L’hiver canadien : les dix commandements

1. Bien couvert, tu sortiras

Pas besoin d’avoir écrit une thèse de doctorat pour comprendre qu’on ne sort pas par moins 20 degrés en tongs et veste en jean. Le temps consacré à l’habillage et au déshabillage peut sembler très long mais, au bout de quelques jours, tu seras déjà plus efficient. Inutile de préciser que la parka, les bottes, la polaire et la sous-couche seront tes plus fidèles alliés.

2. Égarer un gant, ton pire cauchemar deviendra

Sache-le, les extrémités du corps sont les plus sensibles au froid. A ce titre, l’investissement dans une bonne paire de gants (ou encore mieux de moufles) est indispensable. Elle te sera si utile que ta plus grande hantise deviendra vite d’en perdre un et de devoir compter sur ta simple poche pour prévenir la triste perspective d’un doigt gelé.

3. Dans des bottes de neige, tu investiras

On continue sur les extrémités avec les pieds ! Le principe est le même que pour les mains, il faut les maintenir au chaud. Tu vois sans doute où je veux en venir mais une bonne paire de chaussures s’impose ! Le port de grosses chaussettes est également fortement recommandé.

4. Ta capuche, ta meilleure alliée deviendra

Déjà, quand les températures descendent en dessous de zéro, tes oreilles en prennent un coup alors quand en plus le vent se lève… Les jours de grand froid, il est même pertinent de porter un bonnet ou un cache-oreilles en dessous de sa capuche.

5. A des activités hivernales, tu t’adonneras

La neige permet une multitude d’activités. Tu auras donc l’embarras du choix entre ski, randonnée en raquettes, traîneau à chiens, motoneige, patin à glace, nuit dans un igloo. Bref, une fois que tu auras compris comment lutter contre le froid, plein de possibilités s’offrent à toi.

6. La dextérité des Québécois pour déneiger les routes et les avenues, tu admireras

Quand il tombe un mètre de neige, il faut bien en enlever un peu pour que les gens et les véhicules puissent passer. Étant donné qu’il neige en masse tous les hivers, les Québécois sont particulièrement bien équipés en machines en tout genre pour déneiger efficacement les voies de circulation. Bref, ce ne sont pas dix pauvres centimètres de neige qui vont paralyser la belle province !

7. De frites, d’œufs Bénédicte et de poutine, ton estomac tu rempliras

Au Québec, ce ne sont évidemment pas les restaurants qui manquent. Tu pourras y manger des frites, qui semblent être le mets phare de la gastronomie locale. Dans de nombreuses tavernes, tu redécouvriras à coup sûr des œufs Bénédicte. Tu feras également en sorte de ne pas échapper à la poutine, spécialité québécoise par excellence.

8. Le pourboire, tu n’oublieras pas

Que serait l’Amérique du Nord sans les pourboires tellement ceux-ci sont ancrés dans la culture de ces lointaines contrées. Il faut dire que la générosité des clients tient une part importante dans le salaire des serveurs, c’est la raison pour laquelle ceux-ci se montrent particulièrement amicaux, quitte parfois à en faire un peu trop. Le pourboire suggéré (entre 15 et 25% de l’addition) est souvent indiqué sur le ticket de caisse afin que le client ne s’emmêle pas les pinceaux avec le calcul.

9. Les taxes aux prix affichés, tu ajouteras

Au Canada, les prix affichés ne correspondent pas à la somme que tu vas payer arrivé à la caisse. En effet, contrairement au modèle français, les prix ne sont pas TTC. Dans le calcul de la somme que tu vas devoir sortir, il faut ajouter environ 10% du prix des produits ou de la prestation de service au total pour obtenir le prix final.

10. De la bière, tu boiras

Je ne sais pas si la bière pourrait être qualifiée de boisson nationale canadienne mais elle semble en tout cas constituer le breuvage le plus populaire. On en trouve bien sûr dans les bars ainsi que dans les supermarchés et chez les dépanneurs. Si la marque la plus populaire semble être la célèbre Boréale, un certain nombre de bars à Montréal brassent leur propre bière. A la tienne !

Québec

Les Laurentides en hiver

Située au Nord de Montréal, la région des Laurentides constitue une belle idée de lieu de villégiature en été comme en hiver. Évidemment, les activités diffèrent selon la saison mais, quelle que soit la période de l’année, vous ne devriez pas trop vous ennuyer.

1. Hébergement

S’il est très populaire de camper l’été partout au Québec, cette solution d’hébergement, certes bon marché, n’est pas celle qui a le plus la cote en hiver. En vous y prenant assez tôt, vous ne devriez pas rencontrer trop de difficultés pour trouver un chalet. Le nôtre (déniché sur Airbnb) était sur la commune de Lac-Supérieur, petite localité située à une dizaine de minutes de voiture de Mont-Tremblant. Disposant de quatre chambres, d’un spa et d’un sauna, ce chalet, qui fait partie d’un large complexe immobilier, a parfaitement répondu à nos attentes. Son seul défaut était peut-être la température relativement froide qui y régnait malgré le chauffage (il semble que les grandes baies vitrées, qui apportent certes de la luminosité, ne facilitent pas le travail des radiateurs).

2. Location d’un char

Pour se rendre à Lac-Supérieur, il n’y a pas vraiment d’autre solution que celle de louer un véhicule. Nous avons donc loué deux voitures (car nous étions huit à être de la partie) dans une agence Enterprise à Montréal. La bonne nouvelle, c’est que les tarifs étaient très abordables. Ainsi, la location d’une Kia Soul pour cinq jours nous a coûté à peine plus de cent euros (ce qui est assez bizarre, c’est que le gars nous a accordé des rabais alors que nous n’avons absolument rien négocié). Tous les véhicules loués en hiver sont équipés de pneus neige.

3. Traîneau à chiens

Parmi les activités hivernales plébiscitées par les touristes, le traîneau à chiens figure en bonne position. Nous nous y sommes essayés chez Laurel Nature Aventure, prestataire implanté sur la commune de Wentworth-Nord (à environ une heure de route de Mont-Tremblant). Si l’activité est largement proposée au Québec, il ne faut pas hésiter à réserver quelques jours en avance car les places partent vite. Chez Laurel, les chiens ne sont pas tous de la même race mais ils sont tous adorables. Apparemment, certains ont été recueillis. Concrètement, comment ça se passe, le traîneau à chiens ?

      1. Formation au pilotage et aux règles de sécurité : c’est assez long et ça fait un peu peur car on pourrait penser qu’il faut avoir fait Polytechnique pour conduire un traîneau…
      2. Entraînement sur un traîneau avec une âme charitable humaine dans le rôle du toutou
      3. Rencontre avec l’attelage. Les chiens qui vont avoir le privilège ou le malheur de traîner ma carcasse s’appellent Apache, Link et Archie
      4. Préparation de l’attelage : un peu stressant car les chiens n’en finissent plus d’aboyer (surtout Apache)
      5. Départ des attelages : le guide part en tête, les touristes suivent tant bien que mal (pas de souci à se faire cependant, le grand manitou regarde régulièrement dans le rétro pour voir si tout le monde suit)
      6. Rythme de croisière : après le stress des premières minutes, les apprentis pilotes prennent de l’assurance, y compris dans les descentes. En montée, il faut aider les chiens en poussant le traîneau.
      7. Pause thé ou chocolat chaud
      8. Reprise des négociations : on lâche de nouveau les chiens
      9. Retour au port après une heure et demi de promenade : on libère les chiens des traîneaux et harnais, on félicite les toutous et on remet un diplôme aux apprentis conducteurs

Bilan : conduire un traîneau à chiens n’a rien de complexe, des enfants de douze ans y parviennent. Aucune chute à signaler même si on a tous eu peur, un moment ou à l’autre, de tomber. Expérience positive (mais qui a un coût, environ 150 dollars par personne) néanmoins mon cœur se serre à la vue des cages dans lesquelles les chiens sont installés car elles ne sont pas très spacieuses. C’est sans doute la raison pour laquelle les animaux ont l’air heureux de sortir. D’après ce qu’on nous a dit, les chiens ne sortent pas en attelage l’été car ils ont beaucoup de mal à supporter la chaleur. J’espère cependant qu’ils ne restent pas tout le temps dans leurs chenils !

4. Motoneige

A l’image du traîneau à chiens, la motoneige figure parmi les activités d’hiver les plus populaires au Québec. Laurel Nature Aventure proposant également une initiation à la conduite de ces engins, c’est ici qu’une partie d’entre nous apprend les rudiments du pilotage de motoneige. Je n’étais pas de la partie donc je ne pourrais pas en dire beaucoup plus mais, d’après des témoignages concordants, les paysages traversés étaient magnifiques. Pour faire de la motoneige en duo, il faut débourser dans les 200 dollars pour deux heures de conduite.

5. Ski

Même si les sommets des Laurentides ne sont pas si élevés, ils offrent de belles possibilités aux skieurs. La station de Mont-Tremblant est peut-être la plus célèbre, tout du moins pour le ski de descente. Les forfaits, tout comme la location du matériel, sont très chers. La station de Mont-Blanc propose des prix un peu plus avantageux avec un forfait journalier à 69 dollars et des locations de skis, masques et casques à partir de 70 dollars.

6. Parc national du Mont-Tremblant

Le parc national du Mont-Tremblant est, d’après l’ami Wikipédia, le deuxième plus grand du Québec. Situé à seulement quelques minutes de voiture de notre chalet de Lac-Supérieur, l’occasion était trop belle ! L’accès au parc, géré par la Sépaq (comme un certain nombre de parcs québécois) coûte 8,75 dollars par personne. Pour 18 dollars, on peut louer des raquettes et c’est pour cette activité que nous optons. On jette notre dévolu sur les sentiers de la Roche, la Coulée et la Corniche, qui forment une boucle de 8,2 kilomètres. Rien de très difficile, 255 mètres de dénivelé, et surtout de très jolies vues sur le lac Monroe entièrement gelé. Les raquettes sont appréciables sur les portions où le manteau neigeux est profond. Il est également possible de faire du ski de fond au parc national du Mont-Tremblant.

7. La Montfortaine et le corridor aérobique

Situé à une heure de route de Montréal et de Lac-Supérieur, le village de Montfort propose un certain nombre d’activités hivernales. Au pavillon Montfort, qui en plus d’être un office du tourisme est aussi une église, nous sommes chaleureusement accueillis. Nous louons des crampons en échange de 10 dollars, car selon les dames du pavillon, la neige est déjà bien tapée donc les raquettes ne sont pas forcément indispensables. Les randonnées bleue, verte et jaune nous font découvrir le parc régional des Pays d’en Haut. Elles ne sont pas très compliquées même s’il y a un peu de dénivelé. On marche ensuite quelques kilomètres le long du corridor aérobique qui est aménagé le long d’une ancienne voie ferrée. L’endroit est très prisé pour la pratique du ski de fond.

8. Où manger ?

Nous avons cassé la croûte à deux reprises à Saint-Sauveur :

  • Café White et Compagnie (31 avenue de la Gare) : tartines, bons petits plats, pâtisseries. Excellente adresse !
  • Allô ! Mon coco (66 avenue de la Gare) : jus de fruits, œufs, bagels, burgers et j’en passe. Un bon rapport qualité prix mais un peu « cochon » (comprendre gras)

Québec

L’hiver canadien : guide de survie

Neige, températures négatives, vent glacial… L’hiver canadien a de quoi effrayer les plus frileux ! Certes, le mois de février au Canada n’a rien de tropical mais dédramatisons ! Pour vous donner une idée de ce que j’ai emporté, voici un inventaire à la Prévert du contenu de mon sac à dos :

  • Ce que j’avais déjà dans les placards (parfois depuis des années) et que j’ai emmené:
  1. Une polaire Décathlon de randonnée d’hiver
  2. Un pantalon Décathlon de randonnée neige
  3. Un sous-pantalon Décathlon en laine mérinos
  4. Des chaussures de randonnée (modèle haute montagne)
  5. Des chaussons (pour ne pas avoir froid aux pieds dans les appartements)
  6. Trois paires de chaussettes de randonnée
  7. Deux sous-pulls de randonnée, l’un en polaire, l’autre en laine mérinos
  8. Une paire de collants polaires
  9. L’incontournable gourde en inox
  • Ce que je n’avais pas dans les placards et que j’ai dû me procurer :
  1. Une grosse parka Décathlon (110 euros) : coup de chance, elle m’a gentiment été prêtée par une amie (allez faire un tour sur son blog de voyage, il est très réussi !)
  2. Une paire de moufles de ski Ellesse (35 euros chez Go Sport) réputées tenir plus chaud que les gants
  3. Une paire de sous-gants (10 euros chez Décathlon ; pas terribles, plusieurs trous se sont formés à la main droite)
  4. Deux paires de chaussettes Décathlon dites grand froid (environ 15 euros)
  5. Un sous-pantalon en synthétique Odlo (35 euros au Vieux Campeur)
  6. Une polaire Ragwear (50 euros au Vieux Campeur) plus chaude que respirante ; j’avais certes d’autres polaires de rando mais j’avais peur qu’elles ne soient pas assez épaisses
  7. Un sous-pull de randonnée Décathlon en laine mérinos à col montant (35 euros)
  8. Des bottes de neige Sorel. Il s’agit de mon plus gros investissement. La frileuse des pieds que je suis craignait plus que tout pour la survie de ses chers orteils et a aligné 140 euros pour une paire de bottes au Vieux Campeur. Quoiqu’un peu lourdes, elles ont parfaitement fait l’affaire, en ville comme dans les sentiers enneigés. Panda 2 avait, lui, opté pour une paire de bottes Décathlon à 35 euros, achat peu concluant car ses pieds furent souvent mouillés…

C’est à peu près tout (loin de moi l’idée de détailler le nombre de culottes ou le contenu de la trousse de toilette) car je n’avais pas de bagage en soute. Voyager avec un bagage cabine pour seul compagnon permet de partir plus léger, ce qui est d’autant plus facile quand on loue des appartements équipés d’une machine à laver et d’un sèche-linge.

Alors, ai-je survécu ? La rédaction de cet article permet de trancher par l’affirmative ! La température au Québec l’hiver est en fait très variable selon les jours. On aura ainsi expérimenté du -24 au +5. Quand il faisait vraiment froid, je portais mon pantalon de randonnée neige assorti d’un sous-pantalon. Alors que le pantalon était au lavage, j’ai porté un sous-pantalon avec le collant polaire par dessus sans sentir tant que ça le froid montréalais. Sortir en jupe à Montréal n’a donc rien d’impossible, il suffit d’avoir les bons vêtements. J’aurais même pu apporter une robe supplémentaire (moi qui ne porte presque jamais de pantalons) !

Québec

Québec : bilan

Une fois n’est pas coutume, commençons par faire la liste de ce que j’aurais pu emporter et ce de que j’ai transporté dans mon sac mais qui, tout compte fait, m’a été inutile !

Ce que j’aurais pu emporter :

  • des tongs car c’est toujours pratique dans les auberges et au sortir de la douche au camping ;
  • un sous-pull à manches longues parce qu’en Gaspésie, il a fait froid ;
  • un pyjama plus chaud, pour la même raison.

Ce que j’ai emporté mais dont je ne me suis au final pas servi :

  • les répulsifs anti-moustiques (peut-être ces bestioles sont-elles moins présentes en septembre ?) ;
  • le rouleau de papier toilette (les sanitaires des hôtels de plein air en sont pourvus) ;
  • mon short en jean (températures trop froides pour le porter) ;
  • les médicaments (pas de malades heureusement, mais on ne sait jamais, mieux vaut avoir quelques trucs avec soi) ;
  • le masque de sommeil (la tente était suffisamment opaque et, réflexion faite, je ne suis pas certaine de pouvoir supporter cet accessoire autour de ma tête).

Passons au bilan à proprement parler !

Cette petite virée dans la belle province fut fort sympathique. Comme d’autres avant moi, j’ai été marquée par la gentillesse et la spontanéité des Québécois. J’en oublierais presque leur accent et leurs expressions du type « c’est mon plaisir », « présentement » et j’en passe.

Si Montréal est sans doute une métropole agréable à vivre, je ne pense pas que ce soit vraiment mon style de ville. En tant que touriste, je ne trouve pas qu’il y ait beaucoup de choses à y voir. Riche en histoire, Québec est une cité, à mon sens, plus intéressante.

Bien plus que les villes, les parcs nationaux m’ont enchantée. Les trois que nous avons visités sont absolument splendides avec peut-être une petite préférence pour celui de la Gaspésie où je serais volontiers restée un jour supplémentaire. Camper dans ces parcs fut une superbe expérience que je recommande vivement. En effet, les emplacements sont très bien aménagés, ce qui est idéal pour des novices en la matière. La Gaspésie m’a beaucoup plu, découvrir cette partie du Québec vaut vraiment le coup. Mon cœur préfère néanmoins le nord de cette région, la Baie des Chaleurs et la vallée de la Matapédia étant, selon moi, un peu moins attrayantes.

Entre les taxes et les pourboires, manger au restaurant est assez onéreux pour une qualité pas toujours au rendez-vous. Les cuisines équipées des auberges de jeunesse (et de certains motels, paraît-il) permettent de se concocter son repas et de réduire ainsi les frais.

Québec, de tes paysages, je me souviens ! J’espère te retrouver un jour, pourquoi pas en hiver pour te voir revêtu de ton manteau blanc même si, dans le cas où je serais amenée à retourner au Canada dans les années à venir, un de mes souhaits les plus chers serait de découvrir la Colombie Britannique.

A bientôt pour de nouvelles aventures !

Québec

Le Bas-Saint-Laurent

On prend le petit-déjeuner en compagnie d’un coupe de retraités québécois originaires d’une région située au Sud de Montréal. La dame est issue d’une (très) grande famille, sa mère ayant eu au total 23 enfants (mais tous n’ont pas survécu), ce qui s’expliquerait notamment par le fait que son père avait « peur du curé ». Avant de plier bagage, nous discutons avec notre hôtesse qui nous parle de la vie dans cette bonne ville de Sayabec en hiver. Avec des températures frôlant les -30 degrés, mieux vaut être correctement équipé ! On apprend qu’une station de ski est située dans les environs. Elle ne comprend qu’une seule piste alors que le prix du forfait est élevé. Il fait si froid qu’un local chauffé attend les skieurs au sortir du télésiège avant de se lancer dans la descente…

Suivant les conseils de Mélanie, on s’arrête à la Fromagerie des Basques située sur la commune des Trois-Pistoles. On mange des sandwichs achetés sur place. La fromagerie vend un certain nombre de produits comme du lait, du pain et divers plats préparés. Elle est ouverte 24 heures sur 24 ! Le fromage fabriqué ressemble à du cheddar. On peut en acheter sous plusieurs formats mais rien n’est disponible à la coupe, tout étant déjà préemballé. La fromagerie gère également un restaurant, je vous laisse imaginer l’ingrédient de base des plats au menu.

Avec ses presque 20 000 habitants, Rivière-du-Loup est le chef-lieu de la municipalité régionale du comté qui porte le même nom. Le musée du Bas-Saint-Laurent permet d’en apprendre un peu plus sur l’histoire de la ville qui fut un important carrefour ferroviaire jusqu’à la moitié du XXe siècle. Le musée présente de nombreuses photographies anciennes de la ville et de ses habitants ainsi que des expositions d’artistes locaux. L’entrée coûte 7 dollars, je ne dirai pas qu’il s’agit là d’un passage obligé mais quand le temps est pluvieux…

On se rend ensuite au parc des chutes de Rivière-du-Loup. Les dites chutes seraient hautes de 30 mètres, le hic, c’est qu’on ne les a pas vues… En effet, pas de torrent d’eau comme sur les photos visibles sur Internet. Est-ce parce que le débit a été réduit par une manœuvre de la centrale hydroélectrique ? Quoi qu’il en soit, on se promène dans ce très agréable parc qui est sillonné par plusieurs sentiers.

Il est temps de mettre cap sur l’Islet où nous avons réservé, une fois n’est pas coutume, un studio dans une résidence de tourisme répondant au doux nom de Studios Vacances Marchant de Bonheur. L’accueil des propriétaires est des plus sympathiques. La demeure est, de surcroît, très bien décorée, notamment grâce aux œuvres d’art de Monsieur. Notre appartement est dédié à Gabrielle Roy, écrivaine québécoise décédée en 1983, dont plusieurs romans ornent la table de chevet. Le studio est propre et particulièrement bien équipé, ce qui en fait sans aucun doute une base agréable pour découvrir la région. Par ailleurs, nous avons une belle vue sur l’imposant jardin qui est même agrémenté d’un petit étang.

On se fait cuire des pâtes avant de ranger les sacs car il nous faudra rendre la voiture demain matin à Québec. Bref, ça sent la fin de campagne !

Québec

De Miguasha à la vallée de la Matapédia

Au gîte Leblanc, le petit-déjeuner est délicieux. Au menu : muffins, pancakes aux myrtilles, confiture maison. C’est le ventre bien plein que nous mettons le cap sur le parc national de Miguasha, parc très différent de ceux que nous avons pu visiter jusqu’à présent en ce qu’il est consacré à la paléontologie. En effet, Miguasha est le site le plus riche au monde en fossiles du Dévonien, d’où son inscription au patrimoine mondial de l’Unesco.

Les frais d’admission payés (20 dollars par personne), on regarde un film sur le parc avant d’assister à une présentation passionnante consacrée à un fossile trouvé en 2010 familièrement surnommé le Roi de Miguasha.

DSC04404

Un musée revient sur l’évolution et présente de nombreux fossiles découverts sur le site. Une visite guidée d’une trentaine de minutes nous emmène sur le rivage arpenté par les paléontologues.

La visite de ce parc national est intéressante en ce qu’elle met la paléontologie à la portée de tous. Ceci étant dit, inutile de prévoir trop de temps sur place car, contrairement aux autres parcs nationaux du Québec, celui de Miguasha n’est pas parsemé de sentiers de randonnée.

Ce mardi 18 septembre marque le grand retour de la pluie et du froid… On mange du pain, du jambon et du fromage dans la voiture avant de prendre la direction de Pointe-à-la-Croix, localité célèbre pour abriter le lieu historique national de la bataille de la Restigouche. Malheureusement, nous trouvons porte close. Il faut savoir que passé mi-septembre, un nombre important de lieux d’intérêt et restaurants ferment au Canada.

Petite vile au confluent des rivières Restigouche et Matapédia, Matapédia semble perdue dans la forêt. On trouve un point d’informations touristiques (il s’agit d’un kiosque en bois, les documents sont en libre service) où nous mettons la main sur un dépliant avec les randos du coin mais la pluie nous décourage… On continue donc la route vers Amqui, toujours accompagnés par la grisaille et la pluie. On y fait quelques courses au supermarché Métro avant de gratter du wifi chez Dollarama afin de suivre la rencontre de Ligue des Champions opposant le FC Liverpool au Paris Saint-Germain (les lecteurs réguliers de ce blog doivent se dire que nos vies tournent autour du football…).

On s’arrête à plusieurs reprises admirer le lac Matapédia.

Le hic, c’est que le ciel est très gris, ce qui fait qu’on ne voit pas grand chose… Bref, autant dire que cette journée ne restera pas gravée comme la meilleure du séjour. Le Routard est, par ailleurs, assez peu disert sur la vallée de la Matapédia. Peut-être aurions-nous dû passer un peu plus de temps du côté de Percé pour nous rendre sur l’île Bonaventure ?

On atteint Sayabec, note lieu de villégiature d’un soir. Non répertoriée par le Routard, la ville n’est sans doute pas pourvue d’un grand intérêt sur le plan touristique. Lorsque nous arrivons au Gîte du Relais Dort, la température frôle péniblement les dix degrés. Nous y sommes accueillis par Mélanie, la propriétaire du lieu. Elle nous montre les denrées à notre disposition pour le petit-déjeuner (entre le pain de mie, les bagels, les yaourts et les fruits, il y a du choix). Elle nous permet de faire cuire nos pâtes dans la cuisine pour le dîner. Ce soir, nous sommes les seuls « voyageurs » à dormir ici, preuve que la saison touristique touche à sa fin.

Québec

La Baie des Chaleurs

Les environs sont calmes et les draps sentent bon, tout est donc réuni pour passer une belle nuit de sommeil aux Acres Tranquilles. Et que dire du petit-déjeuner ? Absolument délicieux ! On a le choix entre pain perdu et omelette jambon poivron et les deux sont succulents ! Le yaourt fait maison, les pâtés et les petites pâtisseries valent également le détour. Une impressionnante collection de théières et de salières orne les murs. Nous payons 80 dollars pour la chambre avec petit-déjeuner inclus.

Notre première étape de la journée est la petite ville de Hope où on marche le long d’un petit sentier menant à un rocher percé. Le dit rocher est occupé par toute une colonie d’oiseaux.

On poursuit avec Paspédiac et son site historique du banc de pêche qui retrace l’histoire du complexe de pêche et de construction navale construit à la fin du XVIIIe siècle par Charles Robin. Grâce à lui et à son compatriote Le Boutillier (ils sont tous les deux de Jersey), Paspédiac devient une plaque tournante du commerce de la morue. Certaines bâtisses sont aujourd’hui aménagées en musée. On y sent encore des odeurs de morue et de vieille charpente.

Mention spéciale au forgeron qui nous offre un clou travaillé par ses soins. L’entrée au site coûte 12 dollars.

On fait quelques courses au supermarché IGA de Paspédiac avant de pique-niquer sur la « halte municipale » de cette même ville. Si vous prenez la route au Québec, impossible de passer à côté de ces haltes qui sont généralement pourvues de tables en bois, de toilettes et d’une cabine téléphonique. Ces aires ont l’air d’être une institution ici car chaque localité a la sienne.

La route 132 nous amène à Bonaventure qui abrite le musée acadien dont l’entrée coûte 12 dollars. On y apprend plein de choses sur les Acadiens, principalement venus du Poitou, dont l’histoire a été marquée par un exil forcé par les Anglais plus connu sous le nom de « grand dérangement ».

A Bonaventure, il y a une gare ferroviaire. Renseignements pris au musée, elle n’accueille plus le moindre passager depuis quatre ans car les travaux promis par le gouvernement ne sont toujours pas effectués. La gare est donc désaffectée : ses vitres sont brisées et ses alentours sont jonchés de détritus. Le chemin de fer ne se porte visiblement pas très bien en Gaspésie.

L’arrêt suivant est New Richmond. Pas grand chose à signaler, il faut bien le dire. On marche le long de la marina où se massent les pêcheurs à la ligne.

On atteint Carleton-sur-Mer, localité dans laquelle nous allons passer la nuit. Le phare de Carleton est, selon les dires de notre hôtesse, purement touristique dans le sens où il ne guide aucun bateau. Ses alentours offrent malgré tout une belle vue sur la mer et sur les bancs de sable. Il est apparemment possible de monter en haut du phare (on l’a su trop tard).

Le centre culturel Quai des Arts met à disposition des visiteurs un dépliant présentant les sentiers de randonnée qui sillonnent la ville. On emprunte celui de l’Eperlan qui nous mène jusqu’à une chute d’eau.

Il est l’heure de rejoindre notre maison d’hôte, le gîte Leblanc. L’accueil est sympathique et la maison très propre. Notre chambre dispose d’un petit lavabo, la salle de bain étant partagée (mais nous sommes en fait les seuls à l’utiliser). Ici, à Carleton-sur-Mer et dans ses environs, les téléphones portables ont tendance à se mettre à l’heure du Nouveau-Brunswick, c’est-à-dire 60 minutes plus tard par rapport à l’heure légale au Québec !

Pour le dîner, on se rend au Marin d’eau douce, restaurant spécialisé dans les poissons et fruits de mer. La file d’attente est longue mais cela vaut le coup de patienter car les plats, tout particulièrement le suprême de saumon à l’amérindienne, sont délicieux.

Québec

Au parc national du Bic

Les pancakes du petit-déjeuner, une sympathique discussion avec une compatriote arrivée hier soir dans notre dortoir, et nous voilà fin prêts pour quitter Québec. Encore faut-il aller chercher la voiture que nous avons réservée sur Internet ! La location nous a coûté 275 euros. L’ajout d’un deuxième conducteur étant assez onéreux, nous n’avons pas choisi cette option. L’agence Hertz se trouve dans le vieux Québec. Les formalités effectuées, un adorable monsieur nous emmène récupérer le véhicule. Notre char est bien plus gros que prévu, il s’agit d’une Toyota Camry évidemment automatique. J’entends mon oncle dire : « ça fait voiture de notaire en retraite ! ». Le premier arrêt, c’est Montmagny, plus particulièrement les magasins Dollarama et Canadian Tire où nous achetons le matériel qui nous manque pour camper, notamment le réchaud. On déjeune au Subway de cette bonne ville de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, dans laquelle les plus téméraires pourront visiter le musée de l’agriculture.

Notre inquiétude du moment, c’est les conditions météo ! Il faut dire que depuis ce matin, il ne cesse de pleuvoir… Quand on arrive au parc national du Bic (depuis Québec, compter environ trois heures de route), dans lequel nous sommes censés camper, une pluie fine continue à tomber. On entre dans le centre des visiteurs où on nous remet les documents justifiant notre présence dans le parc (un papier est à placer dans la voiture, un autre dans un panneau dédié devant l’emplacement). L’emplacement tente coûte 35 euros, somme réglée lors de la réservation sur Internet. Notre lieu de villégiature trouvé, on part sans plus attendre se promener. On choisit le bien nommé chemin du Nord qui nous mène sur plusieurs anses.

Les paysages sont magnifiques mais la vue est malheureusement bien bouchée par la brume. On aperçoit malgré tout une biche, un lapin et des écureuils. Revenus à l’emplacement, on monte la tente sans trop de difficulté. On veut utiliser le réchaud pour préparer le repas mais nous nous prenons conscience que l’installation et le maniement de l’engin ne sont pas si aisés la nuit tombée pour les néophytes que nous sommes. Heureusement, le pain, le fromage et le jambon nous offrent une solution de repli !

Je suis positivement impressionnée par les blocs sanitaires attenants à notre emplacement. Douches, toilettes et éviers pour faire la vaisselle sont très propres et en parfait état.

C’est justement en revenant des sanitaires que je me suis retrouvée quasi nez-à-nez avec une biche tranquillement posée devant notre emplacement ! Me voyant approcher, la créature a pris la fuite.

Québec

De Québec aux chutes de Montmorency

Les lits de l’auberge Maeva sont assez rudimentaires. Ils grincent beaucoup surtout ceux du haut. Malgré tout, j’ai bien dormi (mais pas Panda 2 qui justement était en haut). Quoi de mieux que des pancakes pour commencer la journée ? C’est ce dont nous sommes gratifiés à l’heure du petit-déjeuner !

Comme hier, on fait un tour dans la vieille ville, passant notamment par la très belle place d’armes ornée du buste de Louis XIV.

Les photographes se massent en face de la célèbre fresque des Québécois, qui est, il est vrai, pour le moins impressionnante.

DSC04002

Le plan était de visiter ce matin le musée de la civilisation mais nous trouvons malheureusement porte close car celui-ci est fermé le lundi tout comme celui des beaux arts du Québec… Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, nous décidons de changer de programme et de mettre le cap sur les chutes de Montmorency. Pour s’y rendre, il faut prendre le bus 800 (il dessert notamment la station Youville). Acheté dans le bus, le ticket coûte 3,50 dollars. Une demi-heure plus trad, nous arrivons au terminus de la ligne. On tombe sur un restaurant gastronomique américain (comprendre un Mac Do) où nous nous laissons tenter par un bagel garni au Philadelphia. L’accès aux chutes de Montmorency est gratuit sauf si vous choisissez d’emprunter le funiculaire. On traverse le pont qui surplombe la chute, puis on descend les escaliers.

Plusieurs passerelles permettent de s’approcher de la chute et de se rendre compte du débit. A certains endroits, l’eau vient caresser les vêtements mais rien de bien méchant à condition de revêtir un manteau.

On remonte les escaliers pour regagner notre point de départ. Les plus téméraires pourront tenter la tyrolienne ou la via ferrata.

De retour à Québec, on achète des timbres dans un bureau de poste ou plutôt une grande pharmacie. Les timbres sont bien plus chers qu’en Europe ! On retourne ensuite dans la partie la plus touristique de la ville pour faire un tour sur le vieux port. On marche ainsi jusqu’au marché du vieux port, halle accueillant des marchants de fruits et légumes, de confitures et bien sûr de sirop d’érable.

On s’arrête boire un smoothie à la Serre (117 rue Dalhousie), sympathique comptoir proposant jus, soupes et salades.

C’est l’heure de la corvée de lessive que connaît tout voyageur en sac à dos. Ça tombe bien, la laverie de la rue du Roi est proche de l’auberge Maéva. Malheureusement, nos espoirs sont vite douchés car la moité des machines sont hors service et, comble de malchance, le distributeur de lessive est à sec… Les deux dépanneurs à proximité de la laverie ne proposant pas de lessive en petit format, nous sommes contraints de nous mouvoir vers une autre laverie située dans le vieux Québec, rue Sainte-Ursuline. Les prix sont plus élevés que dans le premier établissement (quatre dollars pour une machine,  un dollar pour quinze minutes de séchoir) mais la laverie semble bien mieux entretenue. Il est censé y avoir du wifi néanmoins le réseau indiqué reste introuvable. La lessive achevée (la fin de la corvée est passée vite grâce à une sympathique discussion avec un Québécois), on rentre dîner à l’auberge. Nous avons acheté, un peu plus tôt, des pâtes et du pesto rouge au supermarché Métro. C’est le premier soir que nous n’allons pas au restau depuis le début du séjour. Pour dire la vérité, on s’est rendu compte qu’on avait dépensé en trois jours presque la moitié des mille euros changés en France… Le temps est donc venu de réduire un peu la voilure ! Le repas, pris dans la cuisine en compagnie d’autres voyageurs, est très convivial.

Québec

Dans son quartier du vieux Québec…

Au revoir Montréal, nous partons pour Québec ! On prend le petit-déjeuner et grâce aux ordinateurs installés dans le bar, on fait de la place sur la carte graphique de l’appareil photo. La gare routière se trouve tout près de l’auberge et cela tombe bien car on se rend en car à Québec. Le billet, acheté quelques semaines à l’avance sur Internet, coûte 25 dollars. A dix heures pile, l’engin de la compagnie Orléans Express démarre. Les trois heures de trajet se passent paisiblement ; petit plus, les autocars sont pourvus du wifi. La route, essentiellement une longue ligne droite, est assez monotone.

Une fois arrivés dans le centre-ville de Québec, nous marchons vers l’auberge Maeva (671 rue Saint-François Est) où nous avons réservé pour deux nuits. Petite frayeur quand on lit sur la porte que la réception n’est ouverte qu’entre 15 et 21 heures… Malgré tout, on sonne et, miracle, la porte s’ouvre, ce qui nous permet de déposer nos sacs.

On mange à la Boîte à pain (289 rue Saint-Joseph Est), boulangerie proposant pains, sandwichs et pâtisseries. C’est pas mauvais, moins cher et aussi plus rapide qu’un restaurant traditionnel. On traverse ensuite la haute ville parsemée de jolies maisons.

On entre dans un magasin de vieux disques et de livres installé dans ce qui semble être une église désacralisée. Notre région natale n’étant jamais bien loin, on tombe sur un guide touristique consacré à la Bretagne paru aux éditions Ouest-France.

Le parc des Champs-de-Bataille fait partie des plus grands espaces verts urbains au monde. Ce dimanche doit être un jour spécial car des gens habillés en costumes d’époque sillonnent le parc. On assiste à une séance de tir au fusil et à des démonstrations de vieux métiers.

Nos déambulations se poursuivent avec la promenade des gouverneurs, ainsi nommée en hommage à ces administrateurs en chef du Canada. La promenade prend fin sur le parvis du célèbre château Frontenac, construit en l’honneur de Louis de Buade (1622-1698), comte de Frontenac, gouverneur de la Nouvelle-France. Sachez que vous pouvez dormir dans cet imposant édifice inauguré en 1893 car il s’agit d’un hôtel !

La rue Saint-Jean est l’artère principale du vieux Québec. Très animée, elle regorge de boutiques en tous genres.

On entre dans la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec mais notre progression dans l’édifice est mise à mal par la messe qui s’y déroule. On marche le long des remparts cependant, en raison de travaux sur certaines portions, nous ne pouvons pas aller très loin. On se promène dans la vieille ville passant notamment par le quartier du petit Champlain qui est très mignon mais très touristique.

On se promène le long des berges du Saint-Laurent, particulièrement agréables en cette fin d’après-midi. Pour remonter vers le parc des Champs-de-Bataille, on emprunte un grand escalier de bois qui doit frôler les 300 marches. Après nous être inclinés devant la statue du Général de Gaulle (« Vive le Québec libre ! »), nous regagnons l’auberge Maeva. Notre chambre est un dortoir de six lits plutôt bien décoré mais, une chose est sûre, l’extérieur de l’auberge ne paye pas de mine. On dîne chez Sapristi (1001 rue Saint-Jean), restaurant d’inspiration italienne où les pâtes et pizzas sont reines. La petite taille de ces dernières peut surprendre, néanmoins leur pâte épaisse est vraiment bonne.

Québec