Oslo sous la pluie : entre prix Nobel et parc Frogner

Chose promise, chose due ! En raison du grincement incessant de nos lits superposés, la nuit fut particulièrement sportive. Je n’ose même pas imaginer le tintamarre dans un dortoir de douze personnes si les lits y grincent autant que les nôtres… Solution envisagée : poser le matelas du haut à même le sol parce que c’est de là que les grincements sont les plus intenses. Après cette mauvaise nuit, il faut un bon petit-déjeuner pour se remettre d’aplomb. Heureusement, celui du Saga Hotel Oslo Central est à la hauteur de nos espérances. Le choix est, en effet, vaste ; mention spéciale aux petits verres de frappés de fruits faits maison. Du salé, du sucré, chacun peut trouver son bonheur dans ce joli buffet. Voilà qui relève la note de l’hôtel, établissement par ailleurs équipé d’un beau salon, d’une cuisine à disposition des clients et d’une laverie.

L’ennui aujourd’hui, c’est qu’il pleut et que c’est parti pour durer une bonne partie de la journée qui sera donc consacrée aux musées. A la base, on avait jeté notre dévolu sur la galerie nationale sauf que celle-ci est actuellement fermée. On met donc le cap sur le centre Nobel de la paix. Le musée, dont l’entrée coûte 120 NOK, revient sur la vie d’Alfred Nobel et sur les personnalités qui se sont vues décerner le prestigieux prix. Étant donné que les autres prix Nobel sont attribués à Stockholm, le musée ne s’intéresse qu’au prix Nobel de la paix.

Il pleut toujours à la sortie du centre Nobel alors on enchaîne avec la visite du musée d’histoire. Pour cause de travaux, un certain nombre de salles sont fermées au public. Résumé des déambulations : Antiquité égyptienne, art des Indiens d’Amérique, pièces de monnaie vikings, films d’art et d’essai dont l’interprétation est propre à chacun. L’entrée coûte 100 NOK. Soyons honnêtes, nous n’avons pas été vraiment convaincus par ces deux musées.

Il est 13 heures et il commence à faire faim, ce qui nous pousse à franchir la porte du Elias Mat & Sånt (Kristian Augusts gate 14), restaurant proposant principalement poissons et fruits de mer. Verdict : la tartine de saumon fumé et la soupe de poisson sont excellentes.

Bravant la pluie, on prend la direction du parc Frogner. On voulait y aller en tram mais, contrairement aux informations délivrées par le Lonely Planet, il n’est pas possible d’acheter des billets à bord des rames même si la station est dépourvue de distributeur. La pluie étant un peu moins intense que ce matin, décision est prise de s’y rendre à pied. Ces trente minutes de marche à travers Oslo nous font découvrir d’autres quartiers de la ville. Plus on s’approche du parc, plus on voit de coquettes maisons avec jardin.

Le parc Frogner est un des endroits les plus visités de la capitale norvégienne. Il est célèbre pour abriter les œuvres du sculpteur Gustav Vigeland. Malgré la pluie, le parc est magnifique.

Les visiteurs soumis à des envies pressantes regretteront cependant le prix prohibitif des toilettes pour lesquels il faut débourser l’équivalent de un euro cinquante. Sur le chemin du retour, on passe par le port qui est très agréable en cette fin d’après-midi.

On rentre à pied se poser un peu à l’hôtel pour repartir ensuite de plus belle admirer l’opéra d’Oslo, dont l’architecture ne laisse pas indifférent. Nombreux sont les touristes à se promener sur le toit (ce toit piéton est une des originalités du bâtiment).

Histoire de réduire un peu la facture restauration, on entre dans un supermarché Coop acheter des pâtes et du pesto (ce n’est pas encore la politique de rigueur néanmoins il faut reconnaître que les restaurants ne sont pas donnés en Norvège) que l’on fait cuire dans la cuisine de l’hôtel. Sans surprise, il s’agit de notre repas le moins cher depuis notre arrivée. On discute avec un Malaisien puis avec un Américain. La clientèle de l’hôtel est donc internationale mais l’établissement semble loin d’afficher complet (on ne croise quasiment personne à notre étage).

Norvège