Tokyo : incursion dans les quartiers branchés

Tous les gens que je connais qui ont visité Tokyo ont été marqués par le quartier de Shibuya. Il est vrai que cet endroit a quelque chose qu’on retrouve difficilement ailleurs. On ne manque pas la statue de Hachito, adorable chien venu attendre son maître tous les jours à la gare, habitude qu’il perpétua pendant dix ans après la mort de celui-ci.

Aussi curieux que cela puisse paraître, un chat dormait entre les pattes du chien statufié ! On traverse le célèbre carrefour de Shibuya mais ce n’est pas encore la grosse ruée car la journée vient de commencer. Les rues du quartier sont conformes à notre attente : écrans publicitaires géants, musique à tous les coins de rue, culture adolescente.

On entre dans le Shibuya Hikarie, grand complexe commercial inauguré en 2012. On monte au huitième étage où se trouvent des boutiques art-déco et des galeries d’art.

On marche vers Harajuku, quartier considéré comme LE haut-lieu de la mode tokyoïte. En effet, les boutiques de vêtements ne manquent pas ! J’achète un cadeau dans une boutique de déco assez tendance dans laquelle tous les articles vendus sont fabriqués au Japon. Chez Laforet, sorte de grand magasin spécialisé dans l’habillement (il regroupe en fait plein de petites boutiques de différentes marques), je craque pour une jupe et un pull Pageboy (enseigne qui m’était jusqu’alors tout à fait inconnue). On déjeune au Harakaju Gyoza-ro (6-2-4 Jingumae), restaurant spécialisé dans les raviolis. Les prix sont bas et c’est très bon ! A Chicago Thrift Store, magasin de vêtements d’occasion, j’achète une veste de kimono. On continue nos déambulations par la célèbre Takeshita-dori, autre centre névralgique de la culture adolescente. Ici, le kawaï est roi ! NB: si j’ai pris moins de photos, c’est parce que j’avais les bras bien chargés à cause de mes achats…

Pour sortir de cette agitation, rien de tel que le Meiji-jingu, sanctuaire shintoïste achevé en 1920 en l’honneur de l’empereur Meiji.

On se promène dans les allées du Yoyogi-koen, parc situé tout près du temple.

On prend la direction de Shinjuku, quartier d’affaires et de divertissement. La gare qui porte le même nom serait la plus fréquentée du Japon. Les deux tours du siège du gouvernement métropolitain sont très prisées des touristes car elles offrent un beau panorama sur Tokyo (et en plus, l’accès est gratuit). On distingue même le mont Fuji.

Nous gagnons cette fameuse gare de Shinjuku où nous retrouvons un ami japonais rencontré au cours de mon année d’études en Allemagne. C’est génial de se revoir ! On mange un délicieux shabu-shabu (principe : faire bouillir de la viande et des légumes dans des marmites remplies de sauce) arrosé de généreuses pintes de bière.

dsc01711

On déambule ensuite dans quelques rues particulièrement animées. Selon mon pote, certains bars sont tenus par des yakuzas. Il nous raccompagne jusqu’à notre hôtel et, sur le chemin, on s’arrête à Don Quijote acheter du saké pour offrir à nos proches. Le magasin Don Quijote d’Asakusa vaut largement le détour même si vous n’avez pas envie d’y dépenser vos yens. Pas la peine de s’embêter avec les horaires, il est ouvert 24 heures sur 24 ! On y trouve de tout (ou presque) dans une ambiance toute japonaise (musique à fond les ballons, couleurs criardes, grands aquariums à l’entrée).

Et dire que c’est déjà notre avant-dernière journée au Japon… Que le temps passe vite !

Japon