La journée insulaire à Miyajima

Après avoir avalé un yaourt et des biscuits, on prend la direction de la gare d’Hiroshima pour prendre le train en direction de Miyajimaguchi (compter une demi-heure de trajet). De là, on monte dans le ferry JR (compris dans le JR Pass) effectuant la liaison avec l’île de Miyajima. La traversée dure une dizaine de minutes.

A l’approche de l’île, une des premières choses que les visiteurs distinguent est la grande porte rouge (torii) plantée en pleine mer.

Une fois débarqués, on salue les daims (comme à Nara, ils se promènent tranquillement dans les allées) puis on marche vers le célèbre Itsukushima-jinja, remarquable sanctuaire shintoïste. Sa principale originalité est d’être construit comme une jetée. Mieux vaut le visiter à marée haute lorsqu’il est entouré d’eau.

On continue avec le temple bouddhiste Daisho-in. Avec ses icônes, ses escaliers de pierre jalonnés de petites statues, je l’ai trouvé absolument sublime. Il est, par ailleurs, bordé par une cascade au bruit très reposant. L’entrée est gratuite (libre à vous de donner quelques pièces pour participer à l’entretien du site).

On déjeune dans un petit restau situé tout près du rivage. Les udon sont délicieux. L’établissement propose également des huître grillées (une des spécialités de l’île) qui sont apparemment succulentes.

dsc01199

Rassasiés, on entreprend l’ascension du mont Misen qui culmine à 530 mètres. Des marches en pierre et des panneaux, mettant en garde les randonneurs contre un (affreux) serpent venimeux, balisent le parcours. Pour arriver au sommet, il faut marcher une bonne heure.

On emprunte un autre sentier qui nous mène jusqu’au téléphérique. On ne souhaitait pas particulièrement le prendre mais on ne voyait pas très bien par où redescendre (il faut dire que la dernière carte que nous avions consultée n’était pas très explicite). Bref, on pourra dire qu’on est monté dans un téléphérique au Japon !

On arpente ensuite les petites rues du centre de l’île. On achète un sachet de marrons en guise de goûter. A 16 heures 40, on reprend le bateau puis le train pour Hiroshima.

On dîne au Bakundaya de la gare où nous goûtons aux ramen d’Hiroshima. Le bouillon est plus épicé que d’habitude mais c’est très bon. On achète des yaourts et de makis au supermarché installé au sous-sol de la gare en prévision du petit-déjeuner du lendemain.

 

Japon