Toutes les bonnes choses ont une fin

Voici venu notre dernier jour au Brésil. Pour ne pas déroger à la tradition, nous prenons le petit-déjeuner à la boulangerie St. Chico où les employés nous considèrent presque comme des habitués. Après un dernier tour dans le quartier, nous bouclons nos sacs car même si notre avion est censé décoller à 18 heures 10, on nous a conseillé de partir en début d’après-midi pour l’aéroport car le trajet peut prendre plus ou moins de temps en fonction de la circulation. Adèle nous commande de Rio un Uber. Rodrigo nous attend, au volant de sa Picasso, devant la résidence. Il est absolument charmant et s’exprime plutôt bien dans la langue de Cervantes, du coup on discute gastronomie et sport (contrairement à l’immense majorité des Brésiliens, Rodrigo n’a cure du football et lui préfère le ju-jitsu qu’il pratique assidument). Il nous fait écouter de la musique brésilienne, notamment du reggae puis nous reprenons en chœur les standards de Bob Marley. Bref, un chauffeur six étoiles !

Arrivés à l’aéroport, on se dirige vers les boutiques, une fois les bagages enregistrés, car nous n’avons pas encore acheté le traditionnel magnet (il y avait pourtant pas mal de vendeurs à Rio mais Panda 2 a des goûts bien particuliers…). Nous trouvons la perle rare mais nous sommes quelque peu refroidis par son prix car nous apprenons à la caisse qu’il est de dix dollars américains ! Nous venons donc d’acquérir le magnet le plus cher de notre carrière de voyageurs…

On dépense nos derniers billets au Subway implanté dans le terminal.

Le vol est quasi plein, contrairement à l’aller. Il durera onze heures, soit une demi-heure de moins que dans le sens inverse. Peu de temps après le décollage, de nombreux éclairs parsèment le ciel. Le vol est riche en turbulences, cela fait longtemps que je n’ai pas senti un avion bouger autant. Comme à l’aller, la qualité des repas servis à bord est tout à fait correcte. En tout début d’après-midi, l’avion se pose à Zurich. Il ne nous reste plus qu’à prendre la correspondance pour Paris. Nous sommes un peu déçus à la fin de cet ultime vol avec Swiss car le personnel de bord ne nous a pas distribué le traditionnel chocolat ;).

A bientôt pour de nouvelles aventures !

 

Brésil

São Paulo : le jardin botanique

Après une escale à notre QG (à savoir la boulangerie St. Chico), nous prenons un Uber avec Adèle pour nous rendre au jardin botanique. Nous avons de la chance car celui-ci vient de rouvrir après sa fermeture au public à la suite de la découverte de cas de fièvre jaune chez des singes. La promenade est des plus agréables mais mieux vaut se munir d’un répulsif à moustiques car ces sympathiques insectes sont nombreux à planer dans les allées du jardin. Malheureusement, le « parcours en forêt » n’est pas accessible aujourd’hui car, en raison des fortes pluies de la veille, le sol est très glissant.

On déjeune dans un restaurant situé à l’intérieur du parc dans lequel on paye selon le poids de l’assiette qu’on constitue soi-même. Verdict : pas mauvais mais un peu gras.

Ramener de la cachaça du Brésil fait partie des incontournables. Nous ne dérogeons pas à cette règle en en achetant deux bouteilles au supermarché (le choix en la matière est large, difficile de savoir à quelle marque se fier).

On ne compte plus les restaurants japonais à São Paulo. Le Yashiro (Rua Fernão Dias, 525) est situé à deux pas de l’appartement d’Adèle et Pedro et c’est un chance car il est particulièrement bon (il est d’ailleurs considéré comme un des dix meilleurs restaurants japonais de la ville).

Le mercredi est, avec le dimanche, le jour du football au Brésil alors beaucoup de gens se posent devant les matchs qui sont diffusés juste après toute une série de telenovelas (dans l’ordre, celle pour les adolescents, celle à connotation historique, celle destinée aux 30-40 ans, avant celle de 21 heures, la plus prestigieuse). Ce soir, le match diffusé oppose Palmeiras au Grêmio Novorizontino. A notre retour du restaurant, la deuxième mi-temps est commencée depuis quatre minutes et Palmeiras mène déjà 4-0.

 

Brésil

Où l’on découvre le métro pauliste

Après un petit sandwich avalé à la boulangerie St. Chico, nous mettons le cap, comme hier soir, sur le quartier japonais. Pour la première fois depuis le début du séjour, nous empruntons le métro. Celui de São Paulo est moderne et fonctionnel. Un billet coûte 4 réals. On s’arrête à Liberdade, épicentre du quartier japonais. On se promène dans les rues alentours (il y a notamment un tout petit jardin aux influences asiatiques) avant de rejoindre Vicente, un de mes anciens colocataires de l’époque où j’étais étudiante à Strasbourg. Il était alors en stage au CHU (il est maintenant médecin) et nous ne nous étions jamais revus depuis. Je parviens à le reconnaître parmi les nombreux passants et nous nous attablons ensemble dans un restaurant japonais qui répond au nom d’Aska (Rua Galvão Bueno, 466). Les ramen sont très bonnes, on les accompagne de gyoza et de bière du pays du soleil levant.

Avec Vicente dans le rôle du guide, on reprend ensuite le métro vers l’avenue Paulista. On y visite la Japan House, pavillon construit tout récemment qui abrite des expositions sur la culture nippone. L’entrée est gratuite mais, soyons objectifs, il n’y a pas beaucoup de choses à voir. On s’arrête au Rei do Mate pour boire un jus de fruits. Toujours avec Vicente, nous reprenons le métro pour nous rendre au Museu do Ipiranga. Le problème, c’est qu’il pleut des cordes et qu’il faut marcher une quinzaine de minutes depuis la station de métro pour rejoindre le musée (et je suis la seule munie d’un parapluie…). Solution de repli : on prend un Uber. Sous une pluie battante, on arrive au musée, un imposant palais de couleur jaune. Malheureusement, nous apprenons que celui-ci est fermé… Avec l’orage et les nombreux éclairs, nous ne nous risquons pas à arpenter les allées du parc… Nous reprenons un Uber qui nous amène à la station de métro Santos-Imigrantes. Nous quittons Vicente (qui prend bientôt sa garde) et rentrons à l’appartement d’Adèle et Pedro. Là, nous glandons un peu avant de nous diriger vers deux restaurants : le Gardênia (Praça dos Omaguás, 110) pour les filles et le NB Steack (Avenida Brg. Faria Lima, 140) pour les garçons. Le premier est un restaurant d’inspiration sud-européenne tandis que le second est un barbecue brésilien (végétariens, passez votre chemin !). Les convives sortent ravis de leurs restaurants respectifs. Après ça, on entre dans un bar le 4 Eat Burger, situé dans la rue Guaicuí pour boire des caïpirinhas. Chance : l’établissement diffuse le match du championnat de l’Etat de São Paulo oppossant São Paulo FC  à São Caetano. Les Paulistes (qui ont changé d’entraîneur la semaine passée) s’en sortent 2-0 mais ils ont eu chaud aux fesses (ils s’étaient inclinés 1-0 lors du match aller). Heureusement car le gardien de la résidence paraissait, tout comme le serveur du bar, très préoccupé par l’issue de la rencontre !


Brésil

São Paulo bohème puis départ pour la plage

Comme hier, la journée commence par un détour par la boulangerie St. Chico avant de prendre la direction de Beco de Batman, quartier d’artistes célèbre pour ses boutiques d’artisanat. J’y achète des boucles d’oreille en tissu. On y trouve également des magasins de maroquinerie et de vêtements.

Vingt minutes de marche plus tard, nous voilà dans le quartier de Pinheiros. Les murs recouverts de peintures aux mille couleurs détonnent. Il paraît qu’ils revêtent régulièrement de nouveaux ornements.

Une chose est sûre, cette partie du quartier de Pinheiros semble bien plus calme que le reste de la ville. Comme hier, il fait chaud alors on s’arrête dans un petit bar acheter des bouteilles d’eau et un Guaraná, le plus populaire des sodas brésiliens (assez amère mais je ne suis sans doute pas la plus apte à juger, ne buvant jamais de sodas).

On repasse par le centre commercial Eldorado pour faire quelques emplettes avant le départ pour la plage. On achète notamment un ballon de beach-volley et des tongs Havaianas chez Carrefour (où elles sont moins chères que dans les boutiques de la marque ; cependant les grandes surfaces ne vendent pas tous les modèles). On mange un morceau au dernier étage du centre commercial avant de rentrer à l’appartement mettre un peu d’ordre dans nos affaires.

Quatre heures et demi de route sont nécessaires pour rejoindre Toque Toque Grande, notre lieu de villégiature. Les bouchons à la sortie de São Paulo sont à la hauteur de leur réputation… Les paysages des deux côtés de l’autoroute sont des plus variés : forêt atlantique et complexes pétrochimiques avec pas mal de pluie et de brume en invitées surprise. On passe également devant des favelas qui nous rappellent que le Brésil est un pays marqué par les inégalités sociales. En effet, dans les grandes villes, quartiers riches et quartiers pauvres se suivent mais ne se ressemblent pas, les uns avec leurs belles résidences tout confort avec gardiens, les autres caractérisés par un type d’habitat nettement plus précaire. Si les politiques sociales menées ces quinze dernières années ont permis à des millions de Brésiliens de sortir de la grande pauvreté, la récession que traverse le pays depuis plus de trois ans touche en premier lieu les couches les moins favorisées de la société.

Les conducteurs brésiliens sont pour le moins indisciplinés. Théoriquement, la vitesse est limitée à 110 kilomètres heure sur les autoroutes mais force est de constater que cette règle est assez peu respectée. Entre les dépassements dangereux et les gens qui vous traitent de fils de pute en vous doublant sur la bande d’arrêt d’urgence alors que votre seul tort est de respecter la limitation de vitesse, mieux vaut avoir les nerfs solides ! On s’arrête dans un restaurant gastronomique américain (il paraît que ça s’appelle Mac Do et que cette chaîne a particulièrement bien réussi son implantation au Brésil) pour dîner car il n’y a pas grand chose d’autre sur la route.

Arrivés à destination, nous découvrons le gîte loué via Airbnb moyennant 1300 réals pour un séjour de trois nuits. Il est plutôt grand et bien équipé. Nous voilà donc bien installés, le seul bémol, c’est que nous n’avons plus d’eau en bouteille, or il est déconseillé de boire l’eau du robinet non filtrée au Brésil. Seule solution, faire bouillir l’eau et c’est ce à quoi nous nous employons car il fait très chaud dans l’appart.

Brésil