A l’assaut des gorges du saut du tigre

Le départ pour le célèbre trek est fixé à 07 heures 30. Le mini-bus met deux heures pour nous emmener au départ du sentier. C’est très sympa, ce bus « spécial randonneurs » : on y rencontre des gens qui nous donnent plein d’infos sur des lieux qu’on compte visiter. On fait une pause dans une petite boutique qui vend de quoi manger puis une autre devant le guichet qui délivre les billets d’entrée dans le parc (65 yuans par personne). Lors de ce deuxième arrêt, ds militaires montent dans le mini-bus pour contrôler les passeports.

Le début de la rando n’est pas des plus faciles. Déjà, il faut marcher une bonne demi-heure sur la route avant d’arriver véritablement sur le chemin du trek. La première partie (une fois qu’on quitte la route) est assez ardue dans le sens où ça monte pas mal. Il fait chaud, on sue à grosses gouttes.

On déjeune avec deux Françaises, qui étaient avec nous dans le minibus ce matin, à la Naxi Guesthouse. Le riz cantonais est délicieux et le cadre des plus agréables.

Tout au long du sentier, des habitants vendent des bouteilles d’eau (à un prix nettement plus élevé qu’ailleurs), des petits ravitaillements et plus étonnamment du cannabis. On attaque les fameux 28 lacets. Honnêtement, ce n’est pas si dur (contrairement à ce qu’on peut lire parfois sur Internet) mais en raison de l’état de forme de Panda 2 (qui a pris un gros coup de froid à Emeishan), nous ne marchons pas à notre cadence habituelle. Qu’importe, le paysage est magnifique !

Les lacets passés, la descente s’amorce. Il faut faire attention à ne pas glisser à certains endroits mais pas de grosse frayeur à signaler. Vers 17 heures 30, nous atteignons la Tea Horse Guesthouse où nous choisissons de passer la nuit (plusieurs personnes du groupe du mini-bus feront de même). On paie 90 yuans pour une chambre privative avec deux lits simples. La salle de bain tout comme les toilettes sont à partager. Les trônes sont propres mais spartiates dans le sens où il s’agit de modèles turcs avec chasse d’eau manuelle (il faut jeter de l’eau et, au besoin, se servir du balai brosse après son passage). On dîne au restau de la maison d’hôte et on se boit une bière avec les autres pour conclure en beauté cette première journée de trek.

Chine