Le Bas-Saint-Laurent

On prend le petit-déjeuner en compagnie d’un coupe de retraités québécois originaires d’une région située au Sud de Montréal. La dame est issue d’une (très) grande famille, sa mère ayant eu au total 23 enfants (mais tous n’ont pas survécu), ce qui s’expliquerait notamment par le fait que son père avait « peur du curé ». Avant de plier bagage, nous discutons avec notre hôtesse qui nous parle de la vie dans cette bonne ville de Sayabec en hiver. Avec des températures frôlant les -30 degrés, mieux vaut être correctement équipé ! On apprend qu’une station de ski est située dans les environs. Elle ne comprend qu’une seule piste alors que le prix du forfait est élevé. Il fait si froid qu’un local chauffé attend les skieurs au sortir du télésiège avant de se lancer dans la descente…

Suivant les conseils de Mélanie, on s’arrête à la Fromagerie des Basques située sur la commune des Trois-Pistoles. On mange des sandwichs achetés sur place. La fromagerie vend un certain nombre de produits comme du lait, du pain et divers plats préparés. Elle est ouverte 24 heures sur 24 ! Le fromage fabriqué ressemble à du cheddar. On peut en acheter sous plusieurs formats mais rien n’est disponible à la coupe, tout étant déjà préemballé. La fromagerie gère également un restaurant, je vous laisse imaginer l’ingrédient de base des plats au menu.

Avec ses presque 20 000 habitants, Rivière-du-Loup est le chef-lieu de la municipalité régionale du comté qui porte le même nom. Le musée du Bas-Saint-Laurent permet d’en apprendre un peu plus sur l’histoire de la ville qui fut un important carrefour ferroviaire jusqu’à la moitié du XXe siècle. Le musée présente de nombreuses photographies anciennes de la ville et de ses habitants ainsi que des expositions d’artistes locaux. L’entrée coûte 7 dollars, je ne dirai pas qu’il s’agit là d’un passage obligé mais quand le temps est pluvieux…

On se rend ensuite au parc des chutes de Rivière-du-Loup. Les dites chutes seraient hautes de 30 mètres, le hic, c’est qu’on ne les a pas vues… En effet, pas de torrent d’eau comme sur les photos visibles sur Internet. Est-ce parce que le débit a été réduit par une manœuvre de la centrale hydroélectrique ? Quoi qu’il en soit, on se promène dans ce très agréable parc qui est sillonné par plusieurs sentiers.

Il est temps de mettre cap sur l’Islet où nous avons réservé, une fois n’est pas coutume, un studio dans une résidence de tourisme répondant au doux nom de Studios Vacances Marchant de Bonheur. L’accueil des propriétaires est des plus sympathiques. La demeure est, de surcroît, très bien décorée, notamment grâce aux œuvres d’art de Monsieur. Notre appartement est dédié à Gabrielle Roy, écrivaine québécoise décédée en 1983, dont plusieurs romans ornent la table de chevet. Le studio est propre et particulièrement bien équipé, ce qui en fait sans aucun doute une base agréable pour découvrir la région. Par ailleurs, nous avons une belle vue sur l’imposant jardin qui est même agrémenté d’un petit étang.

On se fait cuire des pâtes avant de ranger les sacs car il nous faudra rendre la voiture demain matin à Québec. Bref, ça sent la fin de campagne !

Québec

De Miguasha à la vallée de la Matapédia

Au gîte Leblanc, le petit-déjeuner est délicieux. Au menu : muffins, pancakes aux myrtilles, confiture maison. C’est le ventre bien plein que nous mettons le cap sur le parc national de Miguasha, parc très différent de ceux que nous avons pu visiter jusqu’à présent en ce qu’il est consacré à la paléontologie. En effet, Miguasha est le site le plus riche au monde en fossiles du Dévonien, d’où son inscription au patrimoine mondial de l’Unesco.

Les frais d’admission payés (20 dollars par personne), on regarde un film sur le parc avant d’assister à une présentation passionnante consacrée à un fossile trouvé en 2010 familièrement surnommé le Roi de Miguasha.

DSC04404

Un musée revient sur l’évolution et présente de nombreux fossiles découverts sur le site. Une visite guidée d’une trentaine de minutes nous emmène sur le rivage arpenté par les paléontologues.

La visite de ce parc national est intéressante en ce qu’elle met la paléontologie à la portée de tous. Ceci étant dit, inutile de prévoir trop de temps sur place car, contrairement aux autres parcs nationaux du Québec, celui de Miguasha n’est pas parsemé de sentiers de randonnée.

Ce mardi 18 septembre marque le grand retour de la pluie et du froid… On mange du pain, du jambon et du fromage dans la voiture avant de prendre la direction de Pointe-à-la-Croix, localité célèbre pour abriter le lieu historique national de la bataille de la Restigouche. Malheureusement, nous trouvons porte close. Il faut savoir que passé mi-septembre, un nombre important de lieux d’intérêt et restaurants ferment au Canada.

Petite vile au confluent des rivières Restigouche et Matapédia, Matapédia semble perdue dans la forêt. On trouve un point d’informations touristiques (il s’agit d’un kiosque en bois, les documents sont en libre service) où nous mettons la main sur un dépliant avec les randos du coin mais la pluie nous décourage… On continue donc la route vers Amqui, toujours accompagnés par la grisaille et la pluie. On y fait quelques courses au supermarché Métro avant de gratter du wifi chez Dollarama afin de suivre la rencontre de Ligue des Champions opposant le FC Liverpool au Paris Saint-Germain (les lecteurs réguliers de ce blog doivent se dire que nos vies tournent autour du football…).

On s’arrête à plusieurs reprises admirer le lac Matapédia.

Le hic, c’est que le ciel est très gris, ce qui fait qu’on ne voit pas grand chose… Bref, autant dire que cette journée ne restera pas gravée comme la meilleure du séjour. Le Routard est, par ailleurs, assez peu disert sur la vallée de la Matapédia. Peut-être aurions-nous dû passer un peu plus de temps du côté de Percé pour nous rendre sur l’île Bonaventure ?

On atteint Sayabec, note lieu de villégiature d’un soir. Non répertoriée par le Routard, la ville n’est sans doute pas pourvue d’un grand intérêt sur le plan touristique. Lorsque nous arrivons au Gîte du Relais Dort, la température frôle péniblement les dix degrés. Nous y sommes accueillis par Mélanie, la propriétaire du lieu. Elle nous montre les denrées à notre disposition pour le petit-déjeuner (entre le pain de mie, les bagels, les yaourts et les fruits, il y a du choix). Elle nous permet de faire cuire nos pâtes dans la cuisine pour le dîner. Ce soir, nous sommes les seuls « voyageurs » à dormir ici, preuve que la saison touristique touche à sa fin.

Québec