vraiment loin, elle ne devrait pas être pleine avant 21 heures. 34e nous emmène ensuite à Ploubazlanec puis à Porz Even. Finalement, on met un peu moins de temps pour y arriver qu’indiqué sur le guide. Notre bible est un petit livre édité par la fédération française de randonnée qui suit, étape après étape, une partie du GR 34 entre les Côtes d’Armor et le Finistère. Ce livre est très bien fait et donne de nombreux conseils pour l’hébergement et les transports.

Les amateurs d’hortensias seront servis car ces belles fleurs parsèment les chemins.

Lentement mais sûrement on arrive à l’Arcouest, notre objectif du jour. Il est 17 heures et nous touchons au but après 32,4 kilomètres parcourus. L’Arcouest est célèbre dans le département pour être l’embarcadère pour l’île de Bréhat dont je vous recommande chaudement la visite. Les parents de Panda 2 viennent nous chercher et nous déposent à Bréhec où nous récupérons la voiture.

Que retenir de cette étape du GR 34 ? Le parcours est assez roulant et donc pas des plus ardus. Les 32,4 kilomètres se sont faits sans encombre. En comparaison, notre première étape Pordic / Plouha était plus difficile. Les points de vue sont certes superbes mais le parcours est un peu moins agréable que lors de nos première et deuxième étapes car les portions sur le bitume sont plus nombreuses. Nous avons été gratifiés par un temps optimal : aucun nuage dans le ciel, on ne pouvait rêver mieux ! Question équipement, j’ai remisé au placard les chaussures portées la dernières fois qui m’avaient fait très mal aux pieds et opté pour une antique paire de moyenne montagne (qui a connu ses heures de gloire en Alsace). Pari gagnant, aucune gêne à signaler. Pour le sac à dos, j’ai sorti le bon vieux Millet de 30 litres des familles qui m’a une nouvelle fois apporté entière satisfaction. Vivement la suite de l’aventure sur le GR !

Jeu : à vous de repérer les balises !

Grandes Randonnées