GR 34 : de Pordic à Saint-Brieuc

GR 34 : l’aventure continue !

De retour en Bretagne le temps des fêtes, quoi de mieux que de mettre à profit une journée pour arpenter les sentiers de ce bon vieux GR 34 ? Pour cette étape d’une journée, on choisit de partir de Pordic et non de l’embarcadère pour l’île de Bréhat devant lequel nous nous étions arrêtés lors de l’épisode précédent (GR 34 : de Bréhec à l’Arcouest).

Le point de départ de cette sortie hivernale est donc le domicile parental situé à Pordic. Figurez-vous que, cette fois-ci, nous sommes trois ! A force de parler du GR 34 en des termes laudateurs, on est parvenu à convaincre une amie de se joindre à nous. Ainsi, le groupe de randonneurs est aujourd’hui composé de Panda 1, Panda 2 et Panda 3.

A 8 heures 35, le peloton composé de trois marcheurs s’élance de la rue Chateaubriand. Il fait tout juste jour et, pour tout dire, le froid se fait sentir car le mercure ne dépasse pas cinq degrés. Comme lors du tout premier épisode de la série GR 34 (GR 34 : de Pordic à Bréhec), on emprunte le petit chemin en bas de la rue qui descend vers la plage du Vau Madec. Par endroits, le sol est recouvert de boue, il a dû visiblement pas mal pleuvoir ces derniers temps. La petite plage de galets en vue, on prend le chemin de droite en direction de Plérin. Le ciel est enveloppé d’une légère brume matinale.

Il faut une demi-heure de marche pour rallier la plage du Petit Havre, bien connue des Pordicais pour sa descente assez abrupte depuis le parc de stationnement, en partant de la plage du Vau Madec.

Il est très agréable de marcher ce matin d’autant que les rayons du soleil commencent à percer. On arrive sur la plage de Tournemine et son école de voile. Encore un peu de marche pour atteindre les Rosaires, la grande plage de Plérin. Le sentier nous mène sur la digue où les promeneurs et coureurs sont nombreux en cette fin de matinée. On déboule ensuite sur Martin Plage avant d’attaquer la montée, peut-être la plus raide jusqu’à maintenant, pour déjeuner sur le parc de stationnement qui permet d’accéder à la pointe du Roselier. Après 3 heures 18 de marche est donc venue l’heure du casse-croûte. Il y a certes des bancs mais on préfère manger debout car ils sont toujours recouverts par la rosée du matin.

La pointe du Roselier offre un magnifique point de vue sur la baie de Saint-Brieuc. Le Roher-Martin, ornée de sa croix, y trône en contrebas. Sa surface semble être peinte en blanc, peut-être pour prévenir tout risque de collision avec les bateaux.

On redescend pour arriver droit sur la plage de Saint-Laurent parsemée d’une multitude de coquillages (c’est sans doute la raison pour laquelle elle ne fait pas partie des plus fréquentées du coin).

Le port du Légué est en vue ! Soyons francs, le chemin qui y mène n’est pas la portion la plus agréable du parcours car le sentier suit la route. Quoi qu’il en soit, le Légué est devenu, ces dernières années, un lieu assez branché grâce aux bars (le QG, le Mar’mousse) et restaurants ( la Vieille Tour, la Cantine Éphémère) qui y sont implantés. Il y a même une boite de nuit, le Magnifik.

C’est au sortir du Légué qu’on se trompe de chemin. Il faut dire que le marquage n’est pas des plus clairs. Il n’est pas évident de distinguer à cet endroit les balises blanches et rouges de leurs confrères jaunes et rouges. Le marquage jaune et rouge nous conduit donc dans la vallée de Saint-Brieuc. C’est dans cette ville, où j’ai passé mes années de collège et de lycée puis trois ans à la fac de droit, que nous nous arrêtons aujourd’hui. En effet, la portion du GR 34 à l’Est de Saint-Brieuc n’est, selon nous, pas des plus excitantes. On se demande si on ne va pas « tricher » et reprendre vers Pléneuf-Val-André la fois prochaine, à moins qu’on décide de continuer le GR direction Ouest, à l’embarcadère pour l’île de Bréhat où nous nous étions interrompus la dernière fois.

Bilan de séance : on aura marché 21 kilomètres aujourd’hui entre 08 heures 35 et 14 heures 48 (c’est précis) avec une demi-heure de pause déjeuner et quelques petits arrêts boissons et en-cas.

Avant de clore cet article, je voudrais partager ici une adresse au cas où des randonneurs, désireux de cheminer le long du GR 34, chercheraient un hébergement. Entre les chambres d’hôte, hôtels et annonces Airbnb, les offres de service ne manquent assurément pas néanmoins, si mon avis vous intéresse, je recommande chaleureusement cette annonce Airbnb : https://www.airbnb.fr/rooms/17601078?location=Pordic&adults=1&guests=1&s=fBPYAyvT. La maison, qui appartient à des amis de ma famille, est en effet facilement accessible depuis le GR 34 (vos hôtes vous expliqueront à merveille comment rejoindre le sentier). La chambre est agréable et le petit-déjeuner copieux !

Jeu : saurez-vous repérer les balises ?

Grandes Randonnées

Mission : faire visiter la Bretagne et la Normandie en trois jours à un Indien

Que faire en moins de trois jours en Normandie et en Bretagne Nord ? C’est la question à laquelle je vais essayer de répondre dans ce post. Pour être plus précise, le défi consiste à faire visiter notre contrée natale à un Indien, collègue de Panda 2, en France pour six semaines. Étant donné qu’il aime voyager, on lui a proposé de nous accompagner en Bretagne. Le jour J est venu !

Le vendredi, à dix heures pétantes, nous quittons l’Ile-de-France qui commence à ressembler, comme une bonne partie du pays, à un four géant. Le frigo breton est donc attendu avec joie ! Après une rapide pause déjeuner sur une aire d’autoroute, nous nous arrêtons au Mont-Saint-Michel, territoire âprement disputés par deux camps : à ma droite, les Normands, à ma gauche, les Bretons. Mais loin de moi l’idée d’attiser de vieilles querelles, les Normands sont des voleurs de Mont-Saint-Michel, tout le monde (en tout cas, en Bretagne) le sait ! Quoi qu’il en soit, ça fait plaisir de revoir ce bon vieux Michel d’autant que cela faisait un bail que je n’avais pas arpenté les ruelles menant à la célèbre basilique.

Pour se rendre au Mont-Saint-Michel par la route, il faut se garer sur un des parcs de stationnement dédiés (6,50 euros pour moins de trois heures) puis emprunter une des navettes gratuites ou marcher jusqu’à l’îlot. Évidemment, il y a aujourd’hui beaucoup de visiteurs, la saison touristique battant son plein. Quatre musées jalonnent les rues du mont mais leur intérêt serait assez limité (je suis d’avis qu’il faut se méfier d’un restau ou d’un musée devant lequel s’époumonent des rabatteurs..).  L’abbaye est de toute évidence le point d’intérêt incontournable du Mont-Saint-Michel. Le billet d’entrée coûte dix euros, prix pour lequel vous cheminerez dans le cloître, l’église, sur le parvis et j’en passe. La mer est aujourd’hui très loin mais qu’importe !

On reprend la voiture et on roule une quarantaine de minutes pour atteindre cette bonne ville de Saint-Malo, bien connue des marins et des amateurs de rock (cf. festival de la route du rock). On se gare dans « l’intramuros » pour aller se promener le long des remparts.

Le mercure frôle les 30 degrés, ce qui explique qu’il y ait tant de monde sur la plage. On s’incline devant les statues de Jacques Cartier et Robert Surcouf avant de faire un tour dans la vieille ville. L’heure tourne, il est déjà plus de 19 heures et il nous faut encore une heure de trajet pour rallier Pordic, notre ville d’origine. S’en suit un dîner à la maison au cours duquel notre ami indien aura goûté, pour la première fois, au comté.

Après une bonne nuit de sommeil réparateur (elle l’est d’autant plus que la température est nettement plus basse qu’en Ile-de-France), on entame le programme du jour, à savoir la côte de granit rose, fleur du tourisme costarmoricain. La famille de Panda 2 nous accompagne dans nos pérégrinations ! On commence par Ploumanac’h, localité située sur la commune de Perros-Guirec. Les promeneurs (et même quelques baigneurs) sont présents en nombre. Classé monument historique depuis 1903, l’oratoire de Saint-Guirec est incontestablement la curiosité de cette plage. Selon la légende, les jeunes filles célibataires piquent une aiguille sur le nez du saint. Si l’aiguille reste plantée, le vœu de mariage sera exaucé avant la fin de l’année.

Les rochers roses et l’eau transparente donnent tout son charme à l’endroit, le seul bémol est peut-être la brume qui a bien du mal à se lever.

On déjeune au Moa, restaurant dont la principal attrait est de pouvoir accueillir beaucoup de convives en même temps. La carte est un peu pléthorique mais cela permet à notre ami Indien de se trouver quelque chose : du poulet frites. Les moules sont très bonnes tout comme le burger, par contre les galettes et les crêpes manquent clairement de goût. Originalité, l’établissement n’accepte pas la carte bancaire, refus justifié de manière assez surprenante dès la première page du menu en mode : nous ne voulons pas faire payer au consommateur les frais bancaires, les prix bas étant notre absolue priorité. Si le restaurant indique accepter les chèques, cette préférence revendiquée pour les espèces sonnantes et trébuchantes est, à mon sens, un peu suspecte.

Rassasiés, on continue la promenade en direction du phare de Ploumanac’h.

On reprend ensuite la voiture pour s’approcher du petit port de Buguélès. Certes, la marée est basse et temps toujours un peu brumeux mais l’endroit garde tout son charme.

La commune de Plougrescant est célèbre pour abriter la fameuse maison coincée entre deux rochers. Elle figure vraisemblablement parmi les lieux les plus photographiés de la côte.

DSC03684

En marchant quelques centaines de mètres plus loin, on tombe sur l’impressionnant gouffre de Plougrescant dans lequel les vagues viennent s’écraser (phénomène évidemment plus marqué à marée haute). La vue d’en haut est peut-être la plus saisissante.

Une visite des Côtes d’Armor n’en serait définitivement pas une sans une escale par le petit port de Gwin Zegal devant lequel nous sommes récemment passés lors de notre première étape sur le GR 34. Situé sur la commune de Plouha, l’endroit n’est pas très facile d’accès car très mal indiqué.

On est déjà dimanche et il est temps de remettre le cap sur l’Ile-de-France. Les plages du débarquement étant à peu de chose près sur notre route, nous en profitons pour montrer à notre ami indien Omaha Beach. Beaucoup de vent aujourd’hui sur cette plage normande mais le soleil est au rendez-vous, d’où une forte affluence.

La visite des cimetières militaires a toujours quelque chose d’émouvant. Celui d’Omaha Beach, qui surplombe la plage, est particulièrement impressionnant. Au nombre de croix blanches alignées, on se rend compte de l’ampleur du sacrifice de ces jeunes hommes venus d’un autre continent délivrer une contrée qu’ils ne connaissaient sans doute que de nom.

Voilà c’est fini ! Faire visiter la Bretagne et la Normandie en trois jours à un Indien : mission accomplie !

Bretagne

GR 34 : de Pordic à Bréhec

Tu peux voyager de par le monde, de São Paulo à Hong Kong, mais rien ne te fascine autant que la côte bretonne

Une fois n’est pas coutume, Fabuleux Détour vous emmène en France, plus particulièrement en Bretagne, ma belle région natale. Si je suis née et j’ai grandi en terres bretonnes, je ne prétends pas en connaître tous les recoins, loin de là. Alors pourquoi ne pas profiter d’un pont de mai pour arpenter les chemins du célèbre GR 34, plus connu sous le nom de sentier des douaniers ?

Je ne pense pas me tromper en écrivant que tous les Bretons, particulièrement ceux qui habitent sur la côte, se sont un jour promenés le long du sentier des douaniers. Le GR 34 ne m’est donc pas totalement étranger mais ma connaissance se limite à quelques courtes portions, ce qui explique peut-être mon excitation à la veille d’entreprendre une randonnée plus conséquente sur ces chemins. Nous allons, en effet, partir de Pordic (ville où habitent nos parents) pour gagner, dans un premier temps, Plouha où nous passerons la nuit avant de continuer le lendemain notre chemin le plus loin possible. Bref, tout un programme et je me sens presque aussi exaltée que dans les heures précédant un départ pour l’autre bout du monde !

On fait nos sacs en prenant soin d’empaqueter les provisions généreusement fournies par nos familles respectives et, à 08 heures 30, nous voilà dans ma rue prêts à partir ! On prend le petit chemin en bas de la rue Chateaubriand à Pordic. Pour le repérer, cherchez l’Ic ou plutôt entendez-le ruisseler. On descend donc par ce sentier sensé nous emmener vers les chemins du GR 34. Pour tout dire, nous ne sommes pas sûrs, au début, d’être dans la bonne direction car plusieurs sentiers, notamment équestres et de VTT, s’entrecroisent. Heureusement, on arrive assez vite sur la plage du Vau Madec (plage de galets inaccessible par la route), ce qui est plutôt bon signe car le GR 34 est un chemin côtier. Et, en effet, on tombe nez à nez avec une première balise !

Tous les signaux sont donc au vert et l’aventure peut vraiment commencer ! De Pordic, on peut également rejoindre le GR 34 en partant de la Pointe ou de la plage du Petit Havre. Après quelques centaines de mètres de marche, on distingue déjà bien Binic et ses plages, qui font l’été le bonheur des baigneurs (car se baigner en Bretagne à la belle saison ne relève pas de l’impossible). On traverse le port autour duquel trônent cafés, restaurants et boutiques. Envie d’une glace ? Arrêtez-vous chez Morice, sans doute un des meilleurs glaciers de la côte.

On monte les marches situées en face du phare (pas d’inquiétude, le tracé du GR est très bien balisé) et c’est là qu’on rencontre d’autres randonneurs. Nous sommes tous gâtés car il fait un temps superbe pour marcher, le soleil étant aujourd’hui au rendez-vous (comme quoi, il  ne pleut pas tout le temps en Bretagne !), ce qui rend la côte encore plus lumineuse. Les plages défilent sous nos yeux. Je reconnais celles des Moulins et des Godelins sur la commune d’Etables-sur-Mer où je suis souvent allée enfant.

C’est d’ailleurs à Etables que nous cassons la croûte. Il n’est certes pas encore midi mais la rando, ça ouvre l’appétit ! Après une bonne heure de marche, nous atteignons Saint-Quay-Portrieux. On passe devant le casino et l’Etrier, boîte de nuit où je suis parfois allée danser.

On déboule ensuite sur Tréveneuc puis sur la plage du Palus. Si je connaissais ces lieux de nom, j’avoue ne pas me souvenir de les avoir beaucoup fréquentés ou tout du moins de les avoir vus sous cet angle.

La dernière partie de notre étape du jour consiste en la traversée des falaises de Plouha, les plus hautes de Bretagne, et il s’agit sans doute de la portion la plus physique car le terrain monte davantage et le sentier est parfois très étroit.

Nous touchons au but ! Il est 17 heures 30, nous sonnons à la porte de la maison d’hôte Ty Jo dans laquelle nous avons réservé une chambre via Airbnb. Elle est située à une vingtaine de minutes de marche du sentier. En tout, on aura marché trente kilomètres et, soyons honnêtes, nos pieds nous le font bien sentir. Mes chaussures me font souffrir (et ce depuis ce matin) et Panda 2 est en délicatesse avec un tendon au niveau du genou. Ces considérations physiques passées en revue, revenons-en à la maison Ty Jo ! L’accueil est charmant, Joëlle est aux petits soins pour les visiteurs. Nous occupons une des trois chambres qui sont toutes équipées d’une salle de bain et de toilettes.

On prend l’apéro avec Joëlle et les autres clients avant de nous mettre en marche vers le restaurant que nous avons réservé. Il s’agit du Domaine de Keravel (lieu-dit la Trinité à Plouha), à quelques minutes de marche de notre lieu de villégiature. Le restaurant est établi dans un charmant manoir. La salle est admirablement bien décorée avec cette grande bibliothèque qui donne, de surcroît, de belles idées de lecture. Le menu est minimaliste : deux entrées, deux plats, deux desserts. La formule entrée-plat-dessert coûte trente euros. La cuisine est bonne (j’ai eu un petit coup de cœur pour l’entrée, les tomates mozzarella revisitées) mais ce n’est peut-être pas le meilleur rapport qualité prix du département.

Après une bonne nuit de sommeil réparateur, le petit-déjeuner concocté par notre hôtesse nous attend dans la salle à manger. On se régale avec les crêpes préparées à la demande qui sont excellentes (il faut dire que Joëlle a par le passé tenu un restaurant). A 9 heures 45, nous larguons les amarres avec dans nos sacs des sandwichs que Joëlle nous a généreusement laissé préparer avec du pain et du jambon. Le petit port de Gwin Zegal est notre premier arrêt. Ce site est peut-être un des plus beaux des Côtes d’Armor, la couleur de l’eau est magnifique.

La mer a de si beaux reflets turquoises qu’on se croirait presque sous d’autres latitudes.

J’aime beaucoup la plage Bonaparte, haut-lieu de la Résistance bretonne. Pendant la seconde guerre mondiale, le réseau Shelburn aida plus d’une centaine d’aviateurs britanniques à regagner leur île. Les aviateurs étaient regroupés dans la petite maison construite sur un rocher avant leur départ pour l’Angleterre.

DSC03288

On continue tant bien que mal car mes pieds commencent à me faire drôlement souffrir. Je n’aurais pas dû mettre ces chaussures de marche Décathlon très basses visiblement trop étroites pour marcher sans douleur sur une longue distance et choisir à la place ma paire plus montante et plus large de moyenne montagne (celles de haute montagne étant peut-être trop lourdes pour ce type de terrain)… Ces petites tracasseries n’enlèvent cependant rien à la beauté des paysages.

On passe par la plage de Bréhec située sur la commune de Plouha (qui est très étendue).

Le GR 34 se poursuit sur la route et là il faut bien se rendre à l’évidence, je marche de plus en plus lentement… Le plus frustrant, c’est que les pieds mis à part, je tiens le coup ! La mort dans l’âme, nous appelons les parents de Panda 2 pour qu’ils viennent nous chercher. Comme nous l’avions dit au début de cette aventure, nous sommes allés le plus loin possible mais nous espérions tout de même arriver un peu plus près de Paimpol. Physiquement, cette deuxième journée est un peu plus difficile que la première, la faute à un terrain plus vallonné. Malgré cette petite déception, cette portion du GR 34 est absolument magnifique.

Pour finir, voici quelques conseils à l’attention de ceux ou celles qui voudraient découvrir la Bretagne à pied :

  • prévoir un pantalon plutôt qu’un short car les sentiers sont parfois étroits et parsemés de ronces et d’orties. Avoir les jambes couvertes peut donc prévenir quelques désagréments.
  • se munir d’une bonne paire de chaussures (pas comme moi !).
  • en haute saison, réserver les hébergements à l’avance.
  • acheter une carte n’est pas forcément nécessaire car le sentier est très bien balisé et les applications du téléphone portable permettent de savoir où on en est.
  • emporter de la crème solaire car déjà il ne pleut pas constamment en Bretagne et ensuite ce n’est pas parce que le soleil est voilé que ses rayons ne passent pas.
  • pour parer à toute éventualité, ne pas oublier le petit blouson imperméable qui va bien.
  • prévoir un rouleau de papier toilette car si des trônes publics sont disséminés tout au long du parcours le PC n’est pas toujours au rendez-vous.
  • suivre les balises blanches et rouges mais je ne m’en doute pas, vous deviendrez rapidement des pros !

Jeu : à vous de repérer les balises !

Grandes Randonnées